Le service minimum et la discrétion de Martine Aubry sur la laïcité

Dans son discours de déclaration de candidature à la primaire socialiste pour l’élection présidentielle, Martine Aubry explicite largement ce qu’elle considère comme « valeurs de la République ». Sauf sur la laïcité, où elle se contente d’une phrase sans aucune explication : « Pour moi, la laïcité est une valeur inestimable que nous devons protéger précieusement. »
Et on constate la même « discrétion » dans ses vœux pour le 14 juillet. Si « liberté », « égalité » et « fraternité » ont droit à de larges développements, en revanche la laïcité n’est évoquée qu’en une phrase quasiment identique à celle de la déclaration de candidature, sans aucun détail : « Fraternelle, la République le sera aussi en défendant la laïcité, une valeur inestimable que nous devons ensemble protéger. »
Craindrait-elle qu’on lui rappelle les nombreuses atteintes à la laïcité qu’elle a faites avec l’aide de son époux Jean-Louis Brochen, ainsi que celle de ses collègues socialistes et Verts à Lille et dans la région ? Dès 2005, Caroline Fourest détaillait tout cela dans son livre « La tentation obscurantiste », et elle vient de remettre le couvert sur son blog, en nous expliquant que ces prétendues « rumeurs » n’en sont pas, puisqu’elles sont basées sur « des faits rapportés malheureusement exacts » de l’avis même de la présidente de Prochoix.
La laïcité n’est donc pour la communautariste Martine Aubry qu’un mot, « valeur inestimable que nous devons protéger », derrière lequel elle ne trouve rien à dire, même pas comment « protéger » cette « valeur inestimable » ! Craint-elle qu’on lui rappelle quelques-unes de ses « affaires » avec les islamistes à Lille et dans le Nord ? Et comme le parti socialiste a décidé de miser à fond sur les électorats musulman et bobo, et non sur les ouvriers et employés français (d’après un rapport du think tank Terra Nova strauss-kahnien puis aubryste), Martine Aubry doit éviter soigneusement de se mettre à dos son fonds de commerce pour la primaire socialiste.
Cette stratégie explique largement le soutien des élus des quartiers nord et islamisés de Marseille à Jean-Noël Guérini qui invite à voter Martine Aubry pour cette primaire.
Djamila GERARD

image_pdf
0
0