Le rectorat de Créteil prêt à faire des excuses à une accompagnatrice scolaire voilée ?

C’est ce que laisse entendre un article d’Aujourd’hui en France, du 28 juin, (transmis par un de nos lecteurs, merci à lui, voir ci-dessous (1)) qui relate un incident ayant eu lieu dans une école de Chelles (Seine-et- Marne) : le Directeur d’une école ayant prié une mère d’élève, voilée, de ne pas accompagner une sortie scolaire au nom du respect de la laïcité, les autres mères présentes se sont insurgées et ont obligé le bus à s’arrêter et à accepter l’accompagnatrice bénévole. Le Directeur a qui l’on a forcé la main a dû se contenter de demander à cette personne de ne s’occuper que de son enfant. Au grand dam de celle-ci… et à celui de l’Inspecteur de l’Education Nationale de Chelles qui rappelle que « la loi sur la laïcité s’applique aux enseignants et aux élèves mais pas aux parents d’élèves « .
On ne reviendra pas ici sur les absurdités de cette interprétation qui considérerait qu’une sortie scolaire ne relève plus de l’école, qui a conduit nombre d’écoles à modifier leur règlement intérieur pour se prémunir contre cette interprétation et, tout simplement à voir nombre d’enseignants refuser d’organiser les sorties scolaires (2).
On ne reviendra pas non plus sur les absurdités et contradictions des recommandations de la Halde, suffisamment mises à jour dans un des premiers numéros de Riposte Laïque (3) et, surtout, dans la série que lui a consacrée notre collaborateur Roger Heurtebise et qui a pris fin avec le numéro 42 (4)
Non, on s’interrogera sur le rôle des médias. L’article joint est d’un parti-pris effrayant et peu justifiable déontologiquement.
D’abord, le titre : discrimination. Le journal accuse, délibérément, et sans autre forme de procès le Directeur de discrimination. A aucun moment n’est évoqué le fait que c’est le voile qui est un symbole et un outil de discrimination. Le laïque à l’index.

Ensuite ce journal donne la parole à d’autres mères, jouant sur le compassionnel, sur l’attendrissement qu’il peut y avoir à voir une mère (une vraie !) s’occuper de son enfant… (Elisabeth Badinter, où êtes-vous ?) et là on mélange tout : premier argument « parce qu’on est voilées, on n’aurait pas le droit de toucher aux enfants des autres » ; mais oui, chère Yamina, d’abord, si je vous prends au pied de la lettre, je ne souhaite pas que des adultes « touchent » mes enfants, ensuite, je ne veux pas que mes enfants considèrent comme normal que les femmes doivent se cacher et, en tolérant que vous leur attachiez les lacets, je reconnais implicitement que c’est le cas.
Deuxième argument, digne d’un sophiste :  » parce que nous sommes voilées, on refuse à nos enfants des moments de complicité avec nous » ; non seulement celui-ci contredit le précédent (on accompagne les sorties pour aider le professeur à s’occuper de tous les enfants ou bien pour s’occuper du sien ?) mais il suppose que l’école doit être le lieu qui permet aux parents « des moments de complicité »… A la maison, on dort et on mange, c’est tout ??? En voilà une belle perversion des services publics ! Ils se doivent d’être non plus au service de tous mais des individus, des familles et des croyances.!
Alors, le bouquet final, les excuses du rectorat, prennent un goût plus que saumâtre. C’est la laïcité qu’on assassine. C’est l’école qu’on assassine. C’est l’égalite homme-femme qu’on assassine. C’est la honte de la République.
Christine Tasin
http://christinetasin.over-blog.fr
LETTRE AU RECTEUR DE CRETEIL
Monsieur le Recteur
Académie de Créteil
4 r Georges Enesco
94000 CRETEIL
Monsieur le Recteur,
Selon un article d’Aujourd’hui en France, du 28 juin, vos services seraient prêts à faire des excuses à une mère voilée, suite à un incident ayant eu lieu dans une école de Chelles (Seine-et-Marne) : le Directeur ayant prié cette dame, voilée, de ne pas accompagner une sortie scolaire au nom du respect de la laïcité, les autres mères présentes se sont insurgées et ont obligé le bus à s’arrêter et à accepter l’accompagnatrice bénévole. Le Directeur à qui l’on a forcé la main n’a pu que demander à cette personne de ne s’occuper que de son enfant. Au grand dam de celle-ci et à celui de l’Inspecteur de l’Education Nationale de Chelles qui prétend que « la loi sur la laïcité s’applique aux enseignants et aux élèves mais pas aux parents d’élèves « .
Je ne reviendrai pas ici sur les absurdités de cette interprétation qui considérerait qu’une sortie scolaire ne relève plus de l’école, ce qui a conduit nombre d’écoles à modifier leur règlement intérieur pour se prémunir, précisément, contre cette interprétation et qui amène nombre d’enseignants à refuser d’organiser les sorties scolaires pour éviter ce genre de situation.
Je ne reviendrai pas non plus sur les absurdités et contradictions des recommandations de la Halde, qui, censée lutter contre les discriminations, permet et encourage la discrimination des femmes, obligées, parce qu’elles sont femmes, de se cacher. Bel exemple à montrer à nos enfants !!! Nous nous permettons de vous rappeler que le voile n’est pas un symbole religieux mais une obligation faite aux femmes dans certaines communautés, qu’elles soient croyantes ou athées.
Il me paraît complètement anormal que l’Etat présente des excuses parce que l’un de ses fonctionnaires a souhaité et l’égalité républicaine et se mettre à l’abri des possibles protestations de parents attachés à l’égalité homme-femme.
En effet, loin d’avoir fait preuve de discrimination, le Directeur a respecté et la laïcité de l’école et les valeurs républicaines. Or, c’est le voile qui est un symbole et un outil de discrimination ; comme mère d’élève, je ne veux pas que mes enfants considèrent comme normal que les femmes doivent se cacher ; néanmoins, si je tolère que des femmes voilées leur attachent les lacets, je reconnais implicitement que c’est le cas.
Alors, les excuses du rectorat reviendraient à dire que l’Etat, lui, accepte et cautionne cet état de fait, niant les principes républicains de notre Constitution.
C’est pourquoi, Monsieur le Recteur, je me permets de vous demander de laisser les Directeurs d’école libres de ne pas accepter les accompagnatrices voilées sans les désavouer.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Recteur, l’expression de mes salutations les meilleures.
Christine Tasin,
Membre de la rédaction de Riposte Laïque

REACTION D’UN LECTEUR DE RIPOSTE LAIQUE
(1) Lettre de ce lecteur au recteur de l’Académie de Créteil
A Monsieur Le Recteur de l’Académie de Créteil
On parle de discrimination pour cette Dame voilée alors que c’est le Voile qui en est une. On se moque de qui ?
Et Je site le journal :
« confuse devant ce couac l’Education Nationale compte présenter ses excuses  » …
A quand la mère de famille affublée d’une Burka pour accompagner d’autre enfant. Non ? Pourquoi alors ferions nous une différence entre le voile et la Burka ??? On est en plein délire.
Quelle image de la femme donne-t-on aux enfants ?
J’ose espérer que ces excuses ne seront pas émises à quelque niveau que ce soit. J’ai alerté les associations Laïques et républicaines.
Aujourd’hui en page 11 du 28/06/08
Mr RIGOT Philippe
(1) http://www.ripostelaique.com/Laurence-Bonzani-directrice-d.html
(2) http://www.ripostelaique.com/La-HALDE-ou-Haute-Autorite.html
(3) http://www.ripostelaique.com/Halde-la-20-Apres-la-promotion-du.html
(4) http://www.ripostelaique.com/Halde-la-20-Apres-la-promotion-4du.html

image_pdf
0
0