1

Le salarié Macron serait-il sur le départ?

Ce qui est agréable avec le très présomptueux Macron, c’est que régulièrement, il se ridiculise.  Au milieu de son habituel fatras d’auto-congratulation et sa  fausse présidence de l’Europe dont il ne dirigera surtout que les cocktails et quelques diners…  nul a prêté attention à une phrase majeur. Voulant se poser en rempart contre l’extrême droite,  il a cité l’historien Marc Bloch: “et de la France, notre patrie, nul ne saura déraciner mon cœur”. Etait-il judicieux de citer un livre intitulé L’Étrange défaite ?

Cet essai témoigne des insuffisances des élites qui, en mai 1940, sombrent dans la guerre. Il décrit la défaite et la débâcle françaises comme permises, voire voulues, par le commandement et le gouvernement, influencé par les élites militaires, économiques et sociales. Personne  n’a relevé l’incongruité de cette citation, c’est Zemmour qui a dû bien se marrer!

Comme à son habitude, les ignares qui rédigent ses discours ont dû puiser dans un gros dictionnaire de citations, sans s’informer plus avant. A moins, que ce ne soit un aveu « subliminal » adressé aux plus érudits? Contrairement à ses dires et assertions, Macron aura reconnu sa défaite contre le Covid, les méfaits de son gouvernement d’incapables, sa collusion avec Big Pharma, la déplorable influence des cabinets de l’ombre qui l’ont  conseillé pour 25 millions d’euros… 

Le salarié Manu serait-il en partance?

Si le directeur de la communication de Valérie Pécresse, Geoffroy Didier, a fustigé des “vœux de propagande”, le commentaire le plus drôle revient à Jean-luc Mélenchon: « le discours du répondeur automatique du siège de LREM. Mon vœu: que ce soit la dernière fois”.

Nous avions noté que la macronie présentait une harmonie certaine: arrogance, vulgarité… auquel peut s’ajouter un autre trait dont Attal est la parfaite incarnation: le psittacisme.

Souvenons-nous que le 4 décembre 2020, au terme d’une longue interview à Brut, Macron avait dit: «peut-être que je ne pourrais pas être candidat, peut-être que je devrais faire faire des choses das la dernière année, dans les derniers mois, dures, parce que les circonstances l’exigeront et qui rendront impossible le fait que je sois candidat ».

Daphné Rigobert

A 2h 23′