1

Le voile, c’est comme l’iceberg : on voit la partie visible, mais pas la partie cachée !

Le voile, c’est comme l’iceberg : on voit la partie visible mais pas la partie cachée

L’Islam ressemble de plus en plus à un iceberg. Il en est la partie émergée, celle qui est visible au-dessus de la surface. Mais la partie immergée sous les eaux glacées et troubles s’étend bien au-delà du périmètre visible et présente d’énormes dangers. Cette partie est l’islamisme intransigeant qui se veut à la fois religion, état et société. Mais c’est aussi l’islam dans toute sa logique, dans toute sa rigueur. Le secret bien gardé vient donc de la partie cachée de l’iceberg, dont 90 % du volume se trouve sous la surface de l’eau.

Pendant que les politiciens, médias, artistes de tous genres, sportifs et associations favorables à l’Islam se déchirent sur le problème du voile et maintenant du burkini, l’Islam en profite pour avancer tranquillement et sûrement ses pions sur l’échiquier de la charia, sans être inquiété. L’Islam a le temps, il a tout le temps, il a toute l’éternité. Mais un jour la charia sera en place et il sera trop tard ! Le musulman a en lui la certitude d’avoir raison, de posséder la vérité. Chaque petite concession ou accommodement raisonnable d’un élu est un pas en avant vers la charia et vers un statut de « dhimmitude ».

Le voile et le burkini ne sont en fait que la partie émergée de l’iceberg politico-religieux islamique qui plonge ses racines à la fois dans l’expansion de l’intégrisme musulman à travers le monde, et dans nos sociétés occidentales totalement désarmées face à la question religieuse et à une immigration musulmane non maîtrisée. Derrière le voile intégral et le burkini, le vrai danger, c’est la partie immergée de l’iceberg.

Le voile et le burkini génèrent d’innombrables discussions et agitations sur les plateaux des télévisions, dans les journaux et sur Internet. Ils sont même à l’origine d’altercations et débats houleux dans les assemblées nationales depuis des décennies. Mais ils sont aussi l’arbre qui cache la forêt en permettant aux politiques de ne parler que des effets et de ne jamais aborder les causes… il faudrait parler d’Islam, du Coran, de la sîra et des hadiths… mais chut le sujet est trop tabou en France. D’ailleurs personne n’ose citer ces documents de peur des représailles que cette belle religion pourrait mettre en œuvre. Les citoyens pourraient découvrir que le mal est bien au cœur du Coran. Nos politiciens, journalistes et autres islamophiles préfèrent généralement ne pas savoir et faire comme les trois singes « ne pas voir, ne pas entendre, ne rien dire ». Le discours dominant est rassurant et voudrait que l’islamisme et le terrorisme ne touchent qu’une infime minorité des musulmans et que les autres vivent leur religion de façon paisible en bons citoyens. Nos politiques tentent de nous faire croire que sans l’Islam la France ne serait pas ce qu’elle est et qu’il est détestable, haïssable, nauséabond, raciste, homophobe, xénophobe, islamophobe, antirépublicain… que des Français « populistes » puissent critiquer les « valeurs universelles » de cette belle religion d’amour, de paix, de justice, d’indulgence, de miséricorde, de bonheur, de bonté, de pardon, de tolérance… Même dans ce contexte, il est à douter que les valeurs de l’islam soient de portée universaliste comme l’humanisme, la non-violence, la liberté de penser, le respect de la vie et l’amour de l’autre, respect de celui qui est différent, l’égalité entre les hommes et les femmes, le respect de l’enfant…. Qu’a réellement apporté l’islam à la France en termes de droits de l’homme et surtout de la femme, de liberté de conscience et d’expression, de philosophie, de progrès humains et sociaux, qu’a apporté l’islam à la médecine, à l’industrie, aux arts, à la science et à la connaissance ?

Il est grand temps d’ouvrir les yeux. Nos politiciens et journalistes sont souvent très mal informés sur les fondements religieux de la haine islamique de l’Occident et de ses valeurs libérales. Les autorités gouvernementales et les médias occidentaux sont terrifiés à l’idée de s’attaquer à ce problème, car ils ne veulent pas enfreindre les règles du politiquement correct. Il est vraiment temps qu’ils se réveillent et apprennent sur l’Islam tout ce qu’il faut afin de ne plus être dupé et aveuglé par l’idée d’une religion d’amour, de paix et de tolérance. La principale faiblesse des Occidentaux réside dans leur vieillissement démographique et dans leur ramollissement mental, leur passivité, leur crainte de se défendre, un syndrome qui avait frappé les Romains à partir du IIe siècle. Leur civilisation s’est ensuite effondrée. L’islam s’est souvent imposé par la force et ne cède en général qu’à la force. C’est un fait : historiquement l’islam s’est souvent étendu par la contrainte et la violence. D’ailleurs, l’islam ne divise-t-il pas le monde en deux : la demeure de l’islam (dar al-Islam) et celle de la guerre (dar al-harb) ?

Le Titanic européen, qui renie l’existence même de l’iceberg islamique, risque fort de sombrer dans les eaux noires de l’histoire. La survie de notre civilisation pourrait fort bien dépendre du réveil des peuples du monde occidental mais « il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre (Albert Einstein) ».

Johan Zweitakter

L'iceberg de l'Islam