1

Le VLA 2001, vaccin classique français, pour calmer la grogne antillaise

Heureux Antillais qui pourront s’affranchir des vaccins ARN.

Les Antilles vont pouvoir disposer de vaccins sans ARN messager

En misant sur Sanofi et l’Institut Pasteur, Macron a encore eu tout faux. Il fallait soutenir la pépite française Valneva.

Cette petite société nantaise  a gagné son pari. Elle propose un vaccin classique, donc fabriqué à partir du virus inactivé, à la place des vaccins ARN concurrents, qui font tant peur aux populations.

Essais de phase 3 quasi terminés et le succès est au rendez-vous.

Qui en parle ? Personne. Pourquoi ?

Parce que la France a refusé d’aider cette pépite, en pariant sur un vaccin de Sanofi ou de l’Institut Pasteur. Mauvaise pioche.

Et Macron se gargarise avec ses 30 milliards pour l’innovation et la promotion des start-up françaises ! Quelle mascarade !

Abandonnée par la France alors que toute la planète se lançait dans la course au vaccins, cette pépite gauloise s’est donc tournée vers les Anglais qui l’ont aidée dans son projet.

https://www.capital.fr/economie-politique/covid-19-comment-la-france-sest-faite-chipper-le-vaccin-de-valneva-par-les-anglais-1399881

Et aujourd’hui, c’est ce vaccin beaucoup plus sûr que les manipulations génétiques des vaccins ARN, qui va pouvoir être administré aux soignants antillais pour calmer la grogne dans les Caraïbes.

Saluons l’exploit de cette petite société, qui a bénéficié d’une belle commande de l’UE

https://www.bvoltaire.fr/les-antilles-vont-pouvoir-disposer-de-vaccins-sans-arn-messager/

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2738049-vaccin-valneva-anti-covid-composition-date-sortie-en-france-inactive-efficacite-quand/

Souhaitons au vaccin Valneva un beau succès aux plans médical et commercial. Ce sont aussi les petites pépites qui font la renommée de la France, qui a bien besoin de redorer son blason, tant nos élus l’ont terni depuis des années.

Jacques Guillemain