Le vote français du 22 avril, espoir pour les peuples du monde

Publié le 2 mai 2012 - par - 378 vues
Share

Pres de 20% des Français ont pris conscience que l’idéologie et la propagande multiculturelle conduisent à un régime de terreur et de violence. Violence de la délinquance quotidienne, terreur économique et financière.

Le racisme des partis du système UMP et PS est bien réel. Il est à la fois pervers et vicieux. Pervers, parce qu’il se présente comme un antiracisme et une idéologie de l’indifférence des ethnies, des cultures et des races. Vicieux parce qu’à travers la doctrine officielle, c’est la négation des peuples d’Europe et du peuples de France, voué à la disparition physique, à la destruction morale, au bannissement économique ainsi qu’au harcèlement judiciaire, et cela au nom du bien.

Alors oui, le vote de 20% des Français est une chance pour la paix dans le monde.

C’est une chance parce que ce message visible par tous les peuples du monde est le signal de fin de partie d’un modèle centré sur l’homogénéisation du monde et la destruction des différences des peuples et des territoires.

20% des Français ont perçu que les mots sont déformés : le droit à la différence sur un même territoire est de fait une obligation d’accepter l’uniformisation du monde ; l’accueil de l’autre est un diktat pour l’effacement de soi et la négation de sa propre identité en tant qu’européen d’Europe, en tant que français de France ; l’aide aux plus faibles est utilisée pour financer les déserteurs qui quittent leur propre patrie, abandonnant leurs familles et leurs obligations envers la terre de leurs ancêtres. Ce ne sont pas les plus faibles qui partent, mais les plus aptes.

Alors quoi, n’est il pas possible de proposer un autre modèle pour l’harmonie du monde, un modèle dans lequel chacun participe au développement de son territoire sans chercher ni subir la guerre ouverte du mondialisme.

L’espoir pour le monde, c’est quand la France propose un autre modèle que celui imposé par les puissances anglo-saxonnes. L’équilibre du monde, c’est la mise en place de territoires respectés par tous les peuples et appartenant chacun à un peuple identifié. L’entraide internationale n’est pas la destruction des nations. La migration est un crime contre l’humanité qui se déguise en force du bien : les droits de l’homme s’opposent violemment aux droits des peuples à disposer d’eux-mêmes.

La responsabilité des personnes est à analyser au regard du bien être collectif. La multiplication des violences transforment par leur répétition, la délinquance en régime de terreur.

La France a défini les droits de l’homme et du citoyen. Les mondialistes ont réduit cet idéal en droit de l’homme. Il est du devoir de la France de rappeler qu’il s’agit bien des droits du citoyen en remettant les peuples au centre de ces droits.

Le rôle de la France ce n’est pas de se soumettre au mondialisme, c’est d’inventer un nouveau modèle humaniste respectueux de tous les peuples et de leurs histoires. Le rôle des partis politiques n’est pas de se soumettre à une super-classe mondiale, mais de définir un modèle de société respectueux de tous les peuples.

Peuples du monde, unissez-vous pour vivre en paix sur vos territoires respectifs : exiger la fin du mondialisme et la coopération des peuples fiers de développer leur propre nation.

Bertrand Roussel

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.