Le trailer du film « Innocence des musulmans » dit-il la vérité sur la vie supposée de Mahomet ?

Comme plus de trois millions et demi d’internautes (à l’heure actuelle), j’ai regardé le « trailer » du film « Innocence de l’islam » en anglais, publié sur Youtube et non censuré.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qmodVun16Q4[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=qmodVun16Q4

On a beaucoup glosé sur la genèse de ce film. Les producteurs et réalisateurs ne sont pas tout à fait identifiés, les acteurs (et peut-être même le réalisateur) ont été trompés sur le but final du film, c’est-à-dire une critique de Mahomet le « prophète » de l’islam. On ne sait même pas si le film entier (90 minutes selon les uns, deux heures selon les autres) a réellement existé, puisque personne n’a prétendu l’avoir vu. Nous n’avons à notre disposition que les « extraits » publiés sur Youtube.

Tout cela est vraisemblable, suite à des enquêtes journalistiques sérieuses. Mais après avoir traité le film de « navet », de « série Z », de « caricature » (dixit Mohamed Sifaoui qui s’était insurgé il y a quelques années contre les caricatures de Mahomet…) et autres (le ministre de l’Intérieur, sortant de sa neutralité, a même qualifié ce film de « insignifiant, insupportable, caricatural, vulgaire »), personne ne s’est interrogé sur le message et le contenu qu’il contient. Dans l’émission C dans l’Air de vendredi dernier (http://www.france5.fr/c-dans-l-air/), les invités (dont l’incontournable Mohamed Sifaoui) ont traité le « trailer » de « provocation » et de « historiquement faux » (dixit là encore Sifaoui).

Le problème n’est pas de savoir si le film correspond exactement à la vie réelle de Mahomet, mais à ce qu’en rapportent les textes islamiques qui évidemment ont certainement transformé sa biographie en légende. Nous avons trois sources de cette hagiographie officielle de Mahomet par les musulmans :
1. Le Coran ;
2. Les haddiths rassemblées dans la Sunna, qui décrivent des faits et dires supposés de Mahomet et qui ont force de loi dans la charia après le Coran ;
3. La « Sira », biographie officielle (même si légendaire) de Mahomet écrite par Ibn Ishaq au 8ème siècle puis remaniée par Ibn Hichâm au 9ème siècle, et entièrement traduite en français par Abdurrahmân Badawî.

Le « trailer » comporte deux parties inégales. La première partie correspond à la persécution des Coptes en Égypte, et ne saurait être niée. La seconde partie, la plus importante, décrit bout à bout quelques passages de la vie de Mahomet.

Alors les exégètes et les « spécialistes » en islam, au lieu de dénigrer le film, devraient nous dire si ces épisodes correspondent réellement au Coran, à la Sunna et la Sira, et cela malgré la qualité cinématographique médiocre du « trailer ».

Il ne s’agit pas de savoir si le « trailer » est « historiquement faux », puisque la biographie de Mahomet a certainement été l’objet de mythes et de légendes, tout comme celles de Jésus ou de Moïse. Il s’agit de savoir si le personnage auquel croient les musulmans actuels et qu’ils prennent comme « beau modèle » correspond à l’hagiographie officielle des textes islamiques.

Et là, malgré ma maigre connaissance de ces textes, je n’ai rien vu dans le « trailer » qui ne corresponde à ce qu’on dit de Mahomet. Je citerai comme exemple son mariage avec Aïcha qui avait six ans, le verset tombé du Ciel interdisant l’adoption afin que Mahomet prenne comme épouse l’épouse de son fils adoptif, la conversion à l’islam d’un âne, la guerre « sainte » contre les mécréants avec partage du butin (y compris femmes et enfants), etc.

C’est cette exégèse qu’on aurait attendue d’un Mohamed Sifaoui ou de responsables musulmans avant de traiter ce « trailer » de mensonger. Mais hélas la « takia » est toujours à l’œuvre.

Je comprends la réaction du CFCM ou de la Mosquée de Paris qui condamnent ce « trailer », puisqu’ils sont spécialistes de la takia. Je comprends moins la réaction des islamistes dans le monde (y compris samedi à Paris) puisque ce « trailer » traduit leur propre conception de Mahomet et de ses dires et de ses actes. En quoi peuvent-ils prétendre une « insulte » ? La seule chose qu’ils peuvent reprocher, c’est que le « trailer » représente la personne de Mahomet (ce qui est interdit en islam), et le fait de le faire passer pour un faible et un psychopathe. Mais n’est-ce pas ce que traduisent les haddiths et la Sira, quand on voit le fanatisme des adeptes rigoureux de l’islam ?

Heureusement, la plupart des musulmans de France (et même dans le monde) ne sont pas tombés dans ce piège grossier. Somme toute, malgré leurs violences, les actes de réactions au « trailer » ne sont le fait que d’une minorité de musulmans. Il n’empêche que les responsables du CFCM et de la Mosquée de Paris ont joué les autruches en accusant « Innocence des musulmans » de mensonge sans le rapprocher des textes islamiques auxquels ils se réfèrent. Ils auraient mieux fait de se dégager de tout ce qui, dans le Coran, la Sunna et la Sira, contrevient à nos valeurs républicaines et laïques et à la tolérance.

Roger Heurtebise

image_pdfimage_print