1

Lecteur de RL, il faut mener le combat sur les sites adverses

Lecteur de Riposte Laïque, tu es lucide sur les dangers de la religion islam. Tu connais les dangers de ce totalitarisme. Et tu lis RL, comme tu as lu le coran et des biographies de Mahomet pour y puiser des arguments afin de convaincre les ingénus qui te vantent une religion soi-disant d’amour, de tolérance et de paix. Cette escroquerie ne pourra tenir dès que la liberté d’expression sera de retour en Europe. Nos arguments démonteront ce mythe de la RATP.

Tu ne perds pas une occasion qui se présente pour exposer à ton entourage tes arguments contre l’islam, mais aussi en dénoncer ses conséquences désastreuses pour la France, c’est-à-dire une immigration majoritairement musulmane et l’insécurité croissante afférente pour les populations de notre territoire. C’est très bien. Mais ton dynamisme positif ne touche pas assez encore de monde.

Un moyen de convaincre bien plus de monde est d’atteindre le public des médias mainstream, avec leur potentiel de dizaines voire de centaines de milliers de lecteurs, et de millions d’auditeurs. Lecteur, amoureux des valeurs de ton pays et soucieux de les défendre, c’est ton devoir de communiquer à autrui ce que tu sais et de contrecarrer la propagande massive mensongère des politiciens et des journalistes umps, en partant à l’assaut des médias mainstream.

L’urgence est là. Le compte-à-rebours a commencé. Ces élections de 2017 vont être essentielles pour l’avenir de la France. Il nous reste 5 mois pour persuader. Peu importe, pour le moment pour qui tu as l’intention de voter, FN, DLF ou le nouveau Fillon (mais souvenons-nous du précédent de l’enfumage Sarkozy en 2007). Des  contributeurs de RL sont d’ailleurs partagés à ce sujet.

De toute façon, on verra vite au fur et à mesure de la campagne électorale, qui est qui, et ce qui comptera c’est de voter pour celui qui aura l’audace, par son évocation, de critiquer des notions de l’islam qui contredisent les valeurs de la France. Ce qui comptera, c’est de voter pour celui qui refusera toute nouvelle immigration, pour celui qui lancera une politique d’incitation aux naissances, pour celui qui prendra les mesures permettant de faire baisser très nettement la délinquance. Ce qui comptera, ce sera de voter pour celui qui s’engagera à assurer la transmission de la culture française auprès des jeunes générations, pour enrayer l’entreprise de déculturation mortifère déjà bien engagée. Ce qui comptera, ce sera donc de voter pour celui qui prendra les problèmes à bras le corps.

Aussi, lecteur de RL, ton devoir est de contribuer à la réinformation des citoyens en propageant toutes ces idées au maximum de Français. Inscris-toi dans des forums de discussion sur internet, et chaque jour, prend ¼ d’heure pour diffuser tes idées, pour informer des dangers de l’islam et d’une immigration qui ne pourra conduire à plus ou moins long terme, si elle n’est pas interrompue, qu’à la mise en minorité de la culture française en France. C’est maintenant qu’il faut agir.

Ton champ de bataille peut être des forums de discussion sur des grands sites d’opérateurs ou de fournisseurs de services sur internet comme Orange, Yahoo, Free …, sur des sites de programmes de télévision (http://www.programme-television.org/) (http://www.programme-tv.net/programme/programme-tnt.html), sur des forums d’émissions de tv comme ceux de France Télévision (http://forums.france2.fr/) …

Et bien sûr, tous les sites de la presse écrite. Seul problème, la plupart sont devenus payants, aussi bien pour l’accès à la lecture que pour la rédaction de réactions à ces articles. Par contre celles-ci sont lisibles par n’importe quelle personne accédant au site. Car si l’article n’est lisible qu’en partie (les premiers paragraphes) toutes les réactions de lecteurs apparaissent, ce qui est un magnifique terrain de transmission de nos thèses. Un abonnement d’une quinzaine d’euros est un sacrifice qui en vaut la peine, en regard des enjeux considérables pour nos générations futures.

Inutile d’aller sur le Figaro ou Valeurs Actuelles dont les lecteurs sont quasi tous convaincus du danger que nous évoquons. Plus intéressant est d’aller sur les terres des socialo-gauchos bénats (les benêts béats), le Monde, l’Obs, Libération ou des libéraux déraisonnables du Point et de l’Express ; ou de décomplexer les lecteurs laïques de Marianne qui n’osent pas aller au bout de leur logique.

Le lecteur me rétorquera que c’est peine perdue, le boulot étant immense et la plupart des lecteurs de ces feuilles de chou étant incorrigibles. En raisonnant ainsi, autant baisser les bras, car à l’échelle de la société française, le boulot paraît encore plus relever de l’impossible, les mainstream et l’inertie de trop de compatriotes s’opposant à nos thèses de façon écrasante.

Pourtant le mouvement de bascule est possible. Les travaux en psychologie sociale de Moscovici, Lage et d’autres ont mis en évidence ce qu’ils appellent l’influence sociale minoritaire (1). Ils montrent qu’un groupe restreint proposant une pensée minoritaire peut finir par parvenir à convaincre certains membres appartenant à un groupe beaucoup plus nombreux dont la pensée majoritaire est opposée à la pensée minoritaire que cette dernière est plus pertinente. Plus largement, une pensée nettement minoritaire dans une société peut finir par convaincre et devenir majoritaire.

Pour cela, la persuasion s’obtient par la persistance et la consistance de certains individus face aux groupes conformistes. Que nos militants persistent par la consistance de leurs arguments et certains indifférents ou certains de nos adversaires abandonneront leur conformisme bisounours, ou tout au moins connaîtront le doute, ce qui en ferait déjà des abstentionnistes, moindre mal que celui de mal voter.

C’est ce qui est arrivé par le passé. Au début des années 60, la pensée baba-cool  ne concerne que très peu de Français. A partir des années 90 elle s’impose très majoritairement dans la société, ayant irrigué successivement différentes catégories d’âge, catégories professionnelles et sociales. Ce que les soixante-huitards ont opéré, nous pouvons le faire, et de minoritaires, devenir majoritaires.

Cette consistance de nos arguments ne reposera que sur la qualité de ceux-ci. Pour cela, beaucoup sont fournis par notre journal RL. Il faudra par contre éviter la véhémence, ce que ne sait pas toujours éviter RL. Il s’agit de convaincre celui qui ne pense pas comme nous, et pour cela, lui rentrer dedans n’est pas la meilleure méthode. Il faut simplement le brutaliser en lui montrant les conséquences calamiteuses des politiques actuelles et que son comportement moutonnier va nous conduire à un désastre.

De plus l’écueil éventuel est la censure opérée par les modérateurs. Votre serviteur en sait quelque chose. Ayant choisi de sévir sur leMonde.fr, il voit environ 1/5 de ses réactions ne pas apparaître sur ce site. Peu importe, la persévérance permet que les 4/5 apparaissent sur cette nouvelle Pravda. Le résultat, c’est qu’au bout de 2 ans de ce travail, les réactions de lecteurs allant dans notre sens sont de plus en plus nombreuses. Eh oui, même sur le Monde.

Ne négligeons pas pour les plus patients, prêts à patienter à un standard, la possibilité d’intervenir à une émission de radio, qui laisse parfois la parole aux auditeurs. Là, il faudra ruser auprès de la personne vous prenant en charge au standard ; il s’agira de ne pas l’affoler par nos thèses et des arguments de diversion bien plats seront nécessaires pour avoir une chance de passer à l’antenne.

Plus traditionnel et à la portée plus réduite, écrire à son député n’est pas négligeable, à la condition, pour qu’il commence à remettre en cause son opinion, d’être une vingtaine à lui avoir communiqué un message de même teneur, ce qui est beaucoup plus incertain. Mais rien n’est à négliger, alors pourquoi pas.

Allez, au boulot. Et si vous voyez d’autres endroits intéressants où argumenter, dites-le nous.

Jean Pavée

 

(1) Parmi les expériences les plus intéressantes, celle-ci :

Cette expérience de Moscovici, Lage et Naffrechoux en 1969, s’inspirant de l’étude sur le conformisme d’Asch, mettait en scène 6 participants qui devaient émettre un jugement sur la couleur et l’intensité lumineuse de six diapositives bleues. La condition expérimentale était constituée de quatre sujets naïfs et de deux complices des expérimentateurs. Chaque participant donnait sa réponse l’un après l’autre et à voix haute. Les complices répondaient en position 1 et 2 et donnaient à chaque fois une réponse erronée : vert à la place de bleu. Les participants se ralliaient à la réponse erronée émise par les complices dans 8,25 % des cas contre 0,25 % dans les groupes contrôles. Les groupes contrôles étaient composés de six sujets  naïfs  qui indiquaient leurs réponses par écrit.

On voit donc que même dans le cas d’une réponse totalement absurde, des gens se font influencer par une minorité.