Le rôle occulté de l’Iran dans le développement de Daech

Publié le 4 octobre 2018 - par - 24 commentaires - 1 739 vues
Share

 

À la différence des atrophiés des neurones qui gobent la propagande complotiste arabo-musulmane qui répand l’idée totalement débile que le Mossad aurait créé Daech, je ne dirai pas que la République islamique d’Iran a créé l’État islamique mais, par contre, il est certain que Téhéran porte une lourde responsabilité dans le développement de l’organisation jihadiste sunnite (malgré l’idée contre-intuitive que cela représente pour certains). Le sujet est très peu, voire pas du tout abordé en Occident car cela embarrasse les partisans la politique pro-iranienne de l’Union européenne dans le bras de fer qui l’oppose au gouvernement Trump sur l’affaire du nucléaire iranien. L’antagonisme chiites/sunnites joue évidemment un rôle essentiel dans l’incompréhension de ce phénomène. Disons-le tout de go : l’Iran, mais aussi la Syrie elle-même – comme nous allons le voir – ont bien contribué de façon directe et indirecte à la montée en puissance de l’État Islamique (EI) d’Abu Bakr al-Baghdadi.

Le journaliste américain free-lance Benjamin Hall qui couvre sur le terrain les conflits au Moyen-Orient depuis 2006 (pour des médias tels que Fox News ou la BBC) explique avec clarté dans son livre intitulé Inside ISIS, The brutal rise of a terrorist army :  « L’ Iran qui a soufflé sur les braises du sectarisme [NDA entre chiites et sunnites] est autant à blâmer que l’Arabie saoudite dans la création de l’État islamique. » 

En effet, Benjamin Hall écrit plus loin que l’Iran a sans aucun doute grandement bénéficié du développement de l’EI (Téhéran en a profité pour intervenir en Irak et en Syrie). Il faut savoir que de nombreux rebelles syriens qui ont parlé au journaliste depuis 2013 ont déclaré que les Iraniens et les forces qu’ils soutiennent visaient les bataillons des membres des factions de l’Armée syrienne libre (ASL), opposantes au régime syrien mais « étrangement » rarement ceux de l’État islamique. La Syrie a, quant à elle, acheté du pétrole à l’EI, ce qui a rempli les caisses de l’organisation jihadiste…  

Aux origines de Daech : l’Iran aide le futur chef d’Al-Qaïda en Irak :

L’origine de l’État islamique se trouve non pas en Syrie mais en Irak. 

Avant que de nombreux ex-baasistes et des sunnites irakiens, se sentant floués, ne prennent les armes sous la bannière de groupes jihadistes après l’intervention américaine en 2003 en Irak, un groupe jihadiste était déjà présent dans le pays (depuis 2001) et attendait son heure. Il s’agissait du Jama’at al-Tawid wal-Djihad qui se trouvait dans la région ouest de la région sunnite d’Anbar en Irak et qui prit par la suite le nom d’Al-Qaïda en Irak en 2004. Jama’at al-Tawid wal-Djihad fut d’abord créé en Jordanie en 1999 par celui qui devint donc, par la suite, le leader d’Al-Qaïda en Irak, le chef terroriste le plus redouté par les Américains dans cette région et l’ami de longue date d’Oussama ben Laden : Abou Mousab Al-Zarqaoui (tué en 2006 par les forces US et dont la tête était mise à prix pour pas moins de 25 millions de dollars).

C’est à partir de 2001 qu’Al-Zarqaoui, qui combattait en Afghanistan, s’installa en Irak après les représailles américaines contre le fief des taliban, suite aux attentats du 11 septembre. Et c’est l’Iran qui aida Al-Zarqaoui à passer en toute sécurité d’Afghanistan en Irak, avec l’espoir que le chef jihadiste puisse ainsi déstabiliser leur ennemi commun, Saddam Hussein. Rappelons que la création de l’État islamique a commencé lorsqu’Al-Qaïda en Irak de Moussab Al-Zarqaoui forma, avec cinq autres groupes jihadistes, le Conseil consultatif des moudjahidines en Irak. 

Al-Zarqaoui est à l’origine de ce qui deviendra Daech, et c’est donc Téhéran qui aida le sunnite Al-Zarqaoui à s’infiltrer jusqu’en Irak pour y établir un groupe jihadiste !  

On sait qu’Abou Mousab Al-Zarqaoui se trouvait en Iran au début du mois de septembre 2001 (la période en question n’est certainement pas due au hasard puisque, aux États-Unis, la Commission d’enquête bipartite sur les attentats du 11 septembre a prouvé qu’Al-Qaïda entretenait des rapports avec Téhéran…).

Comme l’a révélé Nabil Gueshan dans le journal Al-Chark al-Wasat (le 2 septembre 2003), l’Iran refusa à la Jordanie l’extradition d’Al-Zarqaoui.

Les collaborations de circonstance sont loin d’être rares entre sunnites et chiites quand il s’agit d’affronter les États-Unis, Israël ou même certains régimes arabes (même si la guerre ancestrale entre chiites et sunnites reprend toujours le dessus). Après tout, l’Iran chiite soutient les terroristes sunnites du Hamas et du Jihad islamique palestinien (JIP). Les taliban ont aussi reçu des flots d’armes venues des entrepôts de l’armée iranienne (là encore, la haine commune contre les « croisés » américains provoqua l’union entre les frères ennemis de l’islam).

Un autre exemple est donné par le secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan iranien, Mustafa Hijri, qui déclara dans The Jerusalem Post (daté du 7 juillet 2017) : « Dans le passé, nous avons dénoncé – à la fois par nos canaux diplomatiques et par le biais des médias – les relations existant au Kurdistan entre les groupes jihadistes salafistes et l’Iran. Et nous continuerons de le faire. »

L’Iran est une menace existentielle pour l’Occident. Il serait temps d’agir contre la République islamique avec une réelle détermination car, comme l’a encore dit Rodney V. Sickmann, ancien sergent du bataillon des gardes de sécurité du corps des Marines et qui fut l’otage pendant 444 jours des fanatiques iraniens après la prise par ces derniers de l’ambassade des États-Unis à Téhéran : « Je pense réellement que la guerre contre le terrorisme a commencé le 4 novembre 1979, quand les Iraniens ont envahi notre ambassade. » (Military History, mars 2017).  

Frédéric Sroussi

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Marnie

Etre l’allié de l’Arabie Saoudite il faut quand même le faire. Le Yemen pâtit énormément de la guerre que lui fait ce triste pays avec l’Angleterre. Beurk !

DUFAITREZ

Intéressant, merci. Mais l’Iran va bientôt basculer !
La jeunesse a tout compris, les Mollahs en déroute… Trump dans les coulisses…

Yohann Le Debattant

En quoi c’est un probleme d’etre sioniste? Par contre etre musulman, beurk…

Marnie

Yohann Le Debattant Etre un musulman ou pro musulman c’est être le cancer du monde.

Yohann Le Debattant

Mais voui, les iraniens sont des agneaux. Demandez aux familles des 83 français assassinés à Beyrouth en 1983 lors de l’attentat du « drakar » ce qu’ils en pensent. Sans parler du reste

Marnie

Il n’y a pas que l’Iran qui doit être sur la sellette concernant l’aide apportée à Daech. Tous ceux qui ont favorisé l’armement du monde musulman et tous ceux qui leur ont vendu des armes. Cela doit en faire des responsables.

Frederic Sroussi

Toi le pro- djihadiste tu devrais la mettre en veilleuse.

Rudolph

Article passionnant ! A balancer à ceux qui propagent sans cesse la sempiternelle opposition chiites/ sunnites ! C’est le même coran, les deux faces de la même secte !

Jean-Paul SAINT-MARC

Autre vision globale qui me semble plus réaliste.
Le fameux printemps arabe a surtout touché des dictatures -il faut bien le reconnaître- non religieuses…
Après l’Irak, Tunisie, Libye, Égypte, Syrie…
En réalité, les occidentaux imbéciles se sont fait manipuler par l’Arabie !
Pour ce qui est du rôle d’Israël, sûr qu’il craint plus l’Iran que l’Arabie, mais s’il a une responsabilité, c’est uniquement en Syrie…
La première chose à faire pour Assad, la paix avec Israël !

Jean-Paul SAINT-MARC

Un peu gros…
C’est surtout l’incohérence politique qui est à constater sans vision des conséquences à venir, comme les USA ayant aidé les islamistes afghans contre les soviets !

torghal

Sans parler de la Russie et des USA !

Zeroura

Faut voir comment les pays occidentaux on foutue le bordel dans les pays musulmans pour s accaparée les richesses de leurs sol(a qui la faute ?)la et la question

Yohann Le Debattant

Les musulmans n’ont besoin de personne pour foutre le bordel chez eux…et ailleurs

peplum

J’avais noté que quand l’écrivain Naipaul a voyagé à titre documentaire dans « ces » pays juste après la révolution iranienne, il a remarqué le montant prestige historico-politique de l’Iran chez les Pakistanais (dont la société avait encore des bribes « brittanisées ») à l’islamisme politiquement incarné balbutiant ; prestige théologique aussi (donc de Qom), qui ne leur paraissait pas de la petite bière (malgré les dissensions théologiques)

le Franc

et moi je dirai que la guerre a commencé en France avec la création de SOS-racisme dans les eighties.

Gretsch

Toujours Thérèse et Frédéric et leur articles pro Israéliens … Mais c’est souvent la poule qui chante qui a fait l’œuf. Depuis 2013, Israël a effectué plus de 200 frappes en Syrie dont exactement … 0 qui visaient DAECH.
DAECH est la marionnette américaine et israélienne qui leur permet d’éviter d’envoyer des hommes risquer leur vie sur le terrain, pour déstabiliser leurs ennemis au moyen orient.
L’Arabie Saoudite assure le financement de DAECH et Israël est l’allié de ce pays moyenâgeux.

Yohann Le Debattant

Je ne sais pas ce que vous fumez mais c’est de la bonne Gretsch (Alain)?

Gretsch

Ce que j’ai écrit sont des faits que vous pouvez vérifiez par vous-même. Regardez une carte de la Syrie de 2011 et 4 ans après l’intervention américaine, et vous constaterez que les USA ont fait semblant de combattre DAECH. Et vous n’aurez pas besoin de fumer pour revoir la vidéo dans laquelle Fabius déclare qu’Al Nosra (Al qaida en Syrie) « fait du bon boulot ».

Yael

Excellent article …qui fait comprendre ce qui nous menace à present avec nos dirigents qui ne veulent pas voir de vrai ennemi.

Stratix

Drôle de manière de refaire l’histoire. Le rôle de l’Iran est sur estimé et celui de l’axe USA ( néoconservateurs) -Israel-Arabie saoudite-Quatar est complètement occulté alors qu’il est à la base de tout.

Dupond

Stratix
+10000000000000000000000000000000

Gretsch

Tout à fait. De 2011 à 2015 les États-unis et leur fûmeuse coalition de 60 pays se sont avérés incapables de ne serait-ce que de freiner la progression de DAECH qui parvenait même à prendre Palmyre à terrain découvert sous l’observation des satellites. Parce que leur véritable cible n’était pas DAECH mais Assad. Après quelques mois d’intervention de la Russie la situation s’est inversée.

Yohann le debattant

Absolument faux, a part pour pour le rôle de l’Arabie Saoudite et l’ideologie wahabite.