Le statut social des femmes : rempart contre l’ensauvagement

Accompagnatricesvoilees.jpg

Apprendre les règles de la vie en société

Au fur et à mesure de leur développement et de leur croissance démographique, le fonctionnement des sociétés humaines est devenu de plus en plus complexe. Les villes se sont agrandies, parfois de manière démesurée, et l’homme a créé un environnement complètement artificiel, il n’y pas un mètre carré de sol qui n’ait été retourné et transformé plusieurs fois de suite. Dans un tel environnement, les êtres humains sont soumis à une promiscuité obligatoire, il faut donc de plus en plus de lois, de règlements et de codes sociaux pour éviter une infinité de conflits potentiels, et favoriser les bons comportements collectifs, comme par exemple ne pas pisser dans la rue.

L’apprentissage de cette vie en société n’est pas tellement contraignante pour les enfants si celle-ci est présentée comme la  manière naturelle de vivre, mais cela nécessite de la fermeté et un consensus de la part des adultes, de manière à ce que les bambins ne jouent pas les uns contre les autres pour en tirer profit.

Tout ceci n’est possible que dans une société suffisamment homogène pour que ces règles et ces codes ne soient pas mises en cause à tout bout de champ par une partie ou une autre de la communauté.

Le rôle de la mère dans l’éducation

Dans l’accomplissement de cette tâche éducative, les parents sont en première ligne, ce sont eux que l’enfant perçoit en premier, et qui s’occupent de lui. Ce sont les parents qui lui apprennent à se conduire avec les autres, à dire bonjour, qui l’encouragent à jouer avec eux ou avec ses camarades, lui forment le goût, parlent avec lui et lui chantent des comptines. Et parfois doivent montrer clairement qu’ils ne sont pas contents quand il y a un caprice injustifié. Tout cela, leur rejeton le ressent parfaitement et l’intègre très tôt, de sorte que cela devient pour lui une seconde nature.

Aujourd’hui, il est beaucoup plus difficile d’éduquer un enfant, car la société de consommation cible les jeunes et sape l’autorité des parents en les caressant dans le sens du poil pour pouvoir vendre leur camelote. C’est ainsi que les communes sont obligées de poser des ralentisseurs dans les rues pour éviter les courses sauvages en pleine nuit, que les vélos envahissent les trottoirs destinés aux piétons et que les boîtes à musique perturbent la vie citadine dans tous les endroits possibles. De nombreux adultes démissionnent et se contentent de dire « mais ce sont des jeunes, ils faut qu’ils s’amusent ». Or, d’une part, ils ne s’amusent pas mais défient l’autorité, et d’autre part, c’est justement quand ils sont jeunes qu’ils doivent être éduqués, après c’est trop tard.

En général, c’est la maman qui est la personne la plus proche de l’enfant et aussi celle qu’il voit le plus fréquemment, son rôle est donc primordial dans l’éducation des petits. Non seulement cela doit être reconnu, mais cela implique qu’en aucun cas le statut social des femmes ne devrait être inférieur à celui des hommes, sinon l’éducation des fils par leur mère deviendrait impossible, car ceux-ci ressentiraient immédiatement l’infériorité maternelle et refuseraient son autorité.

Les conséquences du statut inférieur des femmes dans la société musulmane

Si on lit les statuts de régimes comme Cuba, la Corée du Nord ou même la France, ceux-ci semblent être d’aimables démocraties. Mais dans les tous les cas, la réalité est bien différente. De même, i on écoute les docteurs de la loi dans le monde musulman, la femme jouit d’un statut égal à celui de l’homme et de la même dignité. En théorie, la femme peut sans problème participer à la vie publique comme les hommes, et bénéficie du même traitement dans tous les aspects de la vie sociale.

Mais comme chacun sait, le diable se cache dans les détails. La femme est souvent mise sous la tutelle d’un homme qui doit donner son consentement pour qu’elle se marie, le Coran permet à un homme d’avoir quatre épouses si ses moyens lui permettent, la justice acquitte généralement un violeur s’il épouse sa victime. Tout cela montre une énorme différence de statut entre les deux sexes. En outre, il est stipulé que la femme doit obéissance à son mari, et elle doit avoir son autorisation pour voyager ou pour travailler. Il est clair dans ces conditions, que le statut de la femme est inférieur à celui de l’homme et que c’est lui qui décide et qui commande.

Sous prétexte de pudeur, la femme musulmane doit presque toujours cacher son visage, comment pourrait-elle avoir une vie publique dans ce cas ? A peine arrivés au pouvoir, les Talibans exigent que la télévision ne diffuse plus les images des sportives.

Tout cela, le garçons intègrent parfaitement ces données, ils savent instinctivement qu’ils ont un statut supérieur à leur mère, ils ne vont donc pas se soumettre de bon gré à son autorité. Pour eux, la femme est un être inférieur que l’on peut utiliser à sa guise, comme en témoignent les viols répétés qui parsèment le quotidien des faits divers. Ils ne tiendront aucun compte de l’enseignement qui leur est donné, surtout par les femmes, qui forment la majorité du corps enseignant. Leur allégeance ira aux chefs de bandes et au dealers qui pour eux représentent le pouvoir local.

Tout ceci déstabilise complètement la société et l’entraîne vers une barbarie qui est maintenant inévitable.

Gilles Mérivac

 

image_pdf
11
0

4 Commentaires

  1. Beau post; belle réflexion. Rien à rajouter. Merci
    Une prouve de plus, s’il était besoin d’en rajouter, qu’il n’y a absolument rien de bon à tirer des musulmans. Ils sont, tout bonnement, une erreur de la nature.

  2. De plus dans les pays où l’instruction des femmes est limitée à l’école primaire ou même nulle, puisque « tout de joue avant six ans », comment une femme ignare confinée dans sa cuisine pourrait-elle éveiller l’intelligence de ses enfants ?

  3. Pourquoi ne pas dire que nous aimons les problèmes, lesquels nous sommes incapables de résoudre bien entendu. Certains s’arrogent le droit d’intervenir dans la culture des autres voulant ainsi universaliser la nôtre espérant à tort que cela va fonctionner. Quelle orgueil ! C’est insensé ! Au final c’est notre pays qui risque d’exploser. Ces gens ne veulent pas de notre religion, ni de nous car tout leur est dû. Le ver est dans le fruit. « Errare humanum est, perseverare diabolicum »

  4. tous les machos rêvent que toutes les femmes se convertissent à l’islam !
    n’oubliez pas de lire le coran !

Les commentaires sont fermés.