Le Var dépense plus pour les mineurs isolés que pour les étudiants

Publié le 27 février 2021 - par - 16 commentaires - 1 171 vues
Traduire la page en :


En janvier 2020, il est recensé officiellement 397 mineurs pris en charge dans ce département.
Ce chiffre est passé début 2021 à 548 dont 532 garçons et 16 filles.

On apprend dans le document de projet du département du Var que « En 2019, 1 052 migrants se sont présentés comme mineurs non accompagnés auprès des services du département du Var, avec un accroissement des flux constatés depuis le mois de juillet 2016. Plusieurs dizaines d’entre eux ont poursuivi leur parcours migratoire après un bref séjour au sein du service d’accueil d’urgence, avant même parfois le démarrage l’évaluation de leur situation ».

https://www.var.fr/documents/20142/133115/CAHIER+DES+CHARGES+550+MNA+2020.pdf/80a4c273-c200-57e3-c821-f6c3238f3fe3

Ce chiffre de 1 052 nouveaux MNA est énorme, puisque si on retient une trentaine de départements de taille équivalente à celle du Var en France, on peut modéliser comme nos épidémiologistes de la TV : 30 * 1 052 = 31 560 nouveaux MNA par an.
On distingue flux et stock bien entendu, et en conséquence la France ferait donc face actuellement à un flux d’arrivées annuelles égal ou supérieur au chiffre officiel du stock de 30 à 40 000 MNA pris en charge en France.

À titre d’exemple, rien que deux départements qui ont décidé d’attaquer l’État pour avoir plus d’argent de sa part gèrent un stock de plus de deux milliers de MNA : « À proximité géographique de l’aéroport international Charles de Gaulle, les départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne accueillent respectivement 1 700 et 560 mineurs non accompagnés pour un budget annuel de 60 millions d’euros pour le seul premier département ».

https://www.lagazettedescommunes.com/699702/financement-de-laccueil-des-mna-deux-departements-franciliens-attaquent-letat/

Or sur un site du 93, on apprend qu’une astuce permet de ne pas compter les MNA dans les statistiques :
« Il faut savoir que certains jeunes ne sont pas comptabilisés dans les chiffres des mineurs non accompagnés et qu’ils n’ont en conséquence pas d’aides dédiées. Ce savant tour de passe-passe advient quand l’un de ces mineurs se voit délivrer une “carte de séjour visiteur”, ce qui le classe d’office dans la catégorie des jeunes en situation régulière, il cesse alors d’être pris en charge par l’ASE au titre des MNA. En résumé : pas de bras, pas de chocolat ».

https://www.bondyblog.fr/societe/ils-sont-7-pour-accueillir-800-mineurs-isoles-les-agents-de-la-camna-93-en-greve/

Ces MNA pourraient alors se voir comptabilisés dans le nombre de cartes de séjours délivrées qui s’élevait en 2019 à 277 000 et aux alentours de 220 000 en 2020, baisse due plus que probablement à la crise sanitaire.
https://www.immigration.interieur.gouv.fr/Immigration/L-admission-au-sejour-Les-titres-de-sejour-visas-statistiques

https://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Etudes-et-statistiques/Statistiques/Essentiel-de-l-immigration/Chiffres-cles

Revenons au département du Var qui apparaît comme une plateforme de dispersion, puisqu’il nous est annoncé que plusieurs dizaines de MNA ont poursuivi leur parcours migratoire, probablement vers d’autres départements, et que le stock est deux fois moindre que le flux ( 548 contre 1 052).
Le profil des pays d’origine est intéressant, puisque 104 sont originaires de Côte d’Ivoire, 134 de Guinée, 115 du Mali et 56 de Tunisie pour 22 d’Afghanistan, 30 du Bangladesh et 8 du Pakistan.

C’est donc de tous horizons qu’ils arrivent, et on se demande bien comment ils ont pu voyager sans filière négrière depuis ces contrées lointaines. Il y a probablement de nombreuses ONG qui sont à l’œuvre dans la submersion migratoire : on voit mal un jeune Bangladais traverser à pied la frontière indienne puis tout ce pays, puis l’Iran, puis la Turquie, puis les pays des Balkans. Il en va de même des Africains du Mali ou de Guinée qui doivent traverser toute l’Afrique du Nord pour passer en Espagne.
Le budget 2021 du Var prévoit pour 548 MNA une dépense de 22 millions d’euros, ce qui représente une charge de 40 145 € par personne.

Le département du Var compte environ 70 000 collégiens. Le budget 2021 pour les dépenses de cette catégorie est prévue à 18 millions d’euros, ce qui représente une dépense de 257 € par collégien.
Ces chiffres concernent un seul département, mais chaque citoyen devrait pouvoir obtenir les chiffres des dépenses du département de son lieu de résidence.

Cette dépense de 40 000 € par mineur isolé étranger correspond aux dépenses notoirement reconnues d’un tel montant selon diverses sources médiatiques qui avancent le chiffre de 50 000 €.
Une participation de l’État permet aux départements de se faire rembourser partiellement des frais engagés selon les modalités du décret n°2019-670 du 27 juin 2019 et de l’arrêté du 28 juin 2019.

https://www.asp-public.fr/aide-aux-mineurs-non-accompagnes

« “Quand j’ai été élu président du conseil départemental du Val-d’Oise en 2011, nous dépensions un peu plus de 3 millions d’euros pour ces jeunes, aujourd’hui pour 2021 on va prévoir plus de 40 millions d’euros”, rapporte le sénateur LR, Arnaud Bazin » peut-on lire sur un article dédié à la prise en charge des MNA de Public Sénat :

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/mineurs-isoles-on-est-passe-de-3-a-plus-de-40-millions-d-euros-de-depenses-en

La hausse est phénoménale, l’APL ou l’aides aux étudiants dans la même période n’a pas du tout suivi une multiplication par 13 en dix ans (de 3 millions à 40 millions).
On apprend également dans cet article que le département de Seine-St-Denis, qui a dépensé 57 millions d’euros pour cette ligne budgétaire en 2019, entend bien faire participer davantage l’État aux dépenses en engageant une action judiciaire auprès de l’Onu :
« Le sujet des mineurs isolés étrangers reste une préoccupation majeure et un point d’accroche entre les collectivités et l’État. À titre d’exemple, en novembre dernier, le département de Seine-Saint-Denis annonçait son intention de mener une action juridique contre l’État français, auprès de l’Onu, pour non-protection des mineurs non accompagnés ».

Éric Zemmour, qui se basait sur les nombreux et très graves faits divers incontestables recensés au travers de la presse régionale, a pu très légitimement constater que les mineurs isolés étrangers étaient souvent à l’origine de vols, tabassages, bagarres. Les articles de presse sur Bordeaux, Montpellier, Paris ou Rennes par exemple ne manquent pas ; c’est également ce que confirme le média Valeurs Actuelles : « Il y a quelques mois, Valeurs Actuelles rappelait que près de 75 % des mineurs jugés pour délinquance à Paris sont des mineurs isolés. Une réalité tout aussi tangible ailleurs en Île-de-France. Dans les Hauts-de-Seine, par exemple, ce chiffre s’élève à 58 % » :

https://www.valeursactuelles.com/societe/val-de-marne-les-maisons-de-retraite-bientot-ouvertes-aux-mineurs-isoles-128932

Tous ces éléments analysés viennent démontrer une réelle volonté de Grand Remplacement de la part des élus de la majorité actuelle et des groupes écolo-communisto-insoumis-centristes dont aucun n’envisage la remigration immédiate par la remise d’office sur le perron de l’ambassade de leur pays d’origine de ces jeunes qui n’ont rien à faire ici loin de leurs familles.

Ces mineurs non accompagnés, comme ils sont qualifiés de manière euphémiquement édulcorée pour ne pas effrayer le bourgeois, coûtent chacun 100 à 200 fois plus aux départements que l’aide allouée pour chaque collégien de souche (pour le Var, 40 145 € / 257 € = 156 fois).
Quand des élus d’un pays préfèrent dépenser 100 ou 200 fois plus pour un mineur isolé étranger, dont une partie va se révéler délinquante, que pour l’éducation scolaire d’un de ses collégiens, c’est bien la marque d’un désintérêt le plus total pour sa jeunesse.

Ce désintérêt va jusqu’aux étudiants puisqu’une majorité de ces derniers pointent aujourd’hui à la soupe populaire ou aux restos du cœurs.
Si la Nation garantissait 50 000 euros, en fonction de leurs ressources, à ses facultants, cette dépense pourrait être considérée comme un investissement. La prise en charge de mineurs isolés, dont nous avons vu qu’une certaine partie dérive vers la délinquance, peut donc plus concrètement être qualifiée de “soutien à la criminalité”, et peut difficilement recevoir le qualificatif d’investissement d’avenir.

Quand des départements sont prêts à aller en justice et devant l’Onu pour la prise en charge de mineurs isolés étrangers, mais ne se bougent pas d’un pouce pour les collégiens et étudiants de ce pays, c’est le signe d’une aversion marquée pour la jeunesse de souche de France.
Quand des élus préfèrent soutenir la criminalité plutôt que nos chercheurs en vaccins en période de pandémie par exemple, on est aussi en droit de s’interroger.
Il reste également à rappeler la responsabilité de ces élus devant la loi pénale qui n’est jamais appliquée.

Si un mineur isolé étranger pris en charge par un service de l’enfance d’un département commet des crimes et délits, tous les membres du conseil général qui en ont légalement la charge devraient normalement être mis en examen puisqu’ils sont sous leur responsabilité.
Or, à ma connaissance, jamais un magistrat n’a mis en examen un conseiller général de l’Hérault ou de la Gironde pour ne prendre que ces deux exemples pour les crimes et délits commis par certains de ces jeunes pris en charge dans ces départements, ni saisi leurs biens propres et leurs salaires pour dédommager les victimes ou les familles des victimes sauvagement et “allogènement” agressées.

Enfin, on peut raisonnablement s’interroger sur le patronat qui semble friand de cette main-d’œuvre, alors que le pays compte déjà plus de 6 millions de chômeurs toutes catégories confondues. Et sur la volonté de certains élus, comme ceux du Val-de-Marne, qui envisagent de loger les MNA avec… les personnes âgées des maisons de retraite du département (cf Valeurs Actuelles supra).
Non, le Grand Remplacement n’est plus un mythe, c’est une réalité agencée méthodiquement par les gens que, vous peut-être, mais les Français sûrement, ont portés aux postes décisionnels.

Quand un pays dépense plus par tête de pipe pour des mineurs étrangers que pour l’éducation de sa jeunesse de souche, qu’elle impose la cohabitation de ses anciens blancs de peau avec des Afghans, Pakistanais ou des Africains  – dont une partie de la population de ces pays manifeste régulièrement sa haine de la France et de ses habitants historiques -, quand le patronat trouve plus d’intérêt à embaucher des immigrés, même clandestins, plutôt que la population française blanche de peau, on peut se dire que cette partie décisionnelle du pays qui engage son devenir a bien décidé de se débarrasser de ses Gaulois réfractaires d’origine romano-celte.
Vont-ils y gagner au change à long terme quand on voit la montée des haines anti-France et anti-Blancs partout dans l’Hexagone ?

Ce serait une belle victoire posthume, si nous disparaissons, de voir tous ces décisionnaires et toute leur descendance se faire égorger un jour, vous ne croyez pas ?
Pour ma part, d’outre-tombe, je ne sortirais pas le mouchoir, je rirais franchement dans les allées des cimetières lors de mes sorties nocturnes en criant « mort aux cons ! ».

Doc de départ :
Dans le Var, les migrants mineurs coûtent 22 millions d’euros, pesant plus que le coût de fonctionnement des collèges
LePanacheFrançais
26/02/2021 à 21h49

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
R2D25

Dans le Var, préférence aux nègres.

Almatho
Laure

En effet, quelle famille française peut dépenser entre 70 et 90 000 euros / an pour un de ses enfants?

Révolutionem

Juste une petite précision :
Dans les pays TOTALITAIRES, lors de l’installation du dit TOTALITARISME, la chasse aux intellectuels est libre et ouverte.
L’intellectualisation d’un jeune commence en primaire pour finir en faculté ou grande école…
Alors abandonner au bord du chemin les jeunes Gaulois fait partie du plan…
Par contre, les soit disant Mineurs Non Accompagnés EUX sont sur le bon chemin !…
Autre précision : Je suis retraité, ai des revenus d’environ 2.800 € / mois après avoir travaillé plus de 42 ans, et que je constate qu’un MNA nous revient à plus de 4.000 € / mois sans avoir jamais cotisé à quoi que ce soit, et au détriment de NOS JEUNES DE SOUCHE,
JE TROUVE CELA SCANDALEUX et ANTI-CONSTITUTIONNEL !… (Gouvernance de la FRANCE… pour les FRANCAIS !….)

HARGOTT

Quand on remboursera les tampons périodiques des collégiennes “en situation de précarité”, la dépense pour les collèges atteindra sans doute celles gaspillée pour les “mineurs” isolés (étrangers ET en situation irrégulière): Mais que fait Macron !

R2D25

……..Mais que fait Macron !

RIEN ! IL adore les nègres et l’odeur qui va avec .

Jean05

Les fauteurs du Grand Remplacement, s’ils réussissent dans leur entreprise, verront alors ce que leurs protégés leur réservaient : les féministes seront enfermées à la maison pour faire la cuisine et des enfants, les homosexuels seront jetés du haut des immeubles ou pendus comme en Iran, les athées seront égorgés, et les femmes infidèles seront lapidées. Ce sera notre amère revanche.

Juste

eh oui ! il faut se souvenir que les mineurs trentenaires ont plus de besoins que nos étudiants souvent même pas noirs !!!

patphil

ben c’est normal, ! les futurs ingénieurs, médecins, architectes doivent être chouchoutés
les notres n’ont rien à dire puisque le pr&sident a mis le repas à un euro dans les cantines des universités!

HARGOTT

Le futur président est dans doute parmi ces chances pour la France.

barracuda 58

Et qu’il va distribuer gratuitement des couches-culottes aux étudiantes.MDR

BOURGOIN

C’est vrai partout puisque l’on dépenses 55 000 € par an pour c haque mineur isolé qui atteint souvent 35 ans d’âge réel!…….
Et en plus on donne maintenant les chambres de nos étudiants à ces gens là ! ! ! !

ven85

je rappele qu’aux regionnales,LA REGION PACA,a voter estrosi contre marion marechal et que les socialistes ce sont retires sans elus pendant 5ans pour faire elire ESTROSI,a peine elu ESTROSI A DEMISSIONNER POUR LAISSER LA PLACE A MUSELIER et pour rejoindre sa MAIRIE DE NICE,UMPS tous pourris et felicitations aux cons de socialistes qui l’a elu,alors ne vous plaignez pas,vous meritez ce qui vous arrive

Laure

Et des chambres en Ehpad pour accélérer la fin des vieux en plus du rivotril du printemps dernier.

BERNARD

Nos étudiants apprennent l’écriture inclusive, les doctrines décoloniales et intersectionnelles dans nos magnifique universités hors de prix où la recherche de merde est à foison… et dont les résultats de recherches sont évidemment du domaine de l’anti-france, qui est le but avoué de ces recherches.

POURRITURE GÉNÉRALE DE NOTRE SYSTÈME D’ÉDUCATION DÉVOYÉ…

Après la dégradation des niveaux en primaire, collèges et lycées, c’est maintenant le tour des facs !

Je ne supporte pas de subventionner ces étudiants qui ne font que cracher sur notre pays (ou ce qu’il en reste encore)

Alors que les MNA sont, on le sait de source sûre, des futurs prix Nobel
Dans les deux cas (facs et MNA), les subventions vont dans la même poche :

celle de L’ISLAMO-GAUCHIASSERIE.

Maximilien

Cinglés.

Lire Aussi