Le syndrome des harkis

LE SYNDROME DES HARKIS

Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc avait magistralement et avec la plus grande humanité expliqué à ses juges les raisons de sa participation active au putsch des généraux d’Alger. Victime de la trahison dans sa jeunesse alors qu’il voulait rejoindre les Forces Françaises Libres, il avait par la suite obéi à l’ordre d’abandonner ses supplétifs indigènes lors du retrait de l’armée française d’Indochine ; il appelait cela sa « blessure jaune ». Lorsque le pouvoir politique avait trahi l’armée française, qui avait pourtant gagné la bataille d’Alger, en négociant avec le FLN algérien, le Commandant avait donc choisi de combattre pour l’Algérie française afin de n’abandonner ni les pieds-noirs ni les harkis. Il ne connaissait que trop le prix de la trahison. Son exposé lors de son procès reste un modèle du genre. Rappelons ici que le FLN algérien avait conquis une certaine forme d’adhésion dans la population indigène par l’intimidation et la violence, sans en gagner la majorité à ses méthodes et objectifs.

L’ombre des harkis égorgés avec toute leur famille planerait-elle sur les consciences politiques d’aujourd’hui ? Pas plus qu’hier ! La situation en Afghanistan n’est pas la même qu’en Algérie il y a 59 ans ! Les seuls points communs sont le sacrifice des militaires, la lâcheté des politiciens et l’arrivée au pouvoir de barbares aussi incompétents que fanatiques. Il n’y a pas de population d’origine métropolitaine à rapatrier. Il n’y pas eu de négociations en vue d’indépendance puisque déjà existante. Il n’y a pas d’importantes infrastructures permises à long terme par des investissements extérieurs. Les Afghans ayant travaillé pour les puissances civilisées qui ont aidé leur pays à sortir du Moyen Âge ne constituent pas toute une armée de supplétifs. Une grande majorité de la population afghane revendiquait la charia comme loi d’État bien avant l’arrivée au pouvoir des talibans ; taliban signifie « celui qui vient de l’école coranique », et comme il n’y a qu’un seul Coran… C’est probablement pour cela que l’armée afghane a cédé le terrain presque sans combattre cette horde de gueux incultes et sanguinaires. Le départ si mal organisé des Américains a permis à ces terroristes de s’approprier un matériel de guerre considérable avec chars, avions, hélicoptères et drones, dont pour la plupart ils ne sauront pas se servir avant longtemps mais qui leur resteront bien utiles. Lorsque les civils sont déjà ainsi soumis et que l’armée nationale abandonne sans combattre, on ne voit pas ce que des étrangers pourraient faire, et pour sauver qui ou quoi ? Des idées ? Des intérêts inavoués ?

En prévoyant d’accueillir une partie des futurs migrants afghans, le gouvernement français ne participe à rien d’humanitaire mais organise encore une fois l’invasion musulmane de notre pays chrétien et civilisé. Surtout qu’il est déjà bien visible qu’il s’agit surtout d’Afghans et pas tant d’Afghanes, lesquelles sont pourtant bien plus mises en danger par la charia sans concession appliquée par ces criminels approuvés par une large majorité. Le gouvernement se prépare à tromper les Français avec les Afghans comme il l’a fait avec les Syriens. Des Syriens présentés comme fuyant leur pays en guerre alors qu’il s’agissait majoritairement de jeunes dans la force de l’âge qui auraient pu combattre pour défendre leur patrie. Puis on a vu que ces migrants sont devenus majoritairement originaires de bien d’autres pays, y compris de beaucoup qui ne sont pas en guerre. Depuis longtemps les politiciens ne nous parlent plus de notre mère patrie, de la France, mais ils se gargarisent et nous gavent avec « les valeurs de la République » dans un grand flou non artistique, et surtout avec « l’État de droit » qui a surtout pour résultat de nous priver, nous Français, du droit de vivre en sécurité, en prospérité et selon nos us et coutumes. On l’a bien vu avec le cas de cet Afghan qui, à peine arrivé chez nous, fait l’objet d’une surveillance policière et d’une obligation de résidence à laquelle il se soustrait, avec pour seule sanction une peine de prison avec sursis. On a vu des Français condamnés bien plus lourdement pour bien moins !

Il est grand temps que les Français ouvrent les yeux !

Daniel Pollett

image_pdf
0
0

3 Commentaires

  1. Où sont les femmes?
    pauvre gamines que l’on marient à 9 ans à des ordures qui les violent

  2. les harkis …
    en indochine les français ont fait de même avec les supplétifs locaux,
    il a fallu que les hmongs attendent les années soixante pour les rapatrier principalement en guyane où ils produisent fruits et légumes
    abandonner les siens n’est pas nouveau , les acadiens et québécois sous lois 15 et autres

Les commentaires sont fermés.