Le sénateur Obama avait voté pour le mur entre USA-Mexique en 2006

Publié le 27 janvier 2017 - par - 6 commentaires - 5 603 vues
Share

Cessons la propagande anti Trump, sur le mur du Mexique ! Il existe depuis 2006, et ce, sous la présidence de Bush père !

Encore mieux ! Obama alors sénateur avait voté pour !!

Pour info :

La barrière États-Unis-Mexique, ou la grande muraille États-Unis-Mexique, est une séparation discontinue érigée par les États-Unis sur leur territoire, le long de sa frontière avec le Mexique visant à empêcher l’immigration illégale importante en provenance de celui-ci, ainsi que le trafic de drogue.

Le flux de migrants mexicains étant considéré comme le  plus important flux migratoire de l’histoire de l’humanité.

L’histoire du mur qui tente de séparer le Mexique des Etats-Unis est un exemple de l’hypocrisie contemporaine.

C’est en 2006 que le gouvernement Bush père fait adopter un projet de construction d’une barrière de 1 130 km le long de la frontière américano-mexicaine.

Pour la petite histoire, il est intéressant d’apprendre que Barack Obama lorsqu’il était sénateur avait voté en faveur de la construction de ce mur !

http://dailycaller.com/2016/11/15/flashback-that-time-all-of-americas-top-dems-voted-to-fund-bushs-border-wall/

Le mur a continué à se construire sous Obama ! Il n’a cessé qu’en 2010….

Selon un rapport daté de septembre 2009 aux Etats-Unis,  plus de 5000 Mexicains sont morts « accidentellement » en tentant de contourner le mur et de traverser la frontière durant les 15 dernières années.

Les clandestins viennent la nuit le long du mur, ils attendent le changement de patrouille, et ils tentent leur chance. Mais il y a aussi le passage invisible.

Le poste-frontière de Tijuana est le plus fréquenté au monde et chaque jour des clandestins se mêlent à la foule en montrant des faux papiers, en se cachant dans le coffre d’une voiture.

Pour les plus endurcis, il y a une autre porte de sortie : 22 kilomètres après sa naissance dans les vagues du Pacifique, le mur de Tijuana s’arrête pour laisser place à des montagnes escarpées et, plus loin, au désert d’Arizona. La zone est dangereuse.

Selon les autorités mexicaines, 425 migrants sont morts l’année dernière en passant la frontière. Depuis 1994, le bilan s’établit à plus de 5 000 morts, sans compter les anonymes disparus à tout jamais dans les sables. Victimes d’hypothermie, de déshydratation ou d’agresseurs.

C’est donc bien juste de la part de Trump lorsqu’il dit qu’il va sauver des vies des deux côtés de la frontière en terminant et renforçant ce mur.

Depuis  que la guerre contre le crime organisé a été lancée par l’ancien président mexicain, Felipe Calderon, certains États du Mexique sont en proie à une extrême violence.

Le trafic de drogue n’a pas cessé et les cartels contrôlent certaines zones du pays.
La guerre des cartels mexicains a franchit la frontière des Etats-Unis.
Déjà, l’Arizona subit une hausse alarmante de la criminalité. Selon différentes sources, l’État frontalier serait devenu la principale plaque tournante nord-américaine de l’immigration illégale et du narcotrafic.

Ailleurs, sur l’ensemble du territoire, les cartels mexicains contrôleraient la plupart du marché, d’après un rapport du Centre national de renseignement des drogues.

Liés aux gangs américains, ils seraient parvenus à s’implanter dans 230 villes des Etats-Unis.
Par exemple, le gang des Zetas constitué à la fin des années 1990 par d’anciens militaires :

Il s’agit d’un des groupes les plus sanguinaires du Mexique. Décapitations, exécutions, ils signent souvent leurs crimes d’un Z.

Ces anciens militaires reconvertis dans le crime auraient signé l’assassinat de nombreux migrants retrouvés près de la frontière américaine. Les Zetas avec leurs 1000 meurtres par an ne sont hélas pas les seuls !

Les principaux gangs mexicains sont le Cartel de Sinaloa qui contrôle le centre, Les Zetas qui contrôlent la côte atlantique, le cartel de Felix Arellano qui contrôle Tijuana et la basse Californie, La familia qui contrôle le Michoacan, le cartel de Beltran levya qui contrôle la côte pacifique Nord, et le cartel du golfe qui contrôle la frontière Texane et la région de Monterrey.

Ils sont tous aussi sauvages les uns que les autres, qu’ils aient un passé militaire ou non.

Le président Peña Nieto n’a absolument pas les moyens d’éradiquer les cartels. Son armée est corrompue et les cadres des zetas sont policiers le jour et narcos la nuit.

Ils sont rodés aux méthodes militaires, car beaucoup sont d’anciens soldats d’élite de l’armée mexicaine et guatemaltèque (les « kaibiles »). Ils ont été formés dans différents pays dans les années 90 (y compris en France !) Il faudrait que le Mexique puisse fermer ses frontières pendant plusieurs années afin d’assécher le marché de la drogue aux US et empêcher les armes d’entrer ! C’est bien ça que Trump va faire.

Et qu’on ne me parle pas d’enrayer la misère au Mexique qui serait la cause du développement des cartels.
Ce pays a un PIB d’environ 10 000 dollars par habitant et même s’il y a des inégalités, les Mexicains qui entrent dans les cartels ne sont pas des affamés avec de gros bidons et des mouches autour des yeux…

Le mur est la seule solution, en attendant que le Mexique règle ses problèmes de corruption à la source.
Il y a bien des murs très hauts autour de Ceuta et de Melilla. Il y a aussi un mur érigé sur la rocade à Calais pour empêcher l’intrusion des migrants à l’assaut des camions !

Ce mur a été payé par les Anglais ! On en parle ?
Trump va en étonner plus d’un encore….
Enfin un Homme qui n’a pas de carrière pompeuse politique et qui réalise ses promesses d’élection.
Toutes les critiques anti-Trump ne sont qu’une preuve de la jalousie des autres « improductifs » démocrates en tête.

Nous avons besoin d’un tel homme (ou femme) en France. Et vite !

Voilà le genre de personnage qui n’a pas fini de générer la haine des médias du politiquement correct… C’est-à-dire 98% des médias !

Alice Chambord

http://www.lefigaro.fr/international/2006/10/02/01003-20061002ARTFIG90026-entre_les_etats_unis_et_le_mexique_un_mur_tres_politique.php

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/03/24/la-guerre-des-cartels-mexicains-franchit-la-frontiere-des-etats-unis_1171893_3222.html#DoiMYvvY24xWrz51.99

http://www.lesechos.fr/monde/elections-americaines/0211414032662-laredo-la-ville-qui-ne-veut-pas-du-mur-trump-2039941.php

http://www.20minutes.fr/monde/320089-20090416-guerre-drogue-insoluble-casse-tete-americano-mexicain

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/01/26/97001-20170126FILWWW00027-mexique-le-president-condamne-le-mur-de-trump.php

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Aux Armes Citoyens

Il fait combien de hauteur, ce mur ?
Nous aussi, on devrait dresser des murs à nos frontières.

OUI, en effet c’est Bush fils qui est président en 2006,lorsque Obama était sénateur .Le père Bush fut président de 1995 à 2000 et le fils de 2001 à 2009.Merci Albert ,d’avoir rectifié.

Chantal

Marine Le Pen empêchée d’entrer dans le camp de migrants de Grande Synthe (Maj) En déplacement ce mardi dans les Hauts-de-France pour évoquer notamment la question migratoire, Marine Le Pen n’a pas pu pénétrer dans le camp de migrants de Grande-Synthe. Selon notre journaliste sur place, l’entrée lui a été refusée. « C’est la démocratie à la française. On n’accepte que les élus pro-immigration », a réagi la présidente du Front national. L’association responsable du camp a assuré de son côté ne pas avoir été tenue au courant de la visite de Marine Le Pen. De son côté, le maire écologiste de… lire la suite

Albert

Veuillez vérifier que c’est Bush fils qui est Président en 2006.

from Persia wiz love

L’immigration massive transformera les pays hôtes en ce que les gens fuient.

YAYA

On le sait, OBAMA n’est qu’un faux-cul !
Bravo Monsieur TRUMP !!!