1

Le véritable patron du terrorisme international, c’est le cheikh d’al-Azhar

« Il faut traduire devant la Cour pénale internationale le cheikh d’al-Azhar, le véritable patron du terrorisme islamique », réclame un musulman réfugié en Amérique.

Suite aux attentats du terrorisme islamique survenus à Barcelone et ailleurs en Europe, le chercheur égyptien dans les études coraniques, Ahmad Sobhi Mansour, réfugié en Amérique, a diffusé un communiqué dans lequel il réclame qu’on traduise le plus vite possible devant la Cour pénale internationale les chouyoukhs du terrorisme, et en premier lieu, le cheikh d’al-Azhar, ainsi que tous les imams, les enseignants de la charia à l’université d’al-Azhar au Caire et partout dans le monde. (Source : http://www.ahl-alquran.com/arabic/show_article.php?main_id=14880)

Voici des extraits de ce communiqué :
« Depuis la fin du siècle dernier, les attentats commis par les musulmans wahhabites se multiplient dans le monde. Les chouyoukhs de l’islam sunnite wahhabite l’attisent en permanence, notamment l’institution d’al-Azhar en Égypte, qui est la référence religieuse d’un milliard de sunnites dans le monde.
Les pays occidentaux s’efforcent d’empêcher ce terrorisme ou du moins d’atténuer son impact, mais c’est toujours un échec flagrant. La raison c’est que les responsables politiques dans ces pays ferment les yeux sur les sources doctrinales et éducatives du terrorisme islamique et leurs mentors. Ils se contentent uniquement de prendre des mesures préventives éphémères au niveau sécuritaire. En revanche, ces responsables politiques ne cessent de courtiser d’une part l’Arabie Saoudite qui a engendré le wahhabisme, l’entretient et le promeut, et d’autre part, le cheikh d’al-Azhar en Égypte. Ils oublient totalement que ce dernier est bien connu pour son fanatisme en faveur de l’islam wahhabite et pour son emprise sur l’idéologie religieuse de l’islam sunnite en Égypte. Il a déjà forcé le président égyptien à cesser de réclamer une réforme du discours religieux. Vu son pouvoir, il a même contraint les tribunaux civils à condamner à la prison ferme deux des prédicateurs qui ont osé contester les programmes de l’enseignement à l’université d’al-Azhar, lesquels sont de nature à empoisonner les cerveaux des apprenants et à les transformer en terroristes potentiels. Il convient de rappeler qu’al-Azhar et son corps enseignant constituent la véritable poudrière du terrorisme. Elle a déjà pondu Omar Abdelrahman (l’instigateur des attentats de New York), Ayman al-Zawahiri (l’ex bras droit de Ben Laden et actuellement n°1 d’al-Qaeda), tous les cadres de la confrérie des Frères Musulmans et de Daech, le chef du Boko Haram, et consorts.
Suite à l’horrible massacre de Barcelone, je réclame encore une fois et j’insiste à ce que le cheikh d’al-Azhar, le promoteur du terrorisme islamique, soit rapidement arrêté et jugé devant la Cour Pénale Internationale, dans l’espoir de sauver désormais beaucoup d’autres victimes innocentes.
L’Occident doit être conscient que Daech (ou le groupe de l’État islamique) qui vient de subir une défaite écrasante en Syrie et en Irak, a décidé de concentrer ses opérations terroristes en Europe et en Amérique. C’est un choix facile et gratuit, puisque le terrain y est bien préparé. L’islam fondamentaliste et wahhabite saoudien y est bien incrusté dans les mosquées et les centres islamiques en Occident. Les fonds colossaux en provenance de l’Arabie saoudite et des autres pays du Golfe fusent sans limite et permettent d’entretenir les cerveaux et les militants du terrorisme islamique. Pour cette raison, le cheikh d’al-Azhar, Ahmad el-Tayyib, qui profite très largement de ces fonds, interdit et condamne quiconque ose critiquer le wahhabisme saoudien. Il l’accuse d’apostasie, donc il le condamne à mort. Cette arme fatale est en permanence dégainée, au nom de la charia islamique, pour terroriser les ennemis de l’islam et ceux qui le critiquent. Ainsi prétendent ces marchands du temple et, à leur tête, le cheikh d’al-Azhar, pouvoir tenir fermement la barre pour défendre leur islam et occulter leur terrorisme islamique. Et Daech fait partie de cette mafia, mais aussi toutes les organisations islamistes qui vont émerger après lui. Sensibiliser, mobiliser ou endoctriner les jeunes musulmans en Amérique ou en Europe ne leur coûte rien. Tout jeune musulman peut se transformer très vite en bombe humaine. Il se trouve bien privilégié de mourir en martyr en tuant un grand nombre d’innocents n’importe où et n’importe quand.
La guerre menée par les terroristes de l’islam est d’un autre genre. Toutes les mesures sécuritaires sont inutiles et vaines. Avant tout, il faut assécher les sources de ce terrorisme au sein même de la croyance et de l’idéologie de l’islam.
Encore faut-il lancer un tel appel après chaque attentat terroriste islamique ? Faut-il toujours attendre d’autres victimes encore à cause de cette lâcheté, de cette négligence ou plutôt de cette complicité des responsables occidentaux face aux chouyoukhs du terrorisme islamique et leurs bailleurs de fonds ? Est-ce que la condamnation d’un groupe de criminels qui incitent au terrorisme au nom de l’islam et de son « Allah akbar » représente un fardeau beaucoup plus important et plus précieux que le sang des milliers d’innocents déjà sacrifiés et d’autres qui vont suivre ?
Nous vous appelons à une prise de conscience sérieuse et à un sens authentique de patriotisme – si vous en avez encore un brin. »

Il est triste de dire à ce contestataire que tous ces appels et ces contestations, même s’ils viennent des musulmans désemparés comme lui, ne serviront à rien. Quoi qu’il arrive, nos politiciens, mais aussi les agents des médias mainstream, ne s’intéressent, au dire d’un saoudien installé à Paris qui les connaît de près, qu’aux cadeaux de luxe et aux valises Samsonite bourrées de pétrodollars.

Malek Sibali