Le socialiste Delanoë fait payer par les contribuables parisiens l’hôtel et le couvert aux clandestins tunisiens

Publié le 29 avril 2011 - par
Traduire la page en :

Sur son site internet, la mairie de Paris publie un communiqué à propos des 20.000 clandestins récents en provenance de Tunisie via Lampedusa, pudiquement rebaptisés « immigrés », dont plusieurs centaines squattent des lieux publics dans la capitale.

Passons sur le discours compassionnel et auto-flagellant habituel, et venons-en aux mesures concrètes dites « d’urgence » : « La Ville de Paris a donc décidé de missionner, aujourd’hui même, les associations « France Terre d’asile » et Emmaüs, pour mettre en place des dispositifs de soutien et d’accompagnement social et sanitaire, mais aussi d’accès à des hébergements hôteliers. Par ailleurs, la Ville renforcera son soutien aux associations, comme « la Chorba », qui assurent depuis plusieurs jours une aide alimentaire. Une première enveloppe de 100.000 euros sera consacrée à ces mesures d’urgence. »

Le contribuable parisien sera heureux de voir que son argent sert à financer l’aide à l’immigration clandestine et illégale.

Sur son site, le collectif « Les Morts de la rue » tente de recenser les SDF (Sans domicile fixe) décédés le plus souvent de froid, de faim ou par manque de soin. Rien que pour l’hiver dernier et dans Paris intra-muros, c’est-à-dire sous la direction municipale de Bertrand Delanoë, maire socialiste (à gauche sur la photo ci-dessus) :

– Bahattim, 47 ans
– Christian, 48 ans
– Christian, 53 ans
– Claude
– Daniela
– David,    36 ans
– Dédé, environ 40 ans
– Dieter, 53 ans
– Hervé, 38 ans
– Jacques, 84 ans
– James, 44 ans
– Jurgen, 58 ans
– Marc, 68 ans
– Michel, 55 ans
– Minot ou Nino, environ 40 ans
– Mohammed, 69 ans
– Petrvnieck, 68 ans
– Satis, 45 ans
– Serge, 61 ans
– Viktor, 38 ans
– Vincenzo, 79 ans
– un homme non identifié, environ 30 ans
– un homme non identifié, environ 60 ans

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi