L’écrasante majorité des musulmans veut le retour à la charia

Publié le 13 mai 2013 - par - 13 549 vues
Share

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=wzmiUjD6_LI[/youtube]

Présentation sous forme de vidéo et de de texte

Dès 2007, le Centre américain de recherche Pew Research Center s’est fixé comme objectif de réaliser des estimations bien documentées et mises à jour au sujet des principaux groupes religieux dans le monde, leur poids actuel et leur croissance à venir.

En 2012, il publia un rapport détaillé sur huit groupes religieux – si l’on peut dire – puisqu’il inclue les non-affiliés. Voici une carte du monde dont les couleurs indiquent à quelle conviction majoritaire appartiennent les habitants.

Le blanc est réservé à des pays où une claire majorité ne se dégage pas. Pour l’Afrique, il s’agit surtout de la Côte d’Ivoire et du Nigéria.

3 - Carte globale

Sous forme de camembert, voici le poids respectif de chaque groupe :

31,5% pour les chrétiens, 23,2% pour les musulmans, 16,3% non affiliés, 15% pour les hindouistes, 7,1% de Bouddhistes, 5,9% de religions coutumières locales.

4 - Camembert Global-002

Et voici comment se présente la répartition géographique de l’islam

2 - musulmans - pourcentage par région -05

Le grand retour à la charia

C’est en avril 2013 que fut publiée une autre étude d’envergure réalisée par le Pew Research Center. Elle révèle un engouement général pour le retour à la loi islamique, à la charia. Elle s’intitule Musulmans dans le monde: Religion, Politique et Société.

Cette étude, riche d’enseignements, aborde aussi d’autres questions.

Le rapport officiel arrive à la conclusion, que « les musulmans sont profondément engagés pour leur foi : ils voudraient que les enseignements de leur religion régissent non seulement leur vie privée, mais aussi la politique et la société entière. Beaucoup expriment le souhait de voir la loi islamique, la charia, reconnue comme la loi officielle de leurs pays ».

Voici la carte des pays que couvre cette étude et les regroupements géo-politiques convenus

· En Europe : 3 pays des Balkans et Russie

· Asie « Centrale » : 6 pays y compris la Turquie

· Asie du Sud : l’Afghanistan, le Pakistan et le Bengladesh

· Asie du Sud-Est : La Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie.

· 5 pays du Moyen-Orient et 2 de l’Afrique du Nord

· Et, ce qui est remarquable, 16 pays de l’Afrique sub-saharienne

1 - Pays étudiés - 01

Le pourcentage des musulmans voulant que la charia soit la loi officielle du pays varie : de 8% en Azerbaïdjan à la quasi-unanimité en Afghanistan (99%). La question qui leur fut posée est la suivante :

« Êtes-vous favorable ou opposé à l’instauration de la charia comme loi officielle du pays, ici où vous habitez ? ».

Presque partout dans le monde, de forts pourcentages sont acquis à cette idée et pas seulement là où les musulmans sont majoritaires.

2 - Ecrasante majorité pour la charia - 00-ToutesZones

En pondérant les réponses par le nombre de musulmans concernés dans chaque pays, Le OUI totalise 737 millions contre 323 millions pour le Non.  70% des musulmans interrogés sont donc favorables à l’instauration de la charia comme loi officielle de leur pays de résidence.

2 - Ecrasante majorité pour la charia

Même si le Non l’emporte dans une douzaine de pays, leur poids démographique reste négligeable. La Turquie et quelques autres pays font figure d’exception.

3 - Pays où une majorité est acquise au Non

Rappelons d’abord quelques spécificités de la loi islamique qui peuvent toujours être réactivées, en partie ou en totalité, selon le rapport de force du moment :

1. Dans le domaine familial et personnel :

  • Les hommes ont autorité sur les femmes : ils ont droit à plusieurs femmes et les femmes ont obligation de fidélité. Hors mariage, elles ne disposent pas librement de leurs corps.
  • Les hommes ont un droit unilatéral à la répudiation
  • Héritage : 1/3 pour une femme, 2/3 pour son frère
  • Un musulman peut épouser une non-musulmane. Leurs enfants sont considérés d’office comme musulmans. Un musulman peut obliger sa femme à se convertir. Une musulmane n’a pas le droit d’épouser un non-musulman
  • La famille a le droit de circoncire ses garçons et, dans certaines aires géographiques, de pratiquer l’excision des filles.

2. Châtiments corporels. La charia ne prévoit pas de peines d’emprisonnement :

  • Les apostats sont décapités,
  • Les voleurs ont la main coupée,
  • Les relations sexuelles hors mariage sont punies de flagellation si ce n’est de lapidation pour certaines écoles juridiques
  • Coup de fouets pour les femmes qui portent des tenues dites indécentes (cette définition change en fonction des pays et de l’humeur des autorités religieuses)
  • Insécurité juridique permanente : nulle part, la charia n’est codifiée.

Que recouvre ce retour à la charia et que veulent ceux qui le choisissent ?

Là où une majorité est acquise pour la loi islamique, cela signifie, non seulement le maintien ou l’instauration de tribunaux religieux dédiés aux affaires familiales et patrimoniales, mais aussi de sévères châtiments corporels y compris l’exécution des apostats. Même dans les Balkans et en Russie, une part non négligeable de musulmans est acquise à ces idées.

1 - Que veulent les supporters de la charia

Cet engouement général montre que les extrémistes parmi les musulmans ne sont pas quantité négligeable.

Qu’est-ce qui se prépare en Afrique ?

Ce qui est frappant dans cette étude et que les médias n’ont pas relevé, c’est bien l’attitude des musulmans en Afrique sub-saharienne. Que les musulmans soient complètement acquis aux rigueurs de l’islam en Asie du Sud, en Asie du Sud-Est, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, cela ne nous étonne qu’à moitié, mais de là à imaginer que les minorités musulmanes en Afrique sub-saharienne veulent instituer la charia comme loi du pays, il y a de quoi s’inquiéter.

Pour l’Afrique sub-saharienne, c’est entre 2008 et 2009 que le Pew Research Center avait déjà collecté l’essentiel des données publiées dans l’étude intitulée « Tolérance et tensions : l’islam et le christianisme en Afrique subsaharienne ».

Voici une carte qui relate l’importance des communautés musulmanes et chrétiennes en Afrique.

0 - Musulmans et chrétiens en Afrique

L’écrasante majorité des musulmans interrogés est favorable à l’instauration de la charia comme loi du pays :

2 - Musulmans favorables à charia comme loi du pays-02

Il n’y a que trois pays où cette majorité n’est pas atteinte : le Tchad, la Guinée-Bissao et la Tanzanie

Même si l’enquête fut réalisée avant la déconfiture du Mali, une part non négligeable des répondants considérait que les conflits inter-religieux sont un problème important de leur pays.

3 - Conflit inter-religieux comme problème importantLes musulmans d’Afrique subsaharienne croient majoritairement que le califat sera rétabli de leur vivant :

4 - Le Califat sera rétabli de mon vivant

Et les chrétiens croient majoritairement que le Christ réapparaîtra de leur vivant :

5 - Le Christ réapparaîtra de mon vivant

C’est à se demander si Armageddon, le lieu symbolique du combat final entre le Bien et le Mal ne se situera pas en Afrique.

 Pascal Hilout

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.