Le socialiste Filoche ne comprend toujours rien au vote des classes populaires

Publié le 27 mars 2015 - par - 1 749 vues

VillesFNdepartementales

L’ancien inspecteur du Travail Gérard Filoche, de l’aile gauche du Parti socialiste, analyse les résultats des départementales, et surtout donne les consignes à ses troupes (fort maigres) pour le deuxième tour.

Rappelons que cet ancien trotskiste, co-fondateur de la LCR et de Sos Racisme, s’était fait connaître en poussant une colère, ponctuée par une crise de larmes, quand le malheureux, dans sa candeur, avait appris que Cahuzac s’était un peu foutu de la gueule des socialistes, et des électeurs.

Cocufié toute sa vie par les socialistes, Filoche en redemande… Obnubilé, comme Manuel Valls, par la lutte contre le FN, ce prétendu défenseur des travailleurs et des classes populaires ne se rend même plus compte des énormités qu’il écrit.

Il ne doit y avoir aucune illusion sur les alliances avec le FN que pourrait passer la droite, une fois élue, afin d’obtenir une majorité qui vote le budget départemental. Il ne doit y avoir aucune illusion, non plus, sur le fait que la gestion d’un Conseil départemental par la droite ne pourra qu’accroître le désordre social et risquerait, ainsi, de faire gagner des voix au FN, lors des prochaines échéances électorales.

Mais la dangerosité du FN est plus grande que celle de l’UMP ou de l’UDI, pour le salariat, pour nos concitoyens « issus de l’immigration » , pour les immigrés qu’ils soient légaux ou « sans-papiers » , pour toute la société. La gestion des municipalités FN indique déjà, à leur échelle, ce dont ce parti est capable. Qu’en serait-il dans un département ?

Il y a au moins deux énormités dans ce texte. La première sur les alliances UMP-FN. Même si elles souhaitées majoritairement par la base de l’UMP, Sarkozy, même s’il ne passe pas d’alliance avec le PS (contrairement à la ligne Juppé) a décidé que le FN était le principal danger pour son parti, et a menacé d’exclusion quiconque passerait la moindre alliance avec lui.

Mais le pire n’est pas là. Dans sa conclusion, l’inspecteur Filoche nous explique que le FN est dangereux pour le salariat, pour toute la société, dans laquelle il inclut ceux qu’il appelle les “sans papiers” et qui s’appellent des clandestins. Et, croyant affoler les masses populaires, il explique que la gestion des villes FN montrent de quoi ce parti serait capable, s’il gérait un département. Sauf que…

Dans les onze villes de plus de mille habitants qui se sont dotées d’un maire FN, toutes, sans exception, progressent de manière spectaculaire lors de ces départementales, et leurs maires, tel Fabien Engelmann à Hayange, sont plébiscités.

Filoche remettrait-il en cause la légitimité du vote populaire ? La réalité est que, comme son copain Mélenchon, il n’a toujours pas compris que ce sont les salariés du secteur privé et les retraités modestes qui sont les principales victimes de la politique migratoire pour laquelle il milite comme un forcené, depuis ses appartements parisiens, au mépris de l’intérêt du salariat, des Français et des derniers venus, qui souhaitent s’intégrer.

A l’image de la célèbre phrase de Brecht, va-t-il falloir changer le peuple, pour que celui-ci corresponde au logiciel dans lequel baignent Filoche et les siens depuis des années ?

A part cela, pour se faire quelques plateaux télévision, Filoche va-t-il continuer à berner longtemps les travailleurs, en continuant à entretenir des illusions sur un parti qui est le pire ennemi, avec sa politique migratoire, européiste et islamophile, des classes populaires que la gauche a perdu, tout simplement parce que le discours du Front national, protectionniste, est le seul qui puisse les sauver de la catastrophe mondialiste ?

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi