Le vivre ensemble : c’est bon pour le peuple, pas pour les bobos !

Publié le 25 mai 2014 - par - 1 728 vues
Share

drapeau-outrage

Le « vivre ensemble », dont les auto-proclamés « altruistes », donneurs de leçons, nous gavent, pour mieux nous renvoyer au soi-disant « repli sur soi » des Français, il vaut uniquement pour les privilégiés qui sont de deux sortes :

1/ Ceux qui vivent dans le plus grand confort matériel, à commencer par une résidence suffisamment éloignée de l’insécurité et des nuisances sonores en provenance de certaines populations immigrées, sans-gêne, sans éducation, et se croyant tout permis puisque soutenues par l’hypocrisie des bien-pensants sévissant en haut lieu !

N.B. ceux qui exceptionnellement ont élu domicile dans une banlieue « chaude », nichent dans les hauteurs de ces villes pudiquement qualifiées « à risque », bien loin de la base et de ses nauséabonds citoyens !

2/ Ceux qui bénéficient d’aides matérielles de toutes sortes, puisque ayant bien compris que les collabos au pouvoir, et leurs amis étiquetés « bon cœur – belle âme puisque votant à gauche » (sic) sont prêts à céder à tous leurs caprices et exigences, dès lors que ces nouveaux arrivés leur donneront le précieux sésame qui les maintiendra au pouvoir : leur vote !

Dans la première catégorie, quand par exemple Monsieur Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale, cumulard s’il en est (1), se dit hostile à la publication du patrimoine des élus … on comprend très vite pourquoi grâce à la publication du Canard Enchaîne d’ avril 2013.

masure-bartolome

http://www.leparisien.fr/les-lilas-93260/bartolone-rattrape-par-la-transparence-17-04-2013-2734467.php

Et bien évidemment on se doute que située sur les hauteurs, avec vraisemblablement le must en matière de gadgets et autres installations sécuritaires, les occupants n’ont rien à craindre des « pow-wows » (2) tenus chaque nuit au bas des immeubles des « basses-villes », où jamais aucun élu porteur de l’unique vérité, ne met les pieds, sauf en plein jour et avec une armée de policiers … et de journalistes, se trouvant tout à fait « par hasard » dans les environs !

A relever l’action de Catherine Vautrin, députée UMP, sur ce sujet … mais qui risque d’être difficilement applicable sur le terrain, lorsque l’on connaît les grandes difficultés voire impossibilités d’accès des forces de police elles-mêmes, dans ces endroits où justement « on » leur recommande par ailleurs de « ne pas faire de vague » afin de « ne pas stigmatiser » !

Mais qui s’en souciera en dehors des habitants eux-mêmes … les élus regardant ostensiblement ailleurs et se gardant bien ensuite de vérifier si les lois qu’ils ont pondues sont bien respectées !

http://www.catherine-vautrin.fr/L-occupation-en-reunion-des-halls

Pour ce qui est de la deuxième catégorie, il me semble difficile de donner des exemples précis, sans craindre les foudres des officines aux ordres du pouvoir en place (en compensation de savoureuses subventions … plutôt bizarrement utilisées), qui ont donc les moyens financiers de traquer « ceusses » qui ne pensent pas comme eux, et qui ont de surcroît le culot de l’écrire.

Il me semble pourtant qu’en visant des populations bien plus promptes à revendiquer, exiger, pleurnicher … à tous propos, pour réclamer de nouvelles et incessantes priorités ou privilèges, plutôt qu’à respecter sans exception, la France, ses lois, ses us et coutumes ET ses habitants d’origine … tout le monde m’aura comprise.

Par prudence, je n’en dirai donc pas plus … mais n’en pense pas moins.

Ah! si, par souci d’équité, voici la légitime adaptation de l’oeuvre d’art du début … à chef-d’oeuvre, chef-d’oeuvre et demi !

Se-torcher-avec-le-drapeau-symbole-de-lunion-européenne

Josiane Filio

(1) http://petitsmatinsetgrandsoir.wordpress.com/2012/06/26/bartolone-haut-perche-un-jour-rentier-de-la-politique-toujours/

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/revue-de-presse/54-lu-sur-la-toile/2560-les-cumulards-de-impossible

(2)Un pow-wow est un rassemblement de Nord-Amérindiens. Il s’agissait traditionnellement d’un événement religieux  ou de la célébration d’exploits guerriers… Le pow-wow représente une fête de la rencontre et est vu par les Amérindiens comme un moment privilégié pour chacun de se rapprocher du noyau et d’échanger en famille.Source Wikipédia

Pow-wow-1983.Capture

Pow-wow-2014.Capture

Exemple de Pow-wow revu et corrigé en 2014, à Nantes, par des ethnies protégées

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.