Le Ramadan : il est partout, plus que jamais… sans réciprocité

Publié le 28 juin 2014 - par - 2 466 vues
Share

ramadantuerIl y a quelques jours, le directeur de l’entreprise pour laquelle je travaille, probablement en raison du fait qu’une filiale a été établie en Tunisie, et probablement du fait que des collaborateurs sont des musulmans, adressait un mail à tous pour évoquer le ramadan et la possibilité pour ceux qui allaient jeûner, de pouvoir partir un peu plus tôt du travail.

Ceci signifie clairement que la direction admet que des collaborateurs seront en quelque sorte respectés dans leurs croyances et auront ainsi droit à un « régime de faveur ».

Je dois dire que, au moment de Pâques et de la période de jeûne inhérent à la religion catholique, au cours de la semaine sainte, je n’ai pas vu de mail passer allant dans ce sens de l’évocation de ce très grand moment de l’année pour les chrétiens. Si il y avait des juifs, je m’étonne que des accommodements ne soient pas spontanément proposés pour le shabbath, par ailleurs, quant aux asiatiques, quid des fêtes chinoises, ou autres ?

J’ai donc demandé très courtoisement en réponse à ce mail de ne plus être dans la liste de diffusion de ce type de message, étant en CDD de 6 mois et donc non apeuré par la perspective d’être grillé au delà de la période d’un CDD : tant pis, je me dis que le Christ, dont la France est profondément imprégnée, vaut bien cela !.. Au pire, encore quelques milliers d’euros de perdus (soit la reconduction ou non de mon contrat). Pierre et Pascal doivent donc savoir, dans leur « malheur » qui est réel,  que des milliers d’euros de procès ne sont rien par rapport à la perte de l’emploi de quelques autres travailleurs entrés en résistance silencieuse et invisible…

Le lendemain, le responsable me prit à part quelques secondes pour évoquer mon mail d’une ligne : il comprit bien, en avisé manager possédant un sens de l’équilibre de toute chose, le sens de mon message « Existait-il une forme de réciprocité, pour notamment les catholiques et Noël ? »…

« Oui, lui répondis je, il serait intéressant de savoir si, en Tunisie, on évoque les autres fêtes, que ce soit pour les bouddhistes, les chrétiens, etc… »

Je me remémore ces jours-ci, les tout premiers jours de mon intégration, lorsqu’un Tunisien de l’équipe, en me demandant ce qu’il y avait dans ma tarte-salé-faite-maison, se sentit presque offensé lorsque je lui répondis qu’il y avait des lardons dans celle ci. « Ah mais c’est Rallouf, clama-t-il bruyamment, ça j’en mange pas ! »

« Bah, lui répondis je », « laisse tomber, dans un ou deux ans , tu feras comme tout le monde ! Tu mangeras comme tous les autres du saucisson et tu boiras du bon pinard… » J’évitais alors de poursuivre la discussion, ayant haussé le ton et pris tout cela à la rigolade.

Voilà, donc, comment la France peu à peu s’islamise en profondeur, en des départements mêmes très chrétiens. Comment je me rends compte que je suis le seul à affirmer mon identité française chrétienne, au milieu d’une masse multiculturelle dont seule la culture de l’autre nouveau venu, semble l’espace d’un instant fugace, tellement supérieure à la française originelle et millénaire.

La France, qui a renié le Christ, probablement bien avant la révolution française et ses massacres des années 1790 comme point d’orgue, elle mérite, me semble t’il, O hélas ! la correction qualifiable d’ordre « quasi divine », parce que prodigieusement effrayante à moyen terme. Il est cependant exact de dire que la France commence à subir depuis 10 ans à devoir vivre dans son quotidien, chaque jour davantage, partout en France, dans toutes les organisations, cette lente déchristianisation, attaquée par deux faux amis issus de l’ancien testament rejetant le nouveau testament et Jésus Christ.

Olivier Marot

(1) ne me sentant pas attaqué mais plutôt vraiment amusé intérieurement.

(2) 2 millions de morts, des milliers de prêtres et de soeurs assassinés)

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.