Le sortant a deux groupies : Brichel et Marlène

Paris Match écrit : Marlène Schiappa aura marqué le quinquennat de son empreinte. Poursuivant : nos confrères révèlent que la première dame – toujours débordante d’humour – appellerait Marlou-la-débauche « Kim Kardashian ». Le surnom pourrait trouver son origine dans la forte présence de l’ancienne secrétaire d’Etat sur les réseaux sociaux (et dans le monde de l’édition de type Musardine).

Marlène n’invente rien. De sa voix désagréablement nasillarde, elle répète les bons mots et les paroles savonneuses entendues la veille sur France Culture ou dans un dîner de bobos. Elle a légué à la postérité un navet d’exception intitulé « Osez l’amour des rondes ».

La relation serait donc « fusionnelle(terme qui serait immédiatement supprimé du vocabulaire si un jour j’accédais au poste de ministre de la langue française) entre les deux groupies: « À chaque remaniement, Brichel soufflerait à Manu : ‘Tu fais ce que tu veux, mais tu gardes Marlène' ».

Quant au boulet de Beauvau, elle gazouille : « Je suis très proche de Brigitte, on s’appelle souvent. Elle me demande des conseils. »

Des conseils de QUOI ? Je pense ne pas me tromper en affirmant qu’il s’agit de la fameuse recette des œufs au lard !

Le bras en écharpe ? Ma bonne éducation m’empêche d’en supposer la cause

Notre rédacteur en chef écrivait hier au sujet de la déesse du libertinage : elle va bientôt accéder au club des 100 kg ! ON S’EN FOUT, chef ! Marlène-la-paillarde peut peser autant qu’elle veut, son IMC n’est pas notre problème ! Balzac lui-même était un poids lourd, et je ne citerai pas les plus grands compositeurs de tous les temps : Jean-Sébastien Bach, et Schubert, dont j’ai emprunté le nom tellement je l’adore….

Ce qui ne colle pas, ce sont ses navets licencieux, ses discours spongieux, ce besoin qu’elle a de sans cesse d’exhiber ses SSC (secondary sex characteristics) dont on se passerait volontiers, notamment dans le cadre de l’assemblée nationale!

C’est bien connu : Macron est tellement minable qu’il est forcé de s’entourer de plus minables que lui, question de détonner. Il nous a alloué Sibeth la consternante porte-fables, Marlène la scribouillarde obscène, Griveaux l’exhibitionniste. Entre autres.

 

Sibeth – fin prête pour assister à une conférence de presse.

Quant à son autre groupie, la présumée pédophile, elle a un tel culot et se sent tellement intouchable qu’en novembre 2019, au reçu de deux lettres de Valentine Monnier, accusant Polanski de l’avoir violée alors qu’elle avait 18 ans, iel n’a rien eu de plus pressé que de les transmettre à plusieurs membres du gouvernement (cabinet de l’épouse du président). (BFM TV)

Nous vivons bel et bien au royaume du grand cul par-dessus tête !

Anne Schubert

image_pdfimage_print
20

10 Commentaires

  1. Dans ce gouvernement les dindes sont bien grasses. Pourtant Noel est encore loin.

  2. Ca bouffe bien aux frais des Français …
    Les deux a défaut de bilan pourront passer à la balance pour mesurer le poids pris

  3. Le point positif d’être du côté du poudré c’est que visiblement ont se gave , cette énorme connasse mérite de se retrouver au régime sec dès le mois prochain.
    Et quelle retourne faire des pipes cette gourdasse .

  4. Les filles bien n’avalent pas, Marlène Schiappa, si. Un bourdon ne lui aurait-il pas piqué la ruche, vu le tour de fesses qu’elle se paye? Peut-être une grossesse nerveuse à l’idée de ne plus être ministre?

    • J’ai beau me dire qu’elle est nulle , qu’elle a redoublé sa troisième , a eu son bac au forceps et par surprise , tous ses diplomes , peu nombreux, par équivalence , qu’elle a été nommée YGL , je ne parviens pas à la hair , je trouve qu’elle est à contre emploi , mais qu’elle doit avoir des qualités à exploiter , elle est comme les chrentaises : on est bien dedans , mais ce n’est pas fait pour sortir avec !

      • Elle doit être « confortable », comme toutes les femmes bien en chair.

      • Pour la chausser, un routier, c’est l’idéal, il faut un permis poids lourd.

  5. « les drôles de dame » du président, dont la vulgarité sans borne le dispute à la bêtise

Les commentaires sont fermés.