Le taubirisme est au pouvoir, nous ne sommes plus en République

J’apprends, sidéré, la condamnation à un mois de prison ferme d’un jeune homme, capturé, par la police après une manifestation contre la loi Taubira, devant les locaux de M6 où intervenait le président de la République, ce dimanche.

En opposition à cette fermeté étrange – contre un jeune homme qui n’a pas envoyé de pierre ou tiré à balle sur la police, qui n’a pas brûlé d’école ou de gymnase, qui n’a pas fracassé d’abribus ou incendié de voiture – on se souvient qu’aucune arrestation et condamnation n’est intervenue : contre les « cent jeunes musulmans d’Amiens défendant l’islam opprimé en France » (Erdogan), en semant pendant presque deux semaines la désolation et en s’en allant battre la campagne environnante et agresser, à coups de battes de base-ball, un cultivateur travaillant dans son champ, pas plus qu’il n’y en eu à la Villeneuve de Grenoble après presque deux semaines d’émeutes et de destructions de biens publics et privés.

Les émeutiers amiénois « défendaient l’islam opprimé » (Erdogan), ceux de la Villeneuve protestaient contre la mort violente d’un de leur copain d’enfance tué après l’attaque d’un casino et sa sortie armée du lieu de son attaque de « diligence », avec tirs à la kalachnikov contre la police cherchant à l’intercepter.

RI7Taubira Valls dictateursPour le taubirisme au pouvoir, derrière la « Normalitude » et « l’Exemplaritude », il est juste et équitable, et demain on le mettra dans la loi, que tous les habitants de ce pays ne doivent pas être jugés selon les mêmes critères ni condamnés de la même façon. Pour les uns des actes graves deviennent des non-actes sans suite, pour les autres, des non-actes ou des actes bénins deviennent des fautes extrêmement graves et devant être vigoureusement réprimées.

Les uns, comme aux « Tarterêts », peuvent impunément régulièrement organiser des embuscades contre les pompiers et la police, – avec lancers de pierre et même tirs à balles réelles -, sans qu’aucune arrestation ni condamnation ne se produisent.

Les autres, doivent pouvoir être embarqués et déférés immédiatement pour « rébellion », parce qu’ils ne partagent pas l’absurde idéologie taubiriste qui a décrété et fait voter un « basculement sociétal » en matière de mariage et de famille.

Deux poids et deux mesures

Telle est la nouvelle légalité sous le taubirisme… Nous allons commémorer l’anniversaire de 1793 et des combats émancipateurs contre l’ancien régime et ses lettres de cachets. On mesure, avec cette odieuse condamnation, l’ampleur de la réaction. Le taubirisme c’est en réalité un régime de « muscadins ». C’est un régime qui autorise que l’on frappe le peuple d’ici, « le blanc hostile au mariage homosexuel », comme la terreur muscadine s’employait à terroriser les Jacobins et le petit peuple de faubourg, tandis que l’on salue bien bas celui qui vient dévaliser une boutique, défourailler et tirer sur le bijoutier….

Le Taubirisme au pouvoir vient de restaurer le vieil ordre de la lettre de cachet

Croit-il que le Peuple de France, – qui s’est constitué en nation au onzième siècle, en conquérant les libertés communales, qui s’est doté en 1452 des Premiers Etats-généraux élus où siégeait, sur 800 députés, une majorité représentant le peuple producteur, qui s’est doté en 1792 d’une république démocratique brisant de par le monde le vieux monde des privilèges nobiliaires et des rentes féodales – va se laisser ainsi bafouer ?

L’appareil judiciaire taubiriste croit-il :

Que le peuple de ce pays, – celui des trois glorieuses, celui des Camisards, celui du soulèvement mutuelliste des Canuts lyonnais, celui des ouvriers parisiens qui n’avaient pas attendu madame Taubira et ses semblables pour s’indigner, protester et pétitionner par milliers pour réclamer, en 1847, la liberté pour « nos frères noirs », celui qui voudra la république sociale en 1848, celui de la Commune de Paris restaurant la République en septembre 1870, celui des puissants mouvements ouvriers qui feront de la France un point de repère pour le droit du travail et les libertés politiques-, va se laisser ainsi ceinturer et ligoter pour les beaux yeux d’une idéologie qui est aux valeurs de la République démocratique ce que le « socialisme réel » du stalinisme totalitaire était au socialisme émancipateur des pionniers du mouvement ouvrier ?

La réponse, ils la connaissent !

Alors ils s’affolent, ils frappent. Ils vont s’affoler plus encore. Ils vont frapper, encore et encore. Ils vont frapper pour bâillonner, parce qu’ils croient peut-être, là-haut, dans les sommets de la Normalitude, qu’ils feront mieux que les anciens tenants de l’ancienne lettre de cachet !

Alon Gilad

image_pdfimage_print