1

Le voile nous dit « non » ? Disons « non » au voile !

Que ceux qui nous gouvernent au plus haut niveau – et notamment le chef de L’État – puissent ne pas se sentir concernés par la présence du voile islamique sur notre sol, montre non seulement leur lâcheté vis-à-vis d’une communauté dont ils redoutent les violences s’ils venaient, d’aventure, à la contrarier, mais encore leur ignorance de ce qu’est l’islam.

L’islam est une religion qui n’en accepte aucune autre, parce qu’aucune autre religion n’est acceptée par Allah. La musulmane qui accepte de porter le voile manifeste ostensiblement son allégeance à Allah. Cette allégeance s’étend spirituellement aux cinq piliers de l’islam, et intellectuellement à l’ensemble du Coran.

Plus encore, le Coran est la structure politique et sociale de la musulmane comme du musulman. Or, cette structure est contraire aux lois de la République.

Le voile est donc un langage qui dit « non » à ce que nous sommes, et qui le dit sans aucune ambiguïté, vu que nous ne faisons rien pour lui barrer la route.

Voilà pourquoi les musulmanes voilées sont en France comme elles seraient en terre musulmane, l’éducation qu’elles donnent à leurs enfants demeurant fidèle aux fondamentaux de l’islam, à commencer par l’antisémitisme, l’inégalité des sexes ou encore la « guerre sainte ».

Et avec ça, nous pensons bâtir le « vivre-ensemble » ?

Mais ce n’est pas d’aujourd’hui que date cette situation ubuesque : c’est depuis que nous avons décidé de plaire aux musulmans pour ne pas déplaire aux droits de l’homme, oubliant, au passage, que les droits de l’homme sont lettre morte pour tout musulman qui se respecte !

Maurice Vidal