Le rap, même patriote, ne sera jamais de la musique

Comme convenu, je donne mon avis sur le courriel envoyé par un lecteur de Riposte Laïque. J’ai pris le temps de lire son message puis j’ai visionné les deux vidéos jointes. En toute honnêteté, je dois admettre que les paroles dédiées aux soldats français morts sont très belles.

Mais je connais plus ma râpe à fromage que le rap en lui-même ! Bon, trêve de plaisanterie, même dans un but patriotique, le rap reste le rap et renvoie forcément à des « œuvres » peu recommandables signées Orelsan, Booba ou Nick Conrad…

C’est en consultant le site Résistance Républicaine que j’ai pensé à joindre des liens renvoyant à la musique ; en effet à plusieurs reprises j’ai constaté que Christine Tasin proposait des œuvres du grand répertoire.
J’ai donc demandé à Cyrano si je pouvais ajouter de la musique classique à mes articles et la réponse a été positive. La musique m’a toujours passionné et j’ai toujours voulu partager cette passion avec d’autres, que ce soit dans des radios « libres » à Angers et à Pointe-à-Pitre ou tout au long de ma carrière d’enseignant.

Lors de mes années de professeur au collège, j’ai toujours demandé des heures de musique. À la fin des années 70, j’ai même réussi à emmener des élèves d’un établissement d’Argenteuil à un concert donné un dimanche après-midi au théâtre des Champs-Élysées à Paris (Mozart, Schubert, Beethoven). J’avais réservé 20 places dans un premier temps, en fait on était 50 et les collégiens étaient accompagnés de leurs parents et de quelques collègues volontaires. La joie et l’émerveillement dans les yeux des enfants découvrant la luxueuse avenue Montaigne toute décorée car Noël était proche faisait vraiment plaisir à voir !

Fierté également du directeur lorsqu’à la radio, sur France-Musique, son collège a été cité car j’avais fait participer toutes mes classes à une émission au cours de laquelle on soumettait les auditeurs à l’écoute de plusieurs versions d’une même œuvre, ils choisissaient celle qu’ils préféraient et un comparatif était fait avec les opinions de critiques professionnels. Pas facile de demander une concentration sur un morceau difficile tel que le deuxième concerto pour piano et orchestre de Liszt ! Mais tout ce petit monde a joué le jeu et je suis allé porter en personne les résultats à la Maison de la Radio.

Une classe de sixième avait voté exactement comme l’ensemble des auditeurs, ils ont poussé plusieurs « Hourra ! » dans la classe.
Il n’est pas inutile de souligner que j’étais en poste dans un collège privé et que donc très peu d’élèves issus de la diversité étaient inscrits. Tout cela ne serait plus possible aujourd’hui.
Puis, quand je suis devenu professeur des écoles, il a été facile pour moi de procéder à des échanges de services avec mes collègues, 90 % n’y connaissant strictement rien en musique.
Le grand Leonard Bernstein, disparu en 1990, était chef d’orchestre, pianiste, écrivain, compositeur (Candide, West Side Story) et pédagogue. J’ai eu la chance de discuter avec lui et de lui serrer la main à l’issue d’un concert Ravel à Paris, il avait notamment interprété le concerto en sol en dirigeant l’orchestre du piano !

C’est cet homme exceptionnel qui a lancé, à la fin des années 50, les « Young People Concerts » destinés aux enfants, accompagnés de leurs parents, évidemment ! Ce sont des heures de « conférences musicales » qui ont été données, abordant à chaque fois un thème précis et pas toujours facile.

C’est ainsi qu’une fois il a abordé le thème de la musique. Doit-on dire musique classique ou grande musique ? Lenny dit que la réponse est impossible à donner car la musique « classique » couvre une période allant de la naissance de Mozart à la mort de Beethoven. Avant c’est du baroque, après c’est du romantisme. Le terme « grande » musique était aussi banni du vocabulaire du chef, car cela supposait une hiérarchie dans le domaine musical, or le jazz, la pop, la chanson en général, la musique de films comportent des chefs-d’œuvre impérissables.
Ouf ! j’en reviens maintenant au rap qui pour moi n’est pas de la musique et rien de ce qui est fait dans ce domaine restera longtemps dans la mémoire collective.

À l’heure où tout est fait pour briser notre culture, comme ce trompettiste qui prétend vouloir faire jouer aux musiciens de l’orchestre philharmonique de Vienne des œuvres issues de la diversité (il peut toujours rêver !), à l’heure où tout est fait pour saboter nos traditions, il me paraît nécessaire de prouver que la beauté réside en particulier dans de la musique immortelle et non dans du rap.

J’espère ne pas avoir été trop long ! Les DVD des Young People Concerts sont disponibles, hélas seulement en zone 1 et jamais sous-titrés ! Un comble !

Le coin culture va rendre hommage au pilote d’essai Chuck Yagger décédé en 2020. Il a été le premier homme à franchir le mur du son.

Cette histoire est racontée dans l’excellent film « L’étoffe des héros ».

Dans ce film est utilisée à plusieurs reprises la musique de Gustav Holst, les Planètes.

 

C’est Mars qui est la pièce la plus connue ainsi que Jupiter. Dans cette dernière on pourra remarquer la partie centrale, solennelle, très british, qui rappelle les marches 1 et 4 d’Elgar « Pump and Circumstance ».

 

Ce lien vous permettra de visionner la meilleure version que je connaisse de cette œuvre.

Orchestre gigantesque, avec orgue, tuba wagnérien, célesta, harpes, chœur de femmes invisible.

Cerise sur le gâteau, à chaque nouvelle planète, une photo de celle-ci et son surnom.

Un chef engagé, une prise de son et d’image fabuleuse font de ce concert un grand moment de bonheur.

De plus la vidéo d’origine comporte des repères pour chaque planète.

Bon visionnage !

https://youtu.be/JEi23_uSGNE

Et pour terminer, la musique est-elle « grande » ou « classique » ? Le second est effectivement le plus adapté, c’est un terme générique !

Philippe Dru

image_pdf
0
0

27 Commentaires

  1. ..immonde le rap, même si, rarement, les paroles peuvent êtres belles..ce n’est pas de la musique..

  2. Je suis du même avis. En passant, quand le rap est devenu le courant dominant dans les années 90, le funk et le jazz (mélodiquement très largement supérieur sur le plan qualitatif) ont été totalement exclus des médias, le blues s’est raréfié et le rock a commencé à perdre des parts de marché considérables à partir de 1995/96. Pire, le rap a même inflitré la country, le metal. On peut dire qu’en mettant en avant le rap (ainsi que la techno, la dance, les boys-bands), les médias de masse et l’industrie musicale (dirigée par des types sans scrupules) ont contribué à assassiner la musique mainstream (jusqu’en 1993, il était encore possible d’entendre des choses acceptables à la radio, à la TV) età niveler vers le bas plusieurs générations entières.

    • « Le rap a infiltré le country ». Charlie Feathers dans sa tombe n’en a rien à cirer, ses perles du rockabilly continuent à prendre de la valeur, tandis que les cacas rap restent au fond de la cuvette des chiottes !

  3. on peut rapper du fromage mais pas de la merde
    comme tous ces rappeurs de merde isamo-scatophiles le font !

  4. « A l’ennemi je ne tends pas la main .., ceci dit ,on n’attrape pas des mouches à merde (rapeurs) avec de la confiture de groseilles . KC

  5. La « grande musique » n’existe pas.Il y a LA musique,qu’elle soit classique,jazz,ou Rock,et la qualité se ressent immédiatement à l’oreille.J’aime autant  » Tommy » des Who,version symphonique que la version rock,ce qui ne m’empêche pas d’apprécier Bowie,Arvo Part,les quatuors de Beethoven ,les suites pour violoncelle de Bach,Lou Reed,les Stones,Ennio Morricone ,John Barry,ou Bob Dylan.Question d’énergie,de timing,d’état d,’esprit… » Sans la musique,le monde ne serait qu’ hypocrisie ».Nietzsche.

  6. Vous n’avez jamais assisté à la lecture publique de poèmes ?

    A dire vrai ce qui vous dérange c’est surtout que l’usage du français pour faire des rimes que l’on chante avec rythme s’est popularisé .

    La maîtrise des textes tant sur le fond que la forme peut parfois relever d’une dextérité impressionnante, mais il y’ a trop de noirs, d’arabe et de jeunes de cité à jouer à ce jeu !

  7. AH enfin !
    Le rap, de A à Z c’est de la merde et rien d’autre !
    Le rap est à la musique ce que le jus des égouts est à la cuisine.
    Fermez le ban.

  8. Voici pourtant du vrai rap nationaliste excellent
    https://www.youtube.com/watch?v=YHiRFKa4J4k
    Gravé dans la roche version Goldofaf
    https://www.youtube.com/watch?v=ybKhd2Fp2Tw
    Et de la chanson nationaliste excellente aussi qui correspond bien a la décadence de la France actuelle
    https://www.youtube.com/watch?v=k2V3NrvThlg Dégénération by Mes Aïeux et puis bien sur pour nous des années 80 antisocial https://www.youtube.com/watch?v=yiLiv07szgI inoubliable et tellement d’actualité !

  9. M.c. Solaar est moins pire que les autres rappeurs, mais la musique de son « Nouveau western » est un plagiat de Gainsbourg.
    Le rap c’est un bruit insupportable et agressif.
    Écoutons plutôt, par exemple les artistes du grand producteur Phil Spector :
    The Teddy Bears : don’t you worry my little pet. Un son extraordinaire, novateur en 1958 !
    Et toujours aussi novateur aujourd’hui.
    Ike & Tina Turner : River deep mountain high.
    1966. Rock avec le son puissant d’un opéra !
    The Ronettes: Be my baby. (1963).
    The Crystals : Da doo ron ron (beaucoup plus musical que la reprise de Johnny)

    • Ce n’ est pas un « plagiat », vu que la musique est signée Gainsbourg, et ce depuis la sortie de l’ album.

  10. C’est avec gourmandise que je déguste chacun de vos articles, cher Philippe.
    Vous nous faites à chaque fois découvrir une
    magnifique version d’oeuvres par ailleurs connues, les éclairant ainsi d’un jour nouveau et très plaisant.
    Merci à vous!

  11. « Classique » est un terme impropre, mais malheureusement toujours utilisé, pour décrire la musique savante (terme utilisé par les musicologues, mais un rien pédant) qui va du chant grégorien, au Moyen Âge, à la musique contemporaine, de nos jours. Ce qu’on appelle le « style Classique » est sans doute la période stylistique le plus courte de l’histoire de la musique, en gros la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avec comme principaux représentants Haydn, Mozart et le jeune Beethoven. Avant c’était la période baroque (1600-1750), ensuite le Romantisme (tout le XIXe Siècle) dont Beethoven, issu du Clacissisme, jettera les bases.

  12. Le rap issu du mouvement hip-hop qui est né dans les quartiers afro sud-americain newyorkais a été importé en France par l’infâme Jack Lang..
    Le Marcusianisme avait à l’époque infiltré le mouvement Black Panters pour le désamorcer de l’intérieur et in fine les premiers groupes de rap politique pour les emmener vers le fameux slogan : Peace Love and Unity.

    Donc cette sous-culture de gauche antiraciste a servi en France et en Europe a un abandon de la jeunesse autochtone de leur tradition locale premièrement et dans un second temps servir de terreau idéologique aux nouveaux esclaves colons allogènes pour les accrocher au mirage de l’hyper consommation au lieu de rester dans leur pays pour le reconstruire par exemple.

    Bref le rap est vraiment une musique de merde !!!

  13. Les rappeurs ne savent jouer d’aucun instrument de musique, ni piano, ni violon, ni guitare, ni flute, ni batterie, ni orgue.

    Partant de ce constat indéniable, la question est: comment quelqu’un qui ne sait même pas jouer d’un instrument pourrait-il composer de la musique ?

    C’est comme si un analphabète prétendait être écrivain.

    • Excellente remarque,Eric.Philippe Manoeuvre m’a appris que Jimmy Hendrix lors de son séjour a Londres écoutait non-stop  » le Messie » de Haendel. Miles Davis avait,lui aussi, une solide culture musicale…Il n’ y a pas de miracle.Laisser croire à des gamins qu’il suffit d’anonner en rythme des paroles le plus souvent indigentes en gesticulant,c’est leur mentir ehontement.

  14. Sans prétendre vous faire changer d’ avis, écoutez « Gibraltar » d’ Abd al Malik ou « le nouveau western » de M.C. Solaar

Les commentaires sont fermés.