Le wokisme est un cancer qui ronge la France

MBappé qui n’a marqué que 4 buts en finale de la Coupe du monde (perdue par la France face à l’Argentine, dans des conditions que je trouve douteuses, notamment du fait d’un arbitrage pas très orthodoxe) est victime depuis d’une campagne d’insultes et de dénigrement sur les réseaux sociaux.

Comme d’habitude, les auteurs de ces messages racistes et haineux se cachent courageusement derrière des pseudonymes.

L’an dernier, à l’Euro, il y avait déjà eu des tweets racistes contre MBappé après l’échec de son penalty contre la suisse. Plainte des « anti-racistes » avait été déposée.

L’auteur d’un de ces tweets avait été identifié, traduit en justice et vient d’être condamné en septembre 2022.

Voilà ce qu’il écrivait :

« Kylian M’Bappé, ce sale nègre mérite de se prendre une centaine de coups de fouet et de se faire revendre en Libye ce négro ne mérite pas la République Française direction le Cameroun ou les champs de coton »

Petit problème, l’énergumène s’appelle Karim de son prénom.

Daniel Riolo, journaliste sportif notamment sur RMC, avait dénoncé la chose et osé dire à l’antenne le prénom du fautif. Qualifiant au passage l’individu de « raciste ».

Que n’avait-il fait là ?

Il s’était pris en retour une rafale par tout ce que la France compte d’anti-racistes et de bien-pensants.

Simplement parce que dire le prénom de l’auteur, c’est raciste… s’il s’appelle Karim.

Cette année, à l’occasion du mondial au Qatar, ça a recommencé.

Avalanche de tweets plus orduriers et racistes les uns que les autres contre MBappé principalement, mais pas seulement lui.

Plainte fut également déposée.

La police a identifié neufs auteurs de ces messages haineux et racistes.

Mais… ô surprise, leurs auteurs sont tous des Français.

Ouf… se disent les anti-racistes et bien-pensants.

Ben, non, en fait c’est une mauvaise pioche pour eux car les auteurs, s’ils sont bien « français », sont tous d’origine étrangère (congolais, algérien, rwandais ou encore somalien).

Et là, ça la fout mal.

Comment accuser l’extrême-droite ?

Comment dénoncer avec cet exemple le fascisme qui submerge la France ?

Nos anti-racistes de tout poil, ayant plus d’un tour dans leur sac, ont trouvé la parade.

Ils dénoncent les tweets odieux mis sur les réseaux sociaux, laissant entendre qu’ils émanent de l’extrême-droite, mais cachent consciencieusement le nom ou plutôt le prénom des auteurs.

Et si quelqu’un s’aventure comme Daniel Riolo a donner les prénoms des auteurs, c’est qu’il est un… raciste.

Pour les « anti-racistes », c’est… face je gagne, pile tu perds !

Elle est pas belle la vie comme ça ?

En fait, la morale de cette histoire est toute simple. Et chacun devrait bien s’en imprégner.

Pour les wokistes, dont font partie les « anti-racistes », le problème c’est l’existence des Blancs et de leur société patriarcale pratiquant un « racisme systémique ».

Dit en termes plus clairs, ça veut dire que seul un Blanc peut être raciste.

Tous les autres, qui ne sont pas blancs, sont automatiquement des « victimes » des Blancs.

Donc ces victimes, par définition, ne peuvent pas être racistes.

CQFD !

Le wokisme est un cancer qu’il est plus qu’urgent d’éradiquer, sinon il détruira notre société.

Bernard GERMAIN

image_pdfimage_print
13

3 Commentaires

  1. Le « wokisme » c’est la mort des générations a venir , c’est a dire celle de nos enfants et de nos petits enfants si nous laissons faire . Ils commencent sérieusement a nous emmerder avec leur idéologie wokiste . Encore une preuve de la déliquescence de la FRANCE .

  2. Je ne sais plus qui a dit que le progressisme était une paresse de l’esprit, mais j’ajouterai que le wokisme lui est « l’antimatière » de la pensée…

    A éradiquer sans état d’âme, et sans délai ! Les décideurs et les financiers du wokisme doivent mis hors d’état de nuire…

    Delenda est Carthago !

Les commentaires sont fermés.