Le système frauduleux MacKinsey-Macron expliqué à mes potes

Toute la France a appris stupéfaite le montant des honoraire faramineux payés aux Cabinets de Consultants par l’Etat et notamment au Cabinet MacKinsey.

Quand on pense au mal que doivent se donner tous les professionnels et commerçants de France pour facturer quelques milliers d’euros à leurs clients….

Revenons sur MacKinsey. Selon le site société.com, la firme américaine MacKinsey qui a des très beaux locaux rue Bassano, (à un jet de pierre des Champs Elysées), a non pas une filiale en France mais une succursale.

Quelle est la différence ? Une filiale française est une société française à part entière qui dispose d’une personnalité morale à part entière ce qui lui donne une indépendance juridique et fiscale.

Au contraire, une succursale, n’est « qu’un bureau de représentation » de la société américaine dont le siège est basé au Delaware ou l’impôt sur les sociétés est de 250 $ par an…(difficile de faire mieux…).

Une succursale n’a ni indépendance juridique, ni indépendance fiscale puisqu’elle n’a pas de personnalité juridique propre.

Par conséquent, tous ses bénéfices et toutes ses charges sont directement rattachés aux comptes de la société américaine du Delaware. Cela signifie également que tous les contrats passés avec le gouvernement français sont également conclus directement avec le Delaware et non avec une société française.

En cas de contentieux, si c’est la France, ou un français qui assigne MacKinsey, cela signifie qu’elle devrait probablement faire un procès au Delaware, puisqu’il faut assigner au domicile du défendeur. On peut douter que le Delaware, soit très coopératif pour aider tout français qui souhaiterait faire un procès.

Mais il y a un mais. En effet, si une succursale dispose d’équipements et de personnel suffisamment importants en France ce qui est le cas, et que des décisions opérationnelles y sont prises, elle dispose alors fiscalement de ce qu’on appelle un établissement stable, ce qui de facto, la fait à nouveau rentrer dans le champ de l’impôt sur les sociétés en cas de redressement. Elle devrait donc payer son impôt sur le bénéfice en tenant compte de son chiffre d’affaires et de ses charges.

C’est la que rentre probablement en jeu la seconde astuce fiscale. Il est admis, et c’est justifié, qu’un groupe international, gère l’ensemble des questions marketings et de développement des ses filiales ou succursales dans le monde, et en conséquence, les refacture aux français.

En l’espèce, il n’y aurait pas de refacturation, puisque MacKinsey n’a pas de filiale en France.

Les charges qui sont attribuées à MacKinsey France sont directement imputées et comptabilisées sur les résultats de la société du Delaware.

La comptabilité française de la succursale, ne sera la qu’à titre informatif pour la société du Delaware.

Il sera naturellement impossible de vérifier les charges imputées aux Etats-Unis par la société elle-même. Elle peut faire ce qu’elle veut tant que les autorités américaines sont d’accord.

Mackinsey peut donc gonfler à satiété les charges qu’il impute sur la succursale française puisque tout se fait directement dans les comptes de la société du Delaware, que les services fiscaux français ne peuvent pas contrôler.

Même en cas d’assistance fiscale demandée par la France, il n’est pas sûr que l’Etat du Delaware y réponde, selon ses textes, ou alors cela prendra 30 ans, et coutera 100 millions de dollars en frais de justice.

Enfin, et c’est le graal, Pour que la succursale MacKinsey France puisse être considérée comme n’ayant pas un établissement stable (mis à part les effectifs français, et la présence d’un bureau important), il faudrait que toutes les décisions soient prises dans le Delaware.

Ça voudrait dire en gros, que les décisions dictées par MacKinsey au gouvernement français seraient en pratique et techniquement directement décidées dans le Delaware, et donc par des américains (de la CIA ?)…

En gros, même le fils Fabius ne serait qu’un simple grouillot porte parole de son patron américain…. ce qui ne l’empêcherait pas de gagner probablement plus d’un million d’euros par an…

Enfin il ne faut pas oublier que MacKinsey emploie beaucoup d’énarques défroqués, qui pensent qu’ils ne gagnent pas suffisamment dans les ministères et passent dans le privé tout en gardant à tout moment, pendant un certain délai, le droit de retourner dans leurs corps d’origine. Ils ne prennent donc absolument aucun risque. Jamais.

En outre, ces jeux de va et viens entre le public et le privé permettent à tout un monde fonctionner en vase clos.

En effet, les hauts fonctionnaires une fois qu’ils ont compris et intégrés les rouages de l’Etat, sont très attirants pour les cabinets privés qui recherchent leurs compétences et leurs carnets d’adresses (avec leurs anciens collègues décisionnaires qu’ils peuvent retrouver plus tard).

En outre, quand un ministre emploie un énarque sur le budget de son ministère, sa rémunération reste à la charge de son corps d’origine, et ne vient pas grever le budget du Ministère. Il est donc très pratique d’en prendre par paquets de douze dans chaque ministère, qui eux-mêmes n’hésiteront pas à faire des allers retours dans le privé pour multiplier leur rémunération par deux ou trois.

ET LA ON RENTRE DANS UN SYSTEME D’ENDOGAMIE, D ENTRE SOI ET DE VASE CLOS DIGNE D’UN SYSTEME MAFIEUX.  

TOUS CES ENARQUES SE SOUTIENNENT CAR ILS SE GAVENT TOUS DE CE SYSTEME QUI LEUR OFFRE LES CLEFS DU POUVOIR ET UN ENRICHISSEMENT COLOSSAL SANS PRENDRE LE MOINDRE RISQUE ENTREPRENIEURIAL.

Ce qui est sur :

  • C’est que les dirigeants de MacKinsey se sont gavés comme des porcs grâce à l’impôt des Français. En en plus pour les martyriser (suppression des lits d’hôpitaux, confinement, passe sanitaire, baisse des APL etc.) Ils n’étaient pas vraiment concernés par les gilets jaunes…
  • C’est que Emmanuel Macron a bénéficié gratuitement pour sa campagne de 2017 du travail à temps plein d’une vingtaine de salariés de MacKinsey, qu’il n’aurait évidement pas eu les moyens de payer de sa poche. Mais on le sait, Emmanuel Macron ne se refuse rien avec l’argent de l’Etat. Rien n’est trop beau pour le roi. Emmanuel Macron a largement renvoyé l’ascenseur à MacKinsey qui a du bien se marrer.

Quand Emmanuel Macron dit clairement « qu’ils aillent au pénal », il pense il n’y a qu’à trainer au pénal les dirigeants de MacKinsey. Or, il faudrait surtout trainer en justice les responsables politiques et hauts fonctionnaires français qui ont autorisé ces magouilles.

Car si il y a fraude fiscale sans détection alors que le big data permet aujourd’hui de détecter la moindre facture suspecte, c’est que la fraude est commise en complicité avec Bercy.

Or, qui dirige réellement Bercy ? A qui le Ministre des Finances, puis le premier Ministre obéissent t’ils de facto aujourd’hui si ce n’est à Emmanuel Macron ?

Après tout, les dirigeant de MacKinsey n’ont fait que leur devoir en réalisant le maximum de profits, et de ce point de vue, ils sont irréprochables.

Bref, j’espère que vous avez compris à quel point Emmanuel Macron vous méprise, et se fout des français. C’est un roitelet capricieux sans limite pour son bon plaisir et son pouvoir.

Vivement Zemmour.

Enfin, n’oubliez pas une chose. Ce qui se passe en France se fait aussi en dix fois plus important au niveau européen avec l’argent des contribuables français donc européens qui payent donc deux fois ces mêmes cabinets.

Albert Nollet

 

image_pdfimage_print
14

5 Commentaires

  1. chut, trois pantalons de fillon font la une un milliard d’euros non !
    et les français sont devenus assez maso pour gober le tout, comme le disent les guyanais des couleuvres (mais en créole guyanais, ils appellent couleuvre le boa !)

  2. « directement décidées dans le Delaware, et donc par des américains »…et du Young Leader macron. Faudrait pas oublier que, même avant d’être président, ce type n’a jamais roulé pour la France.

  3. Quelle grandiose escroquerie, quelle envergure ! Je comprends que Sarkozy « l’atlantiste » veuille s’y joindre … A côté, l’affaire Fillon faisait petit bras.

  4. … Et vous allez voir qu’il y a encore des imbéciles qui vont encore voter pour cet enfumer !

  5. Très bon article, et, pour le compléter, achetez le livre de Vincent JOUVERT :
     » Les intouchables de l’état  » et…lisez !!

    Je pense que vous aurez des envies de MEURTRES au fur et à mesure de votre avancement dans la lecture de ce livre-là !! des noms dont vous entendez parler aujourd’hui sont cités dans le livre en question …

    J’ai également lu récemment le livre de Marc ENDEWELD  » Le grand manipulateur » …

    Aucun de ces livres n’a été attaqué en diffamation depuis leur parution, en 2018 …

    Ces livres sont trouvables en occasion (1€ chaque pour ce qui me concerne + port), donc inutile de me répondre « ça coute cher » !!!

Les commentaires sont fermés.