Le stalino-mélenchonien Corbière réussira-t-il à faire interdire “le bobo Jocelyn” et RL du salon du Bnai Brith ?

Publié le 24 octobre 2011 - par - 2 860 vues

Notre bon ami Alexis Corbière avait déjà démontré toute sa culture démocratique, dans la semaine précédant les assises sur l’islamisation de nos pays. Il avait d’abord demandé l’interdiction de l’initiative, puis avait organisé une manifestation où il avait qualifié Oskar Freysinger de “hippie-facho tout droit sorti de Woodstock”. Le ridicule ne l’avait pas tué, ils étaient, avec Caroline Fourest, 50 manifestants haineux, quand, à l’intérieur de l’espace Charenton, 1200 spectateurs, mais également 600.000 internautes, suivaient ces assises, disponibles sur le site de Riposte Laïque.

Comme l’an passé, il y a deux mois, nous avons reçu un coup de téléphone de l’organisateur du salon, nous invitant fort amicalement à venir y exposer nos nouveautés de l’année, “Les assises sur l’islamisation de nos pays” et le livre en gestation à l’époque, qui allait devenir “La faute du bobo Jocelyn”. L’an passé, Pierre Cassen, Christine Tasin et Maurice Vidal avaient vendu nos trois livres, “Les dessous du voile”, “La colère d’un Français” et “Résistance Républicaine”. Notre rédacteur-en-chef, installé à côté de Bat Ye’Or, avait fait connaissance de l’auteur d’Eurabia, et une estime réciproque solide était née de cette première rencontre. Nous avions vendu, au total, 70 ouvrages (ce qui avait rapporté une somme conséquente aux organisateurs), et avions pu discuter sympathiquement avec de nombreux auteurs présents.

Forts de cette première expérience fort agréable, nous avons donc répondu positivement à la deuxième aimable invitation des organisateurs. C’était sans compter sur la vigilance de notre “ami” Corbière…

http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2011/10/12/L%E2%80%99imposture-la%C3%AFque-du-FN-et-de-ses-%C3%A9pigones-doit-%C3%AAtre-d%C3%A9masqu%C3%A9e

Que ce garçon, par ailleurs maire-adjoint du 12e arrondissement, nous considère comme des adversaires politiques, voire comme un cabinet-conseil secret de Marine Le Pen sur la laïcité, pourquoi pas, à chacun ses fantasmes ? Rappelons-lui tout de même que nous publions nos articles de manière totalement indépendante, et que nous serions ravis que d’autres courants politiques, dont Parti de Gauche, les reprennent parfois. Qu’il soit en désaccord total avec notre démarche, là encore, c’est parfaitement son droit, et nous admettons les divergences, quand elles s’expriment dans un débat respectueux de la position de l’autre. C’est la culture de Riposte Laïque, qui n’hésite pas à publier, dans ses rubriques “Points de vue”, “Esprits libres” ou “Débats laïques”, des contributions que nous ne partageons pas toujours, mais qui ont le mérite d’alimenter les débats. Cette culture de la confrontation loyale est manifestement fort éloigné des principes d’un militant qui s’est toujours dérobé devant tout débat avec RL que lui proposait notamment le site “Enquête et Débats”. Ajoutons que, dans la plus pure tradition stalinienne, Corbière qualifie immédiatement de “fasciste” quiconque a l’audace de ne pas penser comme lui.

Mais là où le bât commence à blesser, c’est quand il se permet d’écrire à “l’ennemi de classe”, à savoir le maire du 16e arrondissement pour moucharder sur notre site, et salir l’ouvrage “Les assises sur l’islamisation de nos pays”. Là où les méthodes deviennent carrément crapuleuses, c’est quand il somme poliment Claude Goasguen d’interdire notre présence à ce salon, à cause de ce livre, qui n’a pourtant fait l’objet, à notre connaissance, d’aucune poursuite judiciaire, même de la part des prétendus anti-racistes.

Là où cela devient très étonnant, c’est quand Claude Goasguen, qui passe pourtant pour un homme qu’on n’intimide pas ainsi, répond au quart de tour au diktat du commissaire politique Corbière, l’assure que le nécessaire a été fait, et que l’ouvrage scandaleux (qu’il n’a sans doute jamais lu) sera bien interdit de salon, ainsi que les méchants de Riposte Laïque ! Grâce à Corbière, l’ordre règnera à la mairie du 16e arrondissement parisien. Le lieutenant de Mélenchon a décidé pour le bon peuple ce qui était bien pour lui, et ce qui n’est pas bon. Ce prétendu anti-fasciste devrait pourtant se rappeler que les nazis, en brûlant les livres, montraient leur conception totalitaire de la culture…

Nous ne pouvons que nous interroger sur ce malentendu avec le maire du 16e arrondissement. Il faut en effet savoir que c’est le même Goasguen, quelques jours avant la fameuse journée de l’UMP sur l’islam (qui s’était transformée en mascarade sur la laïcité, le 5 avril dernier) avait reçu Pierre Cassen et Christine Tasin dans son bureau, et leur avait demandé d’intervenir à ces fameuses journées de l’UMP. Surpris, ces derniers, après lui avoir exposé ce qu’ils diraient, lui avaient fait savoir qu’ils attendaient une confirmation officielle de l’UMP… qui n’est jamais venue.

Le commissaire politique Corbière doit donc fier de lui. Il a réussi à intimider suffisamment Claude Goasguen, pour l’amener à écrire cette lettre fort étonnante. . Il démontre toute l’étendue de sa culture démocratique. Il nous confirme qu’il est du même moule que ses prédécesseurs qui, sous Staline, Mao Tsé Toung, Pol Pot, enfermaient ou rééduquaient les déviants qui pensaient mal. Notre chance est que nous sommes en France, et que la seule capacité de nuisance d’un Corbière se limite à une minable délation, qui par la méthode, rappelle les heures les plus sombres de notre Histoire.

Ce nostalgique de Staline n’a pas encore les moyens de faire interdire un ouvrage, “La faute du bobo Jocelyn” où un nommé Alex Corbillard ressemble étrangement à un maire-adjoint du 12e arrondissement, qui passe son temps à persécuter les catholiques et à collaborer ouvertement avec les verlamistes.

Reste que nous avons été invités officiellement par le Bnai Brith, et pas par Claude Goasguen. N’en déplaise donc au commissaire Corbière, nous laisserons donc encore dans notre agenda cette invitation, tant que le contraire ne nous aura pas été annoncé officiellement.

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi