1

"Le viol de la Grande-Bretagne" : Tommy à Saint-Petersbourg


Tommy Robinson vient de prononcer à Saint-Péterbourg, samedi dernier 22 février, un discours qui sans doute fera date, intitule « Le viol de la Grande-Bretagne », en référence au viol de dizaines de milliers d’adolescentes par des bandes de musulmans au cours des 20 dernières années, et même en fait depuis les années… 70.
Ce discours, qui à l’heure où j’écris ces lignes, n’est pas encore en ligne, est basé sur des faits et des statistiques officiels, ainsi que sur des vidéos. Comme je l’ai dit, je pense qu’il fera date, comme l’a fait son discours à l’Oxford Union en novembre 2014 et son plus récent, montrant combien les médias de grand chemin n’ont plus aucune éthique et mentent effrontément au public, prononcé le mois dernier à Copenhague, et que je suis en train de sous-titrer en français.
J’ai eu l’honneur de faire partie d’une cinquantaine d’invités de confiance qui ont assisté à ce discours mardi 18 février, en avant-première, en Angleterre, peu avant le séjour de Tommy en Russie.

Dans ce discours, il développe plusieurs points :
D’abord, il récuse le discours des grands médias qui attribuent le mérite d’avoir été les premiers à dénoncer ce scandale des bandes de violeurs musulmans en 2011 et l’omerta qui les couvrait. C’est bien Tommy, qui, en créant l’English Defence League en 2009, manifestait et dénonçait ce scandale, au prix d’être traité d’extrémiste et de raciste, lui qui est l’homme le moins raciste que je connaisse (il est d’ailleurs considéré par la vraie extrême-droite comme un traître à sa race !).

Ensuite, il donne les statistiques : il y a 2,5 % d’hommes musulmans en Grande-Bretagne, mais ils constituent 85 % des condamnations pour exploitation sexuelle de mineurs du pays. Cette énorme proportion n’est pas le fait du hasard.
Bien sûr que des Européens et des non musulmans commettent ce genre de choses, y compris des gens de la haute société, mais ces gens savent que ce qu’ils commettent est répréhensible et le font, pour l’immense majorité, de façon cachée, sans inviter cousins et connaissances à participer à leur crime.
Dans le cas des bandes de musulmans violeurs, il est avéré qu’ils invitaient frères, cousins, amis à participer. Pourquoi ?
Parce qu’il s’agit d’un problème culturel. Selon les écrits sacrés islamiques, une personne qui a ses règles est considérée non comme une enfant, mais comme une femme. De plus, le Coran parle de prendre des esclaves sexuelles, non musulmanes.
C’est ce qu’ont confirmé des victimes, qui ont témoigné que leurs agresseurs les traitaient du putes blanches, de sales mécréantes, et qu’ils avaient pleinement le droit d’abuser d’elles selon leur religion.
C’est également ce qu’ont rapporté des violeurs lors de leur procès, que leur religion les y autorisait, voire les y incitait.
Évidemment, tous les musulmans ne suivent pas de tels enseignements, mais c’est précisément parce qu’ils ne suivent pas tous les commandements de leur prophète, tout comme il y a bien des chrétiens qui ne suivent pas tous les commandements de Jésus.
Enfin, Tommy a rappelé l’omerta des autorités, preuves à l’appui, la police, les services sociaux, les autorités municipales, ignorant les appels au secours des victimes ou des familles.
Ce scandale est considérable et laissera des traces dans l’histoire du pays : il semble avoir touché, au cours des 20 dernières années, au moins des dizaines de milliers de victimes, peut-être même bien plus. Les victimes étaient violées, droguées, bien souvent torturées, et certaines furent assassinées. Et les autorités n’ont rien fait pendant des années. Pire : elles ont persécuté les lanceurs d’alerte comme Tommy Robinson.
Nous attendons avec impatience la vidéo de ce discours.
Vous devrez attendre pour le sous-titrage, car je travaille et je ne suis pas rapide pour sous-titrer.
Richard Friand