Le voile et le climat : deux combats totalitaires de l’UE

Publié le 11 mars 2019 - par - 3 commentaires - 460 vues
Share

Pendant que l’écologiste australien, Michael Shellenberger, admet dans le Point que les éoliennes et le solaire sont bien plus nocifs pour la planète que le nucléaire et que l’UE prône le voile musulman, alors qu’il est synonyme de soumission et d’infériorisation de la femme dont le corps est ainsi désignée comme impur, il faut bien observer cette concomitance car cela exprime bien la conjonction entre millénarismes post-communistes et néo-islamiques visant à défaire nos acquis civilisationnels en vue d’une table rase à la fois romantique et totalitaire.

Ainsi, concernant le voile par exemple, son port n’a bien sûr rien à voir avec un « choix » qui est un concept contraire aux principes de l’islam tant il est un des acquis civilisationnels européens de liberté, d’égalité et de fraternité, et que s’agissant du climat, les mensonges éhontés deviennent la règle, avec une conjonction des lobbies entre pétroliers et « éolienistes et solaristes » dont les émoluments sont payés au centuple par les citoyens.

La question maintenant est de se demander pourquoi la majorité des Français et des Occidentaux se font ainsi avoir. Sans doute parce que des intérêts puissants sont en jeu, qu’il s’agisse des conglomérats étatico-pétroliers et mafieux et des réseaux père et mère fouettards (parent 1 et parent 2) culpabilisant à coup d’idéologies pseudo-scientifiques et religieuses, se servant  des problèmes techniques réels comme la prolifération du plastique et des effets négatifs de l’agriculture intensive comme carburant. Or les gouvernants auraient pu s’en occuper depuis des années.

Au lieu de cela, et du fait que la croissance en particulier européenne est en berne, les gouvernements mercantiles et/ou aux abois (France/Allemagne) se ruent sur le marché des énergies faussement renouvelables, comme l’indique Michael Shellenberger (plus haut) et, surtout, excessivement chères, le tout avec l’aval de toute la gentry en mal de cause et soucieuse d’étendre leur surface médiatique à défaut de banquise qui se porte bien, merci.

Il est alors pour le coup paradoxal que les mêmes, s’affligeant de voir lesdits grands groupes optimiser ainsi leurs profits, fassent « en même temps » mille et une courbettes pour les pousser encore plus à investir dans ces gouffres financiers présents et à venir.

Et non seulement ces démagogues mettent en péril les finances publiques de plus en plus mal en point, mais ils en rajoutent en refusant de réorganiser le système de protection sociale pour le rendre moins lourd financièrement, ce qui serait possible s’il y avait la liberté de choisir son assurance, de donner une réelle autonomie de gestion à toutes les structures, enseignement et formation compris, tout en faisant en sorte bien sûr que les plus démunis puissent être mieux protégés comme il va être tenté en Italie.

Comment en effet faire en sorte de ne pas grever les finances des PME et les ETI afin qu’elles puissent créer plus d’emplois, en particulier haut de gamme, tout en préservant une protection de qualité, voilà la quadrature du cercle qu’il s’agit impérativement de penser en priorité, au lieu de dépenser des milliards et des milliards dans une « transition écologique » biaisée qui confond tout, pollution, gaspillages, déchets d’un côté, et modélisation sur cinquante à cent ans, incitant à détruire l’industrie automobile en imposant le tout électrique comme l’avait  déclaré le PDG de Peugeot qui ne semble pas être un affreux négationniste réactionnaire climato-sceptique.

Par ailleurs les mêmes démagogues, de gauche et de droite, qui n’ont jamais pris ou si peu la mesure des difficultés d’intégration de certains quartiers en rupture de ban, et ce depuis des décennies, continuent pompeusement à vouloir dire leur mot inutile tout en caressant pourtant  leurs nouveaux maîtres dans le sens du poil islamique, tout en menaçant les critiques à leur encontre, tant et si bien qu’une Yvette Roudy qui n’est pourtant ni « identitaire » ou « essentialiste » a été obligée d’écrire une tribune pour « un 8 mars universaliste » afin de les dénoncer, tout en étant pour l’interdiction de l’uniforme islamique appelé « hijab ».

On le voit, les mêmes qui sont au pouvoir depuis au fond la fin de la Seconde Guerre mondiale, en ayant remis une couche via leur progéniture fabriquée dans leur moule ensuite, sont arrivés dans une impasse à tout point de vue et pourtant, malgré le mur en vue, ils accélèrent, fouette cocher ! BHL en étant l’exemple archétypique, lui qui n’a eu de cesse d’enterrer la culture française au profit de ses marges, qu’il s’agisse d’un Bataille, d’un Derrida, voire d’un Sartre, cet Heidegger de salon qui n’a fait au fond que sauvegarder la figure du dandy romantique mussetien, tout en s’avilissant à défendre des causes ayant produit les plus grandes catastrophes humanistes de notre temps, Algérie comprise, comme on le voit sous nos yeux ces temps-ci.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Denys

Vous êtes le seul à avoir parlé de la tribune de Libé il me semble. Quand d’autres ici se gargarisent de « vrai » féminisme et de laïcité. Mais comme tous les identitaires ils ne font qu’instrumentaliser ces notions en les dévoyant pour donner libre cours à leur ressentiment contre d’autres « communautés ».

DUFAITREZ

Devant la déferlante de commentaires…. J’affirme que Géothermie et hydroliennes sont l’Avenir !

Sylvie Danas

Le voile islamique est certes le marqueur de l’asservissement des femmes dans la culture musulmane, et pour cette seule raison parfaitement inadmissible. Il est aussi, et c’est important, l’indice d’une lubricité incontrôlée et d’une tendance au viol profondément ancrée dans la culture bédouine du 7e siècle, qui malheureusement perdure jusqu’à nos jours en raison de la pérennité de la peste verte. Il en va de même de l’alcool, interdit parce que le bédouin (mais pas que lui dans cette culture) est complètement inaccessible au concept de modération. Il n’est que de voir comment se terminent les orgies clandestines alcooliques qui… lire la suite