Le vieux pays

Comme toujours au lendemain des défaites,
Ce vieux terroir redevient un pays
Il en va ainsi depuis la Flandre du faîte
Aux pieds salés du pauvre Midi

Vous qui venez de l’Orient mystérieux
Vous trouvez au bout du terroir
La marche ondulante de l’océan furieux
Pourtant ce Finistère bat en espoir

Ainsi les damnés de la vie furent nombreux
A choisir le vieux et noble terroir
Ils bâtirent en déliés des caractères ombreux
Façonnant cette terre en un pays de savoir

Childeric le premier et Clovis à Soisson
Baptisèrent le vieux terroir mythique
En cadeau d’épousailles ils lui donnèrent un nom
Le pays des Francs et de la loi salique

Alors ce nouveau pays parût aux yeux lointains
Tel un jardin doux, homogène, heureux
Mais rien, nous le savons, est moins certain
Si le pays vit de miel, ses peuples sont belliqueux

Dame Jeanne indiqua aux Grands Bretons
« Désormais le vieux terroir se vit en pays »
Ils durent bâtir au loin leur propre maison
En son royaume le roi de France est partout chez lui

Bien sûr, le jeune pays prit de l’âge et de la déraison
Le terroir s’embellissait et fleurait bon
Le Moyen Age, la Renaissance, les religions
Agitèrent le cœur des peuples et de la nation

Les calculs géographiquement rusés de Louis le onzième
Agrandirent notoirement le vieux pays
Les arts de François, la poule d’Henri, le soleil quatorzième
Augmentèrent à l’étranger le prestige du pays

L’âme belliqueuse est souvent en gésine
Le sang de la vigne en sait le torrent
Quand apparaît une cause plus au moins digne
Le peuple de France devient un peuple sanglant

Le génie de la France, son immense talent
S’inscrit en particulier dans l’âme des nations
Ses écrivains, ses peintres, penseurs et élégants
Sont géomètres du beau, arpenteurs des raisons

Une histoire même la plus grandiose impose
De sillonner les clartés et les ombres du vieux pays
Dans la main le pain blanc de ses osmoses
Aux lèvres le calice et le boire jusqu’à la lie

Toi qui viens aujourd’hui t’installer chez nous
Sache que l’Histoire du vieux pays attend
Qu’avant d’imposer ta vision, tes envies, tes goûts
Tu fasses tiens, sa langue, sa culture, son roman

Comme beaucoup avant toi tu peux te croire vainqueur
Le vieux pays cache des ressources insoupçonnées
Et au moment de vouloir lui arracher le cœur
Tu ne pourras être que désarçonné.

Henri Lautréamont

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. M. Lautréamont, vous etes un bon poete, mais votre naiveté par rapport à ceux qui viennent s’installer chez nous est terrifiante. Vous dites à cet étranger qu’il faut qu’il  » fasse sienne  » notre langue, notre culture,notre roman. Comment ne voyez-vous pas que les musulmans, à l’inverse de tous les Polonais, Vietnamiens, Portugais, Italiens, etc, venus chez nous et bien intégrés, ne sont venus que pour nous convertir, et pour que la France devienne musulmane. L’Islam les y oblige. C’est écrit noir sur blanc dans le Coran et les Hadiths. Lisez le Coran, M. Lautréamont! Le Coran dit que « toute la religion doit etre à Allah « . Le but de l’Islam est de conquérir le monde. Nous n’avons affaire quà des envahisseurs…. pacifiques pour l’instant.

  2. Ci dessous, ce fut écrit en vers… Beau sonnet, massacré à l’impression !
    Désolé !

    • Pas du tout ! Quand on le lit dans sa totalité, il s’affiche très correctement !
      Bien à vous et merci.

  3. Hé oui, ce vieux Pays représente une Histoire,
    Celle des Pères fondateurs, tous épris de Victoires…
    Cela au prix des Morts que nul ne veut plus voir,
    Oubliant la Patrie et le sens du Devoir.

    Reims et Villers-Cotterêts furent les bases d’une Nation,
    Les siècles écoulés tournent à la trahison,.
    Révolution d’abord, inversion des Valeurs,
    Et tous ces mots en « isme » qui sont tous dans l’erreur.

    Oui, la liste est trop longue, mais ils n’ont qu’un seul but,
    Oublier le Passé, renier les Origines.
    L’islam est parmi Nous. L’Amour de l’Autre nous tue !

    Oh ! France de Renan, peux-tu te révolter ?
    Résister et combattre alors que Tu fulmines.
    Avec tes Pères, enfin, te réconcilier.

    Sonnet d’un Sonné !

  4. De tous temps, les envahisseurs ont voulu effacer toute trace de culture, de religion, de civilisation du pays qu’ils envahissaient. Pour garder la France Française, soit chasser l’envahisseur soit le « convertir à la France ».

  5. TOUT EST DIT!
    Le coeur de la France sont les français d’origine ou ceux qui se sont intégrés et par cela l’aime qui défendront le pays menacé.

Les commentaires sont fermés.