Le ramadan est le mois idéal pour islamiser encore davantage la France

L’islamisation de la France est en marche, et pour le moment rien ne semble l’arrêter ; elle est sur des rails, lancée à la vitesse d’un TGV. Et jusqu’à quand, le peuple français, doit-il subir sans broncher ? Le bouleversement actuel de la topographie sociétale de son identité laisse présager un sombre destin pour ses descendants, dans un proche avenir.
La France, fille aînée de l’église, est-elle en train de perdre son âme, au profit de l’islam dont le pouvoir en place veut le faire accéder au statut de la première religion du pays, pour des raisons électoralistes ? Ce pouvoir politique insensible aux cris de détresse de nombreux Français amoureux de leur nation et de son histoire, livrés à eux-mêmes face à l’incertitude qui les guette, laisse quotidiennement la délinquance qui se généralise à vue d’œil, s’installer dans les banlieues où le communautarisme islamique avec ses particularismes culturels terrasse, chaque jour qu’Allah fait, les lois de la république. Sous le regard complice sinon complaisant de ceux qui doivent normalement défendre les valeurs républicaines, l’islam est en train de détruire les repères sur lesquels reposent les fondations de la nation.
LES PHRASES DE MANUEL VALLSLa Ligue islamique mondiale, basée à Djeddah en Arabie Saoudite qui a fait le pari d’islamiser la patrie de Jeanne d’Arc, est en train de le gagner pour faire de la France le 58ème état de l’OCI ( Organisation de la coopération islamique).
Les Français assistent impuissants au changement de leur environnement que les élites mondialisées qui les gouvernent sont en train de leur imposer à marche forcée. Du halal en passant par le ramadan, l’islam et ses coutumes d’un autre âge font reculer les acquis de la révolution de 1789. Des accoutrements venus de la lointaine Arabie, patrie de Mahomet, s’enracinent progressivement dans celle qui a vu naître Clovis en devenant les symboles de cette islamisation voulue et encouragée par l’oligarchie politico-médiatique régnante.

Par escroquerie intellectuelle et au nom de la tolérance, de la liberté du culte et de conscience, les pouvoirs politiques successifs ont laissé l’islam s’installer avec une facilité déconcertante, sur le territoire français. Ce dernier est encouragé aussi dans son expansion par le microcosme politico-médiatique parisien, suppôt de la finance internationale, qui fait l’autruche pour ne rien voir, pour ne rien entendre. On aurait dit que ce dernier, en mal de repères, soit tombé sous le charme de la religion de paix et d’amour. D’une façon subliminale, n’est-il pas peut-être en train de fantasmer sur les femmes en nikab ? Ou bien veut-il que la France soit une dhimmie ? Où encore qu’elle soit une nouvelle prise de guerre de l’islam pour qu’il en fasse son esclave favorite ?

Peu à peu, l’islam devient la référence dans de nombreuses enclaves où la république n’a plus le droit d’exister. Et bientôt, du glorieux passé de la révolution de 1789 et de ses Lumières, il n’en restera plus rien. Elle est déjà un lointain souvenir pour des mémoires qui sont devenues défaillantes à cause d’une école dévoyée par l’esprit de mai 1968 destructeur de l’identité française, au profit d’un hédonisme machiavélique qui ne cherche que la jouissance et le gain facile au nom de la liberté. Par les fautes commises par des élus surtout ceux de la gauche qui vendent une marchandise périmée à chaque élection pour récolter les voix de l’électorat musulman, l’islam est en train de s’ancrer durablement en France pour mieux ensuite l’étrangler. Le vivre-ensemble est mis plus bas que terre au profit de la charia. Le bel exemple de cette reculade est le ramadan qui devient, durant un mois, la fête de certains maires qui organisent des festins de rupture du jeûne ( iftar) avec l’argent du contribuable au mépris des lois de la république.

Ce comportement est un poignard planté dans le dos de la laïcité. Et ces élus, qui sont subitement frappés d’extase devant le Dieu de la Mecque pendant le neuvième mois de l’hégire ( ramadan), prétendent défendre la loi de 1905 pour se dédouaner du mal causé par leurs comportements sectaires. Et, ces messieurs allaités aux mamelles du machiavélisme, ne sont guidés que par leurs instincts de domination afin de garantir la pérennité de leurs divers avantages matériels tirés du pouvoir qu’ils ont usurpé, en trahissant les électeurs qui leur ont donné les clefs de la cité, en toute confiance. Cela s’appelle de l’abus de confiance…

Même la grande distribution ( les temples de la consommation) fait sans aucun scrupule la réclame du ramadan en se mettant à l’heure du 9ème mois de l’année lunaire quand le coran est descendu du Ciel par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel sur Mahomet. Pendant, la 27ème nuit de ce mois que les portes du Ciel s’ouvrent pour apporter la miséricorde d’Allah sur la oumma.
Le mois du ramadan est aussi celui du jihad, le moment propice pour faire la guerre aux mécréants et mourir sur le sentier d’Allah ( sourate 8, le butin verset 12 et sourate 9 le repentir, verset 111) en référence à la bataille de Badr quand Mahomet a pris le dessus sur ses ennemis les idolâtres Qoraychites , le 17ème jour du siyam ( ramadan) en 624 de l’ère chrétienne..
Comme le jihad n’est pas à l’ordre du jour pour le moment en France, le prosélytisme islamique y bat son plein avec l’aide des médias du système en place qui lui font la promotion.

Les prisons françaises où la majeure partie de ses pensionnaires est de confession musulmane sont aussi touchées par la grâce de Dieu en ce mois sacré du ramadan. Allah n’oublie jamais ses ouailles, où qu’elles se trouvent…
Il est écrit dans le coran, sourate 97 Al-Qadr ( la destinée) versets 1 à 5 :
« Nous l’avons certes, fait descendre ( le coran) pendant la nuit d’Al-Qadr.
Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ?
La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois.
Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit (l’Ange Gabriel), par permission de leur Seigneur pour tout ordre.
Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube. »
C’est pendant la nuit de Leilat Al-Qadr que la baraka d’Allah se manifeste et que les portes du Ciel s’ouvrent. Et depuis 14 siècles, le miracle se fait désirer.
Dans la sourate 2 ( la vache) verset 185, il est écrit aussi : « ( Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement……. »

D’après le coran et les hadiths, le ramadan apporte dans ses couffins la charité, la compassion, la ferveur religieuse, la joie des retrouvailles, la miséricorde et la grâce d’Allah dans les cœurs des musulmans qui jeûnent. Mais la réalité est toute autre, car dans les pays musulmans, le mois de ramadan rime avec oisiveté, énervement, agression, bagarre, baisse de la productivité, absentéisme, augmentation des prix des produits de première nécessité et c’est la période de l’année où les urgences dans les hôpitaux sont débordées, juste après la rupture du jeûne.
Qui peut oser dire encore que le ramadan signifie pardon et miséricorde ?
Et pourtant au XXI siècle, certains croient dur comme fer à ces légendes du VII siècle.
Pour le moment, dans les pays musulmans, on y attend la baraka d’Allah avec insistance pour conquérir le monde.

Mais à l’horizon, dans le désert, le mirage infantilise les esprits en perdition.
L’islam doit savoir que seuls le travail, le savoir et la cohabitation apaisée doivent guider l’existence des humains sur la terre-mère et non les conquêtes, la haine de l’autre et la soumission à Allah par l’épée et en son nom.
N’en déplaise aux adeptes de la charia, les progrès qu’a réalisés l’humanité, sont le fait des humanistes et non des islamistes jihadistes, ces égorgeurs et ces violeurs d’un autre âge qui se réfèrent au beau modèle de Médine.
D’après l’imam Tirmidhi ( né en 821et mort en 892 dans la ville de Termez sur le fleuve de l’Amou Daria en Ouzbékistan actuel), le Messager d’Allah a dit : « La première nuit du ramadan, tout démon, tout djinn est enchaîné. Toutes les portes de l’enfer sont fermées, aucune ne s’ouvre. Toutes les portes du Paradis sont ouvertes, aucune ne se ferme. On appelle : « Ô toi qui veux du bien, accours ! Ô toi qui veux du mal, cesse ! Cet appel est renouvelé chaque soir, et chaque soir Allah sauve de l’Enfer, un certain nombre de croyants. »

Pendant le ramadan, les musulmans (en tout cas ceux qui vont à la mosquée) ne cessent d’entendre les imams tels des perroquets répéter un plat usé et réchauffé depuis quatorze siècles: « sachez que les grâces dont vous, vous jouissez, vous qui êtes nés dans l’islam, viennent de l’islam. »
Pourquoi les musulmans de France et d’ailleurs, ceux qui résident en territoire de guerre (dar el harb) ne prennent-ils pas un billet d’avion sans retour afin de pouvoir jouir intensément des grâces d’Allah en terre d’islam (dar el salam) ? A moins qu’ils ne souhaitent pas abandonner le matérialisme des kouffars dont ils raffolent. Quelle est cette hypocrisie qui les habite ? Tout compte fait, ils veulent le beurre et l’argent du beurre. Ils préfèrent la vie chez les bouffeurs de porc et les buveurs de vin que celle que vivent leurs coreligionnaires dans le monde arabo-islamique irradié par les rayons bienfaiteurs du Créateur.
La takkiya est passée par là…

Les grâces d’Allah où sont-elles dans les pays où la charia domine ? Et de quelles grâces s’agit-il ? Celles de la guerre sunnite-chiite qui dure depuis la bataille du chameau en 656, à Bassora dans l’Irak actuel qui a opposé Aïcha (veuve de Mahomet) à Ali (cousin et gendre de Mahomet), le quatrième Calife bien guidé de l’islam ? Celles du terrorisme islamique qui frappe tous les pays musulmans ? Celles de la misère, de la démographie galopante, de l’ignorance, de la violation de la dignité humaine, de la répression au nom d’Allah ?

Dès qu’on met les pieds dans un pays musulman, on constate de visu qu’une terrible malédiction y règne sans partage, que la colère d’Allah s’est abattue sur ceux qui y vivent.
Le monde arabo-islamique est la seule partie du monde qui régresse et qui est plongée dans des guerres de religion sans fin. Dans n’importe quelle contrée où l’islam domine, la pauvreté, la tyrannie, le despotisme, l’oppression, l’humiliation, la violation quasi-quotidienne de la dignité humaine y gouvernent sans concession ?
Les Français, désirent-ils un jour jouir de ces grâces d’Allah ?
Pourquoi l’oligarchie bien-pensante cache le soleil avec le tamis et trompe les citoyens français ? Et dans quel but ?

Si l’islamisme n’est pas l’islam comme aiment le répéter les commissaires politiques parisiens, alors le coran n’est pas le livre sacré de l’islam. Dans ce cas, il faudra qu’ils en inventent un autre pour faire admettre la devise que l’islam est une religion de paix, d’amour et de tolérance, à ceux qui les écoutent.
Il faudra un jour, que ces commissaires politiques expliquent leur silence sur l’islam destructeur de l’esprit humain en le soumettant corps et âme aux caprices du Dieu de la Mecque, mais il vaut mieux tôt que tard…
Et pourtant, l’exemple de bravoure, de remise en cause du ramadan, vient de la rive sud de la Méditerranée et exactement de Kabylie en Algérie où le 3 août 2013, des Berbères ont eu le courage d’affronter la dictature de l’islam. Ils ont mangé et bu à midi, roi des étés, en mettant en péril leur vie par des gestes anodins que chaque être vivant sur terre fait tous les jours, mais qui ont une portée symbolique grandiose en terre d’islam où ils ont défié l’ordre établi depuis XIV siècles, tout en sachant qu’ils sont devenus des apostats, des candidats potentiels à la vindicte populaire et peut-être à la potence.

Pendant ce temps, M; Valls Ministre de l’intérieur de la République française qui est laïque jusqu’à preuve du contraire, dont la devise républicaine reste « liberté, égalité, fraternité », fait la tournée des mosquées à l’heure de l’iftar pour rompre le ramadan avec les croyants musulmans.
Quel est le message envoyé aux laïcs et apostats musulmans, eux qui se sont assimilés à la culture française, par la démarche du Ministre ? Et à l’heure des comptes, sauront-ils tirer les conclusions qui s’imposent ?
Ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir en France pensent à tort que les valeurs de l’islam sont compatibles avec celles de la république en faisant abstraction du fascisme et de la violence véhiculés dans le coran. Et pour eux, les textes coraniques et les hadiths qui appellent au meurtre, à la lapidation, à l’endogamie et à la flagellation, n’ont jamais existé dans le livre sacré de Mahomet. Ils les considèrent comme un mensonge inventé par ceux qui ont la phobie de l’islam, cette religion d’amour, de paix, de miséricorde et de tolérance, uniquement dans le but de récolter quelques dividendes lors des élections. Et pourtant, le coran demeure incréé dans le temps et dans l’espace, il est placé sur la Table Gardée auprès du Trône, depuis la Création, appelant chaque jour qui passe à la guerre et au jihad contre les infidèles, les hérétiques…. Il est éternel et inaltérable. Il est la Parole d’Allah en langue arabe, une langue sacrée qui le restera jusqu’à la Résurrection.

Par quel parjure, peut-on affirmer que le terrorisme islamique qui frappe le monde entier sans distinction, n’est pas la conséquence directe des enseignements coraniques?
L’occident et ses élites intellectuelles doivent comprendre que l’islam leur mène la guerre à l’intérieur de leur propre espace et non à sa périphérie comme jadis.
N’en déplaise à ces messieurs qui font la politique de l’autruche, et qui oublient que pour la première fois dans l’histoire musulmane, depuis 622 (Hégire), le jihad est devenu mondialisé ; aucun pays n’échappe à sa terreur. Et la prophétie de feu Samuel Huntington : « le choc des civilisations », est en train de se réaliser sous leurs yeux.
Il faudra bien qu’un jour, l’humanité juge moralement tous les crimes commis à son encontre au nom d’Allah?

La réalité quotidienne devrait faire prendre conscience aux politiciens français qu’on ne joue pas avec le feu indéfiniment. Mais l’ivresse du pouvoir les rend autistes et laisse le boa islamiste resserrer doucement mais sûrement son étreinte autour du cou de la France qui sera sans aucun doute soumise au désordre et au chaos….
Il est clair qu’une certaine classe politique et notamment celle qui se situe à gauche en particulier, a choisi son camp ; c’est celui de l’islam conquérant contre les laïcs et les apostats musulmans considérés comme quantité négligeable parce qu’ils ne sont pas des moutons de panurge.
Il n’y a rien à ajouter. Tout a été dit et écrit… Et pendant ce temps, le bateau France tangue dangereusement!
Hamdane Ammar

image_pdf
0
0