Le vrai problème de la France : il y a trop d’hommes roses et plus assez de vrais mecs

Publié le 8 février 2014 - par - 2 879 vues
Share

Le vrai problème de la France n’est pas qu’à l’école on essaie de faire des incultes et des détraqués ( »théorie du genre », etc.), ni que le gouvernement essaie de faire disparaître le français; ce n’est pas que certaines opinions sont maintenant interdites, dans un pays qui est une dictature depuis longtemps, puisqu’à peu près tout est interdit; ce n’est pas non plus que le gouvernement écrase la population sous les taxes et les impôts; ce n’est pas même qu’il remplace les Français par des étrangers, parfois en prétextant que le taux de natalité des Françaises est simplement trop bas (tout en poussant les Françaises à tuer leurs bébés, pour un oui ou pour un non); ce n’est pas la criminalité (pardon,  »l’insécurité »), ni la vulgarité omniprésente (car tout est bon pour tirer les Français vers le bas); ni la falsification de l’Histoire ou la laideur des villes (grâce entre autres aux graffitis – qui ne sont pas laissés là par hasard) et donc de la vie quotidienne.  Non, le vrai problème est que les hommes – grâce à l’école et à la propagande véhiculées par le cinéma, la télévision et les lois elles-mêmes – ont été transformés en mollassons efféminés.

C’est d’ailleurs ce qu’il fallait faire en premier. La clique mondialiste ne serait allée nulle part si elle n’avait pas commencé par efféminer les hommes. Car des hommes non efféminés, voyez-vous, ça fait des révolutions ou des coups d’État, ça coupe la tête aux ministres, et ça annule toutes les lois qui mettent le pays en danger. Des hommes efféminés, ça ne se contente pas de se plaindre, ni d’attendre les prochaines élections – qui existent justement pour que rien ne change.

La France n’a aucune chance si des hommes virils ne reprennent pas le pouvoir. Les féministes aiment bien les hommes  »roses », mais ce n’est pas eux qui vont les protéger. Un homme  »rose », ça change peut-être des couches, mais ca ne protège pas un pays contre les Barbares. Ni contre tous ceux qui pactisent avec eux. Rome est tombée exactement pour la même raison. Les premiers pas vers la disparition d’une civilisation, c’est toujours l’efféminement des moeurs, ou plus exactement la disparition de son côté viril, aussi essentiel à sa survie que l’est son côté féminin. Car soyez certain qu’il y aura toujours un peuple moins efféminé pour profiter de l’efféminement d’un autre.

La France est devenue une femmelette, et c ‘est ce qui va la tuer.

Katherine Patis

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.