1

Le RN veut interdire l’idéologie islamiste par la loi : insuffisant !

Image

Les journalistes découvrent l'islamisation des banlieues - Polémia

« Avec le projet du RN, c’en serait fini de l’islamisme ». Bigre ! Voilà une affirmation de l’eurodéputé RN Jean-Paul Garraud qui fait dresser l’oreille. Un parti qui ferait plier les barbus, après 40 années de renoncement permanent de nos élus ? On demande à voir.

C’est un pari osé, surtout quand on sait que plus de 50 % des jeunes musulmans souhaitent l’avènement de la charia et rejettent la loi républicaine. Et les 2/3 des musulmans placent la religion avant la République. Ce qu’on appelle une intégration réussie !

Rappelons tout d’abord que Macron a beau pavoiser, sa charte républicaine pour un islam de France est un fiasco monumental.

Trois fédérations radicales refusent de la signer sur les neuf que comprend le CFCM. Ces trois fédérations rebelles sont Foi et Pratique, branche radicalisée du mouvement Tabligh indo-pakistanais, ainsi que les deux associations franco-turques liées à Ankara, le CCMTF et la CIMG, qui ne sont rien d’autre que la voix d’Erdogan.

Chacun sait que la France est en train de crever sous les coups de butoir d’un islam conquérant, qui exploite les lâchetés d’un exécutif démissionnaire pour tisser sa toile. Un exécutif soumis, certes, mais largement aidé par la presse servile, ainsi que par le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel, deux entités qui ont la fâcheuse tendance à donner raison aux revendications communautaristes au mépris de la laïcité.

En 1990, droite et centre réunies à Villepinte affirmaient que l’islam était incompatible avec la République. Pas question à l’époque de faire une subtile distinction entre islam et islamisme. La parole était libre, le mot islamophobie n’existait pas encore et la droite n’avait pas honte de ses idées. C’était l’ancien monde.

Mais aujourd’hui, avec 10 millions de musulmans dans le pays, toujours plus virulents, le discours a changé. Non seulement tous les partis politiques affirment que l’islam est compatible avec nos lois, mais la plupart des élus courtisent le vote musulman et sont prêts à toutes les compromissions pour garder leur siège.

Quarante années d’aveuglement ont mené au désastre : nous sommes devenus les otages des musulmans. Même Zemmour prend bien soin de ne pas faire d’amalgame islam/islamisme, alors que force est de constater que seuls les musulmans non pratiquants sont attachés à la République.

Un musulman modéré, c’est un non-pratiquant, donc un apostat aux yeux des barbus qui veillent au grain pour réveiller une fibre religieuse un peu émoussée.

La parole de l’imam a plus de poids en banlieue que celle du maire ou du préfet.

C’est pourquoi la volonté du RN d’en finir avec l’islamisme, soutenu et financé par des pays étrangers, a de quoi surprendre. Qu’en est-il exactement ?

Dans une interview du Figaro, Jean-Paul Garraud veut une loi visant à interdire « purement et simplement l’idéologie islamiste », en mettant un terme « à la pratique, la manifestation ou la diffusion publique de l’islamisme ».

https://www.lefigaro.fr/politique/jean-paul-garraud-avec-le-projet-du-rn-c-en-serait-fini-de-l-islamisme-20210127

Face à la politique d’évitement menée par le gouvernement, qui redoute un procès en islamophobie, il faut se doter d’armes efficaces contre un totalitarisme qui menace notre civilisation.

Il s’agit de déclarer l’islamisme hors la loi, en le plaçant au rang des idéologies monstrueuse comme le nazisme, en totale opposition aux droits de l’homme.

La lutte contre le terrorisme ne suffit pas si on ne combat pas le mal à la racine, ce totalitarisme islamique en opposition frontale avec la République.

Avec une batterie de mesures et d’interdictions, le RN entend renforcer le Code pénal. Tout lien avec l’idéologie islamiste sera considéré comme circonstance aggravante lors d’un délit.

Le RN entend également créer une peine d’indignité nationale et destituer de la nationalité française les binationaux ayant des liens avec l’idéologie islamiste.

Évidemment, si ces mesures voyaient le jour, après des décennies d’inaction criminelle, ce serait mieux que la soumission totale actuelle.

Mais qui peut croire qu’on peut combattre un cancer quand il est métastasé ? Le compte n’y est pas.

Qu’on ne nous dise pas que les islamistes ne sont qu’une poignée, 50 000 Frères musulmans et 40 000 salafistes perdus au milieu de 10 millions de musulmans.

Dire qu’il n’y a 1 % d’islamistes alors que plus de 50 % des jeunes souhaitent la loi coranique en France, c’est une arnaque intellectuelle.

La France de nos banlieues est bel et bien islamisée, à l’école, dans les associations, les clubs de sport, les services publics, les commerces.

Cette loi que propose le RN, c’est du saupoudrage. Un coup d’épée dans l’eau. Elle n’est pas à la hauteur des enjeux.

Il faut fermer les  frontières, supprimer la double nationalité pour tous, supprimer le droit du sol, supprimer le social aux étrangers, supprimer toutes les aides aux pays qui ne coopèrent pas.

Comment combattre le mal si on n’arrête pas d’abord l’hémorragie ?

Et si l’opposition renâcle, si les forces mondialistes s’opposent à toute politique de fermeté, le référendum populaire devra trancher.

C’est au peuple de décider de son avenir. Ce ne sont ni Macron, ni les minorités, ni les associations, ni l’Europe, ni les mondialistes qui doivent décider de l’avenir de la France.

Et qu’on ne nous dise pas que c’est impossible. Laissons donc brailler le monde entier, la CEDH, les associations, les multiculturalistes, les pays arabes et l’ONU.

Avec 25 % d’Arabes israéliens, l’État hébreu tient tête à 300 millions d’Arabes depuis 1948 et tape là où ça fait mal. Tout n’est que question de volonté et de courage, vertus inconnues de Macron.

Un sondage du jour donne Marine à 48 % et Macron à 52 % en 2022.

Image

https://www.bfmtv.com/politique/presidentielle-2022-un-sondage-donne-macron-et-le-pen-au-coude-a-coude-au-second-tour_AV-202101270527.html

Si elle accède au pouvoir, sous réserve d’avoir le soutien de tous les patriotes qui refusent d’être dépossédés du pays de leurs ancêtres, son premier devoir sera de lancer un référendum sur l’immigration.

Si on ne brise pas l’idéologie mondialiste, terreau de l’islamisme, inutile d’espérer des lendemains qui chantent. Ce sera le chaos généralisé sous peu.

Jacques Guillemain