Le vieillard lubrique et la démographie

Publié le 16 mars 2009 - par

Une émission, à la télévision, le soir très tard : la vie dans un petit village d’Afrique. Un vieillard de 82 ans, qui a 11 épouses. Il vit avec une épouse une semaine, puis avec une autre épouse la semaine suivante etc. Une de ses femmes s’exprime : “Il est encore vigoureux ! La nuit, c’est 3 ou 4 fois !!” Elle paraît fière de cet exploit et de ce mari en âge d’être son grand-père ! Ses 11 femmes travaillent pour lui, il a ainsi le temps de se ménager… pour la nuit, et sans viagra (enfin je crois).
– Combien d’enfants a-t-il en tout ? demande le journaliste .
– Oh il en a beaucoup ! J’en ai compté au moins 90 .

Cela se passe en Afrique et cet infatigable grand-père est musulman.
Le vendredi 13/3/2009, émission sur France-Inter. Invité Roger-Maurice Bonnet, président du COSPR (Comité mondial pour la recherche spatiale) et directeur exécutif de l’ISSI (International Space Science Institut) . Et voici ce qu’il dit : “Pour vivre décemment sur la terre, dans les 100 000 ans qui viennent, la démographie globale ne devra pas dépasser 11 milliards d’hommes”.

Quand on nous parle de “coloniser une autre planète”, je dis : laquelle ? Comment ? Quand ? Nous, nous disons simplement que l’ état de notre Planète Terre est tel qu’il faut s’occuper de ses habitants, plutôt que d’envoyer quelques individus ayant une constitution physique hors norme pour supporter le vol. Il faut plutôt que nous rendions la Terre vivable d’abord !
En 1900, la population mondiale était de 1,8 milliard d’hommes. Elle est de 6,5 milliards en ce moment.

5 milliards de plus en 100 ans !

Alors dans 100 000 ans ? Faites le calcul, et la réponse vous montrera que ce n’est pas possible !

L’ONU pense que la limite à ne pas dépasser, c’est 30 milliards d’hommes.
Nous (Roger-Marie Bonnet et ses collègues) nous disons que c’est 11 milliards d’hommes.
Oui, notre vaisseau spatial est fragile, ses ressources sont limitées et nous n’avons pas de planète de rechange.

Nous allons devoir faire face à deux risques :

-la limitation des ressources : avec le réchauffement climatique, la raréfaction de l’eau , la crise écologique, économique etc.

– le risque de surpopulation.

Pour faire face à ces dangers, il faudra bien que l’on soit SOLIDAIRE ! Solidarité des riches envers les pauvres, il faudra bien que les riches acceptent de partager ! “.

Et moi, j’ajoute qu’il faudra bien que les hommes et les femmes, partout et sans tabou de quelque origine qu’il soit, religieux, patriarcal ou POLITIQUE (il y a des territoires où la forte démographie est une arme pour lutter contre un voisin ennemi) acceptent de limiter le nombre de leurs enfants. Les moyens pour y parvenir existent, la contraception peut parvenir dans les coins les plus reculés du monde.
Contrôler la démographie est possible : il faut d’abord lever un autre tabou : la démographie, il faut en parler !

Que penser du vieillard lubrique avec ses 90 enfants ?
Qu’il n’a aucun respect pour ses épouses, aucun respect pour ses enfants innombrables qu’il ne peut nourrir convenablement, et qui seront contraints à émigrer pour essayer de trouver une vie meilleure. Il ne pense qu’à lui ! Égoïste, il se sert de la religion pour satisfaire ses besoins sexuels avec des femmes plus jeunes.

La polygamie n’est pas la seule responsable de la surpopulation, bien sûr. Il faudra que l’on écoute ces scientifiques, qui sont prêts à nous faire connaître leurs travaux et participer à notre éducation.
Plutôt un scientifique que Tariq Ramadan. Avec lui, même les sciences sont islamiques !
La SCIENCE, sans adjectif, la religion doit rester hors d’atteinte des religions, toutes les religions !

Mireille Popelin

Livre ” Survivre 1000 siècles, que pouvons-nous faire ? ” de Roger-Marie Bonnet et Lodwwijk Woltjer – éd. Springer Verlay New York 2008

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi