Le traité transatlantique : ultime traitrise de l’Union européenne

Publié le 30 octobre 2014 - par - 1 367 vues
Share

requinQuand Vladimir Boukovsky, ancien dissident soviétique, faisait le parallèle entre l’UE et l’URSS, il n’avait pas tort !  Il faut revoir  la vidéo 1 où il fait ce rapprochement on ne peut plus pertinent : « Il est étonnant qu’après avoir enterré un monstre, l’URSS,  on en construise un autre tout semblable, l’Union Européenne. Qu’est-ce au juste que l’Union Européenne ? Nous le saurons en examinant sa version soviétique. L’URSS était gouvernée par 15 personnes non élues qui se cooptaient mutuellement et n’avaient à répondre à personne. L’UE est gouvernée par 2 douzaines de gens cooptés, qui se réunissent à huis-clos, n’ont à répondre à personne et ne sont pas limogeables. On pourrait dire que l’UE a un parlement élu. L’URSS avait une espèce de parlement, le Soviet Suprême. Nous avalisions sans discussion les décisions du Politburo, tout comme le parlement européen, où le temps de chaque groupe est rationné et souvent se limite à une minute par intervenant. A l’UE, il y a des dizaines de milliers d’eurocrates avec leurs émoluments énormes, leur personnel, leurs larbins, leurs bonus, leurs privilèges, leur immunité judiciaire à vie, simplement transférés d’un poste à un autre quoi qu’ils fassent, bien ou mal. N’est-ce pas l’URSS toute crachée ?» etc.

Les Commissaires européens -non élus et à l’abri de toute poursuite- s’apprêtent à signer, au nom des Etats-membres mais sans véritablement les consulter, trois traités, dont le liberticide TAFTA, encore appelé TTIP, traité transatlantique ou « Trans-Atlantic Free Trade Agreement », qui est un projet de libre-échange quasiment total entre l’UE et les USA, négocié en catimini par Bruxelles depuis le mois de juillet.

L’UMP et le PS laissent faire ; forcément, ce sont des européistes forcenés, prêts à tout accepter de la sacro-sainte UE, qui devait nous apporter -souvenez-vous- plein emploi, prospérité, bonheur !

Quant au gouvernement, il ne daigne même pas mettre les Français au courant de toutes les implications du TAFTA. Cela se saurait si nos dirigeants avaient la moindre considération pour le peuple qui leur sert de « vache à lait » et qui n’est bon qu’à mettre son bulletin dans l’urne. Ils ne lui prêtent pas des lumières suffisantes pour se risquer à lui dire la vérité, laquelle vérité -évidemment mal comprise, mal interprétée par ces c.ns de Français-  pourrait  les fâcher tout rouges !

Il faut dire que transparence et communication ne sont pas non plus les maîtres-mots en vigueur à Bruxelles ! « Les discussions sur l’accord de libre-échange Etats-Unis/Union européenne, qui concernent les choix de société démocratiquement construits, se font sans et contre les citoyens. Non seulement ils n’ont pas la possibilité de savoir ce qui est négocié en leur nom, mais une grande partie de mes collègues parlementaires, qui les représentent, n’ont eux-mêmes que très peu d’informations sur le sujet 2» remarque Yannick Jadot, député Vert européen, qui pose la question essentielle : « Ce traité peut rapporter beaucoup d’argent aux sociétés financières de Londres, aux exportateurs de machines-outils allemands ou aux compagnies d’eau françaises. La question est : les bénéfices de ces sociétés représentent-elles l’intérêt général européen ? 2»

Ainsi le TAFTA va être imposé aux peuples européens, sans référendum bien sûr, et même sans l’aval de leurs parlements nationaux : autrement dit, dans le plus pur respect des règles démocratiques en vigueur à Bruxelles, qui n’ont rien à envier à celles de l’ancienne URSS ! C’est un véritable « coup d’Etat » des Commissaires européens.

Quelles seront les principales conséquences du TAFTA 3?

La perte totale de souveraineté des Etats, désormais soumis aux multinationales. 

« L’adoption du TAFTA empêchera les États d’édicter librement les normes sanitaires et environnementales [ne pas oublier d’ajouter les normes juridiques !] propres  à protéger les citoyens et leur cadre de vie. Ce traité soumettra les États à un chantage financier permanent puisque des multinationales pourront les attaquer via des tribunaux d’arbitrage privé, pour peu qu’elles considèrent telle ou telle décision, résultant d’un choix électoral majoritaire, comme nuisible à leurs investissements. »

Un exemple simple : une campagne anti-tabac pourra entraîner la condamnation d’un Etat attaqué par telle ou telle multinationale… et qui dit condamnation, dit : milliards d’amende ! Ainsi des fabricants de cigarettes auraient « d’ores et déjà menacé la France d’une action en justice pour lui réclamer 20 milliards d’euros si des mesures anti-tabac devaient être prises ».

La « malbouffe » et les risques sanitaires qui en découlent 

« Ce traité signera l’arrivée massive des OGM et de produits issus de l’agriculture productiviste qui est la norme aux Etats-Unis. Au-delà du risque sanitaire des OGM, du boeuf aux hormones ou du poulet chloré, ces grandes exploitations… »

Je rappelle que l’UE avait accepté l’utilisation d’huile de vidange dans la fabrication de l’huile alimentaire (jusqu’à la hauteur de 10%), qu’elle autorise à nouveau l’utilisation des farines animales pour les poissons (la « vache folle » fera-t-elle place au « saumon fou » ?). Peu lui importe donc ce que nous allons mettre dans nos assiettes, avec le TAFTA…

L’agriculture française en grand danger

« (suite de la citation) Ces grandes exploitations avec des travailleurs immigrés souvent sous-payés qui représentent 75 % des travailleurs saisonniers seront une concurrence redoutable… A l’heure où la PAC devient la variable d’ajustement de l’UE, les conséquences pour notre agriculture sont alarmantes ».

La disparition progressive de notre industrie

« Les États-Unis jouissent d’un dollar faible face à un euro surévalué d’au moins 30 % par rapport à la compétitivité intrinsèque de l’économie française. Ajoutons à cela le choc de compétitivité dont bénéficie l’économie américaine avec l’exploitation du gaz de schiste, et il est évident que notre industrie sera à terme balayée ».

Si, comme on le voit, le TAFTA «porte en lui les germes d’un drame économique et social pour la France », l’UPR4 est le seul parti, à ma connaissance, à réagir et à lancer une pétition pour demander un référendum sur les traités en train d’être négociés à notre barbe à Bruxelles :

http://www.change.org/p/gouvernement-fran%C3%A7ais-pour-l-organisation-d-un-r%C3%A9f%C3%A9rendum-sur-l-accord-de-libre-%C3%A9change-ue-canada-ceta-le-trait%C3%A9-transatlantique-tafta-et-l-accord-sur-le-commerce-des-services-tisa?recruiter=29513311&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/tafta-l-upr-lance-une-grande-158520

Par contre, il existe d’autres pétitions, lancées par des associations, des collectifs de citoyens ou de simples particuliers :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/LUnion_europeenne_et_les_dirigeants_de_tous_les_pays_membres_de_lUnion_Le_rejet_du_traite_transatlantique/?pv=26 (qui dépasse 24 000 signatures et vise les 30 000)

https://www.collectifstoptafta.org/citoyen-nes/article/toutes-et-tous-hors-tafta?var_confirm=dHL8hN2V#sp75 (qui dépasse les 40 000 signatures et vise les 100 000)

et surtout http://stop-ttip.org/fr 3 (qui dépasse les 400 000 signatures et vise le million)

Je vous invite tous à signer et à faire connaître autour de vous la (ou les) pétition(s) de votre choix car les pétitions, c’est tout ce qui nous reste pour faire entendre notre voix, même si nous ne sommes pas écoutés !

1. http://mediascitoyens-diois.info/2014/09/encore-et-encore-contre-ce-traite-tafta-liberticide/

2. http://www.youtube.com/watch?v=js40QG3UEE8

3. TTIP = TAFTA !

Citations issues de http://www.economiematin.fr/news-consequences-grand-marche-transatlantique-economie-usa-domination-europe#CSQ%20GMT  et du texte qui accompagne  la pétition de l’UPR 4. NB : je ne suis pas adhérente à l’UPR et ne fais pas de publicité pour ce parti !

Chantal Macaire

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.