Le seul moyen d’arrêter un méchant armé est qu’il y ait un gentil avec une arme

Publié le 8 juin 2014 - par - 1 593 vues
Share

assassin londresJe me souviens avoir récemment entendu un certain Wayne Lapierre, nouveau patron de la National Rifle Association (NRA), déclarer que « le seul moyen d’arrêter un méchant avec une arme, c’est qu’il y ait un gentil avec une arme ! » A ce moment là, sur le coup, j’ai pensé « quelle connerie et quel c…d » ! Je précise en outre ne pas être un fana des armes à feu, bien au contraire, ne vraiment pas admirer le modèle Américain en la matière et nettement préférer le modèle Français réservant les armes à la seule force publique.

Mais voilà, avec les tristes événements passés, nous ne pouvons que constater que d’une part les candidats au djihad sont de plus en plus nombreux (cf. les centaines de tueurs potentiels de retour de Syrie), d’autre part qu’ils font preuve d’une « motivation » toujours plus affirmée et d’autre part encore qu’ils sont de mieux en mieux et de plus en plus armés ! De ce fait, nul doute qu’il va falloir, hélas, s’habituer à ce genre de massacres aveugles pour lesquels il ne faut surtout pas désigner les vrais coupables, « stigmatisation » oblige, voire même qu’il convient d’en désigner de faux alors que chacun sait pertinemment qui sont les seuls responsables des actes antisémites de nos jours en France ! Il est vrai que dans le cas contraire (désigner les vrais coupables : l’intolérance, le communautarisme, l’incapacité à s’intégrer…) l’ampleur de la tâche serait telle qu’il apparaît plus judicieux pour nos politiques de balayer le problème sous le tapis.

Et face à cet accroissement du risque, force est également de constater que, malgré les incontestables succès de nos services de sécurité, ils ne sont déjà pas infaillibles et le seront encore moins lorsque le phénomène aura pris de l’ampleur !

Mais donc, s’il faut hélas se préparer, s’habituer malheureusement, disais-je plus haut, à ce genre de tueries, il faut donc que chacun s’attende, un jour ou l’autre, à la possibilité de se retrouver face à un canon de pistolet ou de kalachnikov en étant soi-même… désarmé ! Mais moi je ne veux pas finir comme ça, tiré comme un lapin. J’exige de ne pas courir le risque de finir comme ça, et encore moins mes enfants si, par malheur, ils se trouvent avec moi à ce moment là ! Mais pourtant que faire alors ? Et bien mourir ! Je ne vois pas comment cela peut se finir autrement. Car pour arrêter un tel tueur déterminé, pas question de lui parler ou de le raisonner, il faut… tirer ! J’en reviens donc au principe de Mr Wayne Lapierre dont je parlais au début de ce billet, principe que je trouve absurde et éminemment dangereux… lorsqu’il est appliqué dans une société sécurisée ! Mais si la société devient incapable de protéger ses citoyens, par négligence, par faute, par débordement numérique ou pour toutes autres raisons d’ailleurs, alors a-t-elle le droit de les priver de se défendre le cas échéant ?

Pour ma part, méfiant et peu attiré naturellement par les armes à feu, et également, je l’ai dit, peu enclin à considérer l’espace public comme un champ de tir, j’avoue pourtant que si je dois me retrouver un jour ou l’autre face à un fou furieux du style nemmouche, non seulement je préférerais mais je revendique le droit d’être armé pour sauver ma peau ! J’exige que l’on me protège ou que l’on m’accorde le droit de le faire moi-même ! Mais vous l’aurez compris, je ne préconise pas du tout cette solution pour notre pays, il s’agit plutôt d’un détour pour bien faire prendre conscience à nos « dirigeants » qu’ils ont un DEVOIR de protéger leurs concitoyens ! Et s’ils y parviennent alors je préfère cette solution publique ! Mais ils doivent TOUT FAIRE, TOUT METTRE EN OEUVRE pour y parvenir, y compris des actions politiquement « incorrectes » comme désigner les vrais responsables et les mettre en demeure de tenir leurs ouailles, sous peine de sanctions par exemple.

Or j’éprouve quelques doutes lorsque je vois certaines « tendances » naître dont je ne prédis pas la fin, hélas, mais plutôt la prise d’ampleur. Et dans ce cas là, nous les simples citoyens, les pov’ cons de « blancs racistes » dont, malgré les discours au lendemain d’élections, on ne prend jamais en compte ni les justes revendications ni les attentes, nous serons les seuls à être désarmés devant nos bourreaux ! Est-ce normal ? Est-ce juste ? Est-ce exigible ? Est-ce tenable ? Est-ce que le principe de Mr Wayne Lapierre est si con que ça dans une société aussi violente ?

 

Tristan Canuhese

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.