Le régard sidéré d’un Canadien sur la nature de Macron

Publié le 20 novembre 2018 - par - 17 commentaires - 2 668 vues
Share


Un Canadien de mes amis en visite en France me demandait récemment ce que je pensais sincèrement de « monsieur Macron ». Il venait de prendre connaissance d’une petite phrase du chef de l’État qui disait ceci : « Vous pouvez parler très librement, la seule chose qu’on n’a pas le droit de faire, c’est de se plaindre ».

Ma première réaction fut d’exploser en récriminations propres à un opposant à sa politique, avec toute la litanie des décisions qu’il prend et que je trouve contraires à l’intérêt de mon pays. Je commençai donc à lui parler de son idéologie ultra-libérale alliée à sa croyance supra-progressiste. Ces deux courants de pensée, naguère un peu étrangers, aujourd’hui se rejoignent pour établir un pan de l’opinion aux contours assez flous mais que l’on peut considérer cependant comme assez proche du milieu des possédants, en tout cas de ceux dont les fins de mois ne sont pas délicates. Ceux-là n’ont pas de sentiment national. Ils ne sont les patriotes que de leur porte-monnaie qu’ils trouvent, quoi qu’il arrive, toujours insuffisamment rempli. Macron étant leur porte-drapeau. Ils se moquent de l’identité, de l’Histoire et de l’intégrité territoriale de leur pays.

En observateur avisé des choses de la vie politique, il savait déjà tout cela et ce n’était pas, bien entendu, ce qu’il voulait entendre. Ses compatriotes canadiens sont affublés d’un chef d’État, Justin Trudeau, aux propensions mondialistes de même nature. Non, ce qui le préoccupait était la dimension humaine du personnage, celle que ses concitoyens peuvent appréhender à l’exclusion des étrangers.

J’ai alors tenté de lui décrire ce qu’était cet homme, porté, par un hoquet inapproprié de l’Histoire, à la magistrature suprême de mon pays, la France.
Si certains de nos concitoyens trouvent le président « dynamique », la majorité auraient tendance à le trouver excité, voire très excité. À cet égard, la vidéo de son meeting préélectoral de Marseille est plutôt édifiante.

Si sa jeunesse (pour certains sa fraîcheur juvénile) a pu un certain temps concourir à le décrire « sympathique », très vite ses dérives verbales et même comportementales ont accru son impopularité qui, aujourd’hui, atteint des profondeurs abyssales. Ce niveau étant totalement inédit puisque survenant après moins de 2 ans de pouvoir.

Il a fallu d’ailleurs peu de temps pour que le sémillant candidat séducteur se transforme en potentat arrogant et orgueilleux qui n’hésite jamais à montrer tout le mépris qu’il porte à ses concitoyens n’appartenant pas à la fine fleur de ses semblables, énarques éminents et choisis, au service de l’argent-roi et de son domaine, la banque.

Son appartenance de classe détermine sa prééminence supposée et celle de ses amis. Elle le conduit à considérer que dans la société « il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien ». Ces derniers étant, selon lui, ni plus ni moins que des « fainéants » quand ils ne sont pas de surcroît des « illettrés » tout en étant des « cyniques » (en matière de cynisme, il sait de quoi il parle notre président !). Selon lui, ces gens ne sont que « des Gaulois réfractaires au changement » (Gaulois étant employé ici dans un sens péjoratif, à la manière de l’usage qu’en font les envahisseurs muzz, qu’ils soient rappeurs ou chômeurs). D’ailleurs, il pense que ce pays, qu’il s’évertuerait à rendre meilleur, « ne serait pas réformable », c’est-à-dire indécrottable de ses valeurs nauséabondes du passé et de ses valeurs qu’il conteste pour l’essentiel. Bref, que des conservateurs, voire d’immondes réactionnaires.

Avec Macron, les choses sont simples : « Tu veux te payer un beau costard, alors travaille » (oublie de manger, de te soigner, de te loger, oublie l’école de tes enfants, oublie le prix des carburants… Oublie tout, et va t’acheter ce costard). En pédagogue moderne, c’est-à-dire investi de son sentiment de supériorité qui a réponse à tout, lorsqu’un pauvre homme établi dans la précarité et cherchant désespérément un emploi va vers lui, que lui dit-il ? Va-t-il l’aider ?… Non, bien sûr, cela n’est pas son affaire, il n’est pas préposé à Pôle emploi… Mais comme il est bon, comme il est grand et généreux, il va lui donner un conseil : « Pour trouver un boulot, traverse la rue… » Fallait y penser !… Lui l’a fait… Il est passé de la banque à l’Élysée. « Tu es jardinier… deviens serveur ou maçon », c’est aussi simple que ça et le problème du chômage sera résolu…,D’ailleurs, c’est bien simple, si lui il perdait son travail à l’Élysée, il ne refuserait pas de retourner chez Rothschild, promis juré…

Mon ami, réagissant finalement à tout ce qu’il entendait, me dit : mais cet homme n’aime pas ses semblables, il n’aime pas les Français. Je partage ton sentiment, lui répondis-je, et en plus, ajoutai-je, il n’aime pas la France. Avant même d’avoir accédé à la magistrature suprême, il s’était fendu d’un voyage en Algérie pour consoler son leader empaillé de sa sympathie face au crime contre l’humanité commis par la France de sa seule présence là-bas durant 130 ans. Face à son regard interrogateur, je lui expliquai que la plupart de ces saillies intempestives, inopportunes et blessantes avaient été lancées depuis Bucarest, Copenhague, Alger, Berlin ou Bruxelles… Pas même capable de laver son linge sale en famille… Déplorable.

Tout ce qui précède ayant suscité émotion et réprobation chez les Français, et face à la grogne occasionnée, que dit-il, dans sa tour d’ivoire élyséenne, entouré de tous ses petits amis en tenue affriolante : « Qu’ils (les Français) viennent me chercher… » Même pas peur, Benalla est là !
Comment s’étonner alors que la France se révolte, aujourd’hui, pour dénoncer la traîtrise et l’impéritie de ce chef qui lui fut imposé par les manœuvres médiatiques de l’oligarchie financière mondialiste dont il est issu ?

Jean-Jacques Fifre

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Jobig
Sacha P

Il manque manifestement une donnée importante dans la constitution française : l’interdiction formelle à un citoyen passé par l’ENA de pouvoir accéder au poste de Président de la République .

barbot

Portrait lucide de ce triste petit salopard !

CLV

J’adore votre article, excellent, éclaboussant de vérité. Bravo

hathoriti

Très bon article ! rien à ajouter, excepté que…j’adore la chute ( de l’article !) en attendant celle du pseudo président !

Frederic REYNIER

les canadiens ont encore pire avec la pute homo marxisée TRUDEAU

Fit

Le problème c’est qu’il a été mis au pouvoir par la majorité du peuple français et que si en 2022 un autre salopard euro-mondialiste hystérique et gesticulant se présente avec le soutien de la presse aux ordres, les français l’éliront une fois encore.
Présidentielles 2017:
26% d’abstentionnistes ( donc qui ont voulu macron)
12% de bulletins blancs ou nuls ( donc qui ont voulu macron)
et parmi les 62% d’inscrits restant qui ont exprimé un vote, 66% l’ont fait en faveur de macron.
Donc une grande majorité de français a voulu macron.

EORGHIL

Vous réussissez le tour de force de faire voter les abstentionnistes ! Ce serait drôle si ce n’était pas aussi affligeant…

Antécumé

Si, si dans certaines démocraties bananières, par exemple en France, mais pas que, ça existe, ça s’appelle « bourrer les urnes »

obelix

reiser avait fait une illustration ou le pape en viste en afrique arrive devant un enfant malade ,souffreteux là un medecin dit au pape : cet enfant ne mange plus !! reponse du pape : c’est pas bien mon fils ,il faut manger !! pour macron c’est idem : on n’y arrive plus crient les français macron repond eh bien bosser plus !!

Marnie

C’est heureux que Macron n’a pas dit : jeunez donc c’est bon pour la santé. Mais cela va venir dans peu de temps.

patphil

qu’ils viennent me chercher!
jupiter-bibi n’a pas osé aller faire un discours à l’assemblée des maires de france, quel aveu de couardise alors que l’année dernière il avait promis de s’y inviter tous les ans!

Marnie

Macron est un être destructeur. Il hait la France et encore plus les français. Macron démission ! Macron dégage !

montecristo

Jean-Jacques ! Magnifique résumé ! Il me semble toutefois que vous ayez oublié : « La culture de la France n’existe pas  » ce qui j’espère aurait fait bondir votre ami canadien !

Allonzenfan

Comme le disait il y a peu un persan de ma connaissance :  » Mais comment peut-on être Macron ? »

🇫🇷 ANCIEN COMBATTANT AFN 🇫🇷

Proverbe Gaulois Irréductible: « Macrotte sera aux poubelles de l’Histoire ce que la diarrhée est aux latrines. »

eva

Très bien présenter, rien à ajouter. C’est la catastrophe en France et j’ ai bien peur qu’il ny aie pas de solution . on a laissé passer le coche