Le rap républicain, progressiste et laïque existe, je l'ai rencontré !

Cet été, au cours d’une session d’étude sur la Nation, et pendant un moment-détente, j’ai découvert un groupe de rap absolument extraordinaire.
Ce sont trois jeunes de Givors (ville située au sud de Lyon) qui ont créé un groupe en 2005 : Papillon (P) – Kortchaguine (K) et Radio (R)
Leur démonstration m’a absolument stupéfiée. Quoi ? le rap pouvait donc ne pas dire de « conneries »? Ne pas être raciste, sexiste, violent, ne pas appeler à brûler, casser du keuf ? Eh bien oui, vous pouvez me croire!
Le CD se présente sous la forme d’un livret et commence par les réflexions des trois rappeurs :
– » le rap est une musique noire américaine qui est apparue aux États-Unis en 1970. C’est un message positif et revendicatif. Mais sur une base ETHNIQUE « dit K.
-R: Oui, le rap devrait défendre les intérêts des classes populaires. Pour être progressiste, il doit dénoncer les injustices sociales, unir la classe populaire, donner une espérance historique.
Or, cet outil d’abrutissement, d’oppression, idéologique des classes populaires contribue à DIVISER le peuple en flattant le côté ETHNIQUE , communautaire, il pousse à
la HAINE.
– P: « ma conception du rap qui a pour règle de tirer vers le haut m’a poussé à LIRE, donc à m’instruire. Je me retrouve dans cette citation :
« Nous devons étudier, nous autres ouvriers.Nous devons comprendre d’où vient que la vie est si dure pour nous » ( Maxime Gorki. « La Mère » )
Je vois votre oeil républicain, progressiste et laïque s’allumer : intéressants, ces jeunes rappeurs, non ?
Et quand vous connaîtrez leurs textes, vous n’aurez plus de doutes:
« Au nom de l’Europe démantèlement des États souverains
L’Empire allemand contre l’Empire américain
Division du peuple, communauté et religion …
Ils nous divisent en petits groupes en communautés
Nous hachent en petits morceaux avec des identités..
Ces jeunes ont fait un travail remarquable, ils sont sortis de leur vie d’avant, ils ont cherché et trouvé qui pouvait les instruire.
 » L’instruction, c’est la LIBERTÉ  » dit R.  » C’est la conscience des règles communes de la société. Donc la conscience de pouvoir changer la société pour le BIEN COMMUN . »
Je vous incite à encourager ces jeunes, voire à les inviter à vos rassemblements et fêtes laïques et républicaines.
Leur CD est en vente à la librairie :
Inclinaison (www.inclinaison.fr)
20 rue Docteur Blanchard
30 700 Uzès
Prix: 12 €
Vous trouverez sur le site tel et adresse mail.
Mireille Popelin

image_pdf
0
0