Le socialisme à la française est devenu la dictature du déni

Publié le 28 décembre 2014 - par - 1 982 vues
Share

vallsdictatureLe Socialisme à la française est devenue, au cours du temps, une Académie du vent… mauvais.

Il ne faut surtout pas oublier que l’homme de gauche est un intellectuel, un cérébral… l’inverse n’étant pas nécessairement vrai.

Notre homme de gauche maitrise le verbe et se fera la champion de la dialectique, mais aboutissant le plus souvent à des monologues abscons, fondés sur des principes dogmatiques, totalement ou partiellement ésotériques et hermétiques aux profanes.

Mais il y a plus dans cette Gauche, bien-pensante, aimant le verbe… il y a surtout une stratégie pour anesthésier le peuple, une politique tendant à modifier les esprits, à modeler nos enfants, avec pour horizon un changement de société… Utopie pour modèle, fantasme comme politique, l’angélisme conduit à la paranoïa.

Nous avions assisté, impuissants, aux méthodes soviétiques cherchant à transformer le citoyen en automate, aux lavages de cerveaux, aux intoxications, aux manipulations, pour un résultat nul. Nos socialistes agissent masqués mais pratiquent le « terrorisme intellectuel » à la soviet.

Durant des années on nous a caché la vérité et on continue à nous la cacher arguant que le temps ferait son oeuvre, mais la propagande bat son plein.

On nous matraque, on nous harcèle, on nous accable de fausses- vérités, de slogans erronés martelant inlassablement les mêmes rengaines les plus éculées :

  • L’immigration est une richesse pour la France
  • la diversité  représente une richesse pour la France
  • Le mariage des homos c’est le mariage pour tous
  • la théorie du genre va transformer la société
  • tout ce qui n’est pas socialiste est automatiquement raciste, fasciste
  • Une seule pensée, une seule action
  • la France est multiculturelle, et multiethnique

A force d’agiter des sujets de société et d’inventer des problèmes pour alimenter ses clients de gauche, et se faire pardonner ses errements, ses reculades, le gouvernement ne sait pas où il va, mais il y va.

Souvenons -nous de « l’escroquerie » du mariage pour tous.

On avait concocté un contrat ad-hoc pour les homos, c’était le Pacs….Mais ce n’était pas suffisant pour nos gays, nos invertis, nos lesbiennes, nos saphiques……il leur fallait singer les hétéros, faire accepter la procréation pour autrui, la location d’un utérus, l’adoption pleine et entière. C’était la porte ouverte à toutes les dérives….Pourquoi ne pas admettre le mariage entre mère et fils, et pourquoi ne pas épouser sa chèvre ou son chien…..

Nos intellectuels de gauche, nos hommes de progrès se devaient de poursuivre leur entreprise de démolition : faire accepter le vote des étrangers, l’ introduction de la politique du genre à l’école.

Au nom d’une pseudo-liberté, de tripotages et de manipulations sémantiques, nos bons socialistes, nourris d’une naïveté à toute épreuve, d’une innocence feinte, tombent dans le ridicule, l’absurde… Rien ne les arrête.

Nous assistons à l’apologie du cosmopolite, au culte de la dérision, à la confusion des genres, au mélange des espèces afin que tout se ressemble, par application du principe d’égalité, au point que Mozart  ressemble à Joey Starr, que les tags et graffitis soient de la même veine que Rembrandt, ou Léonard de Vinci, que les éructations psychédéliques des rappeurs aient les mêmes résonances et le même lyrisme que Raimondi ou La Callas…

Mais ce n’est pas tout… De peur de heurter la sensibilité de certaines communautés, nos bons socialistes ouvrent toutes les portes, et toutes les vannes à un islam conquérant.

Au point où nous en sommes, il faudra bannir le drapeau tricolore, supprimer les cloches des églises, voire même fermer les églises, de plus en plus délaissées, et les transformer en mosquées, abolir toutes représentations de croix (pharmacies, carrefours….) susceptibles de choquer… Il va de soi que la consommation de porc, de cochon, de pourceau, de verrat, devrait être bannie… et les officines, les usines, les laboratoires, transformant la graisse porcine en produits de beauté, en médicaments, devraient se reconvertir.

Les socialistes sont passés maitre en manipulation sémantique et par des excès de langage, des outrances, sont les champions de l’enfumage et des stratagèmes de diversion.

Rien de plus  simple pour nos «dirigeants» que de passer par des dérivatifs plutôt que de répondre aux questions ou de résoudre des problèmes.

Une question récurrente, un problème récursif, permanent, souvent évoqué mais jamais  résolu : le chômage.

Face à l’impossibilité de résoudre cette question, ou cette équation à plusieurs inconnues, on déplace l’attention sur un autre sujet qui n’a rien à voir avec la question préalable… C’est ainsi que l’on orchestre une campagne contre les accidents de voiture, le tabac et ses méfaits, l’école et l’éducation avec la théorie du genre et ses explications fumeuses et sources de palabres…

Les socialistes sont les champions de la désinformation et de la manipulation….

C’est l’enfumage, l’exutoire ou la soupape qui permet avec un art accompli du camouflage, du maquillage, de l‘escamotage, d’étouffer un problème.

Nos bons socialistes ont récupéré les vestiges des méthodes soviétiques.

On parle de charité, d’humanisme, de compassion, d’égalité… mais nous allons au désastre, non pas tant par perte de notre identité, mais par l’abandon de toutes nos valeurs, intellectuelles, morales, artistiques, au profit d’un salmigondis impropre à toute consommation.

Le verbe a triomphé (pour l’heure)  sur nos vertus, nos qualités, nos mérites….

Yves Rectenwald

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.