Légalité électorale ne signifie pas toujours légitimité


Comme disait un chanteur anarcho-insouciant-antisocial, dont je préfère taire le nom mais que quelques-uns reconnaîtront sans doute, « ils ont voté et puis après ». C’était il y a 42 ans et rien n’a changé, tout s’est au contraire aggravé. Ce slogan daté est même devenu une antienne pour la Macronie.
Nous avons voté ! Nous voilà bien !

Certes, il se pourrait, en la circonstance, que la parole du peuple ait trouvé un porte-voix fort et efficace avec l’entrée puissante du RN au parlement. Ce fait est non seulement inédit, édifiant et exceptionnel, mais sincèrement il semblait, il y a peu encore, totalement improbable dans cette ampleur avec le système électoral en vigueur. Cela est le seul signe d’espérance qui nous soit proposé.
Mais pour l’instant tout est pareil.

Les prix montent sans arrêt, le taux de l’inflation inquiète, et surtout l’anarchie et l’insécurité continuent de régner dans nos villes, nos quartiers, nos rues et parfois nos immeubles. La police, institution essentielle à la société, garante de la paix et de l’intégrité de chacun, est chaque jour mise à mal par les bandes de racailles qui prospèrent en toute quiétude, soutenues et défendues par toute l’aile islamo-gauchiste de l’Hémicycle, sous le regard passif sinon complaisant du pouvoir. Est-il nécessaire de rappeler la mascarade de la réaction de Darmanin après les évènements scandaleux du stade de France qui, dans n’importe quel autre pays, auraient entraîné la destitution du ministre de l’Intérieur dont les mensonges répétés ont sidéré la planète entière.
L’immigration, loin d’avoir été endiguée, prospère sur la vague du laxisme encourageant de toutes les institutions nationales et européennes. À ce rythme, dans 10 ans ILS seront plus nombreux que nous chez nous !

Dormez, braves gens, vous avez voté, merci.
Enfin quand je dis « vous avez voté », il serait mieux de dire certains d’entre vous ont voté… En fait, très peu et pour tout dire moins de 1 citoyen sur 2. C’est peu, c’est même très peu. Dans une assemblée de copropriétaires, le quorum serait insuffisant. Mais en démocratie, apparemment ça peut le faire… Peut-être ne s’agit-il que d’une pseudo-démocratie. En réalité, je crois plutôt que sous l’apparat d’une démocratie, nous vivons simplement sous la poigne d’une « tyrannie douce » telle que définie par Michel Onfray et maintenue d’une main de fer par l’oligarchie qui utilise la médiasphère comme une arme redoutable.
Toujours est-il que tout continue comme si de rien n’était. La preuve ?

48 heures après la proclamation des résultats, le poudré de l’Élysée est venu nous dire, comme les autres fois, qu’il nous avait entendus et qu’il allait tenir compte de ce que nous avions exprimé. Sauf que dans le même tempo, il a ajouté que le 24 avril 2022 nous lui avions donné blanc-seing pour un programme clair et que sa LÉGITIMITÉ était entière à l’appliquer, pour notre bien, et que les oppositions auraient du bon sens à collaborer librement et sans contrainte à sa réalisation.
Mais pardon, Monsieur ex-Jupiter, je pense que vous confondez légalité et légitimité. Certes, les lois de la République, que par ailleurs vous avez souvent tendance à tordre en tous sens au gré de vos besoins, vous donnent légalement le droit d’occuper le poste que vous occupé. Nul ne peut le contester.
En revanche en ce qui concerne la légitimité, et surtout la légitimité à agir sur certains sujets fondamentaux (notamment la sécurité, les flux migratoires, l’identité, mais aussi les retraites) sans l’avis du peuple voire contre celui-ci, cette légitimité n’est pas la vôtre ; elle n’existe pas.

Je crois, sans que cela ne soit une menace que je n’ai pas personnellement la capacité de vous adresser, je crois, dis-je, que vous devriez réfléchir à deux fois avant de la proclamer.
C’est pourtant ce que vous avez fait mardi soir dans votre allocution au cours de laquelle vous avez une fois de plus menti à la Nation en assurant que vous aviez compris le message des Français alors qu’en réalité vous êtes en train de lui préparer un mauvais coup au travers de vos petites manigances et approches subtiles pour constituer une force cohérente et suffisante avec quelques renégats patentés pour faire ce que bon vous semble.

Juste quelques chiffres, pour finir mon propos et vous faire toucher du doigt (ce qu’en réalité vous savez mais ignorez maladroitement à mon sens) l’absence de légitimité réelle de vos projets d’action.
Il y a en France 67 millions de citoyens dont seulement 49 millions (pour mille raisons) sont inscrits sur les listes électorales. Votre élection est donc le résultat mathématique de seulement 28 % des Français, soit moins de 1 sur 3. Cette proportion ne saurait en aucune manière vous donner mandat sur plein de sujets fondamentaux comme ceux touchant à l’UE, la modification du régime des retraites pour ne citer que ces deux exemples.

Alors, si comme vous le martelez sans cesse, sans jamais en donner la preuve, vous êtes le garant de la démocratie, vous devez donner la voix au peuple. Pour ma part, mais je suis loin d’être le seul à le penser ; il y a des moyens pour le faire rapidement, facilement et de manière efficace :

Établissons la proportionnelle pour toutes les élections législatives ;
Recourons systématiquement au référendum pour les sujets qui sont déterminants pour la Nation ;
Comptons les bulletins blancs ;
Rendons le vote obligatoire.
Pour ma part, je doute que vous ferez cela et dès lors j’ai beaucoup d’inquiétude pour l’avenir immédiat de notre pays.

Jean-Jacques FIFRE

 

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Le vote obligatoire est à mon avis un non-sens qui n’entraînerait pas de meilleurs résultats. Il faut restaurer la confiance des gens dans l’appareil politique en amont en appliquant la proportionnelle, et, bien sûr, en relevant le niveau intellectuel de la société. Cela passe par une véritable instruction et par la fin de la propagande.
    Ce n’est effectivement pas joué !…

    • Je suis bien d accord avec vous Isa. L instruction générale, l instruction civique et ensuite des référendum très ciblés concernant des sujets très sensibles voire clivants mais qui au moins nous sortiraient de cette ornière dans laquelle la République s enfonce faute de courage et d autorité.

  2. Bien sûr que légalité ne vaut pas légitimité !!! Bien d accord avec vous. Quand on a bien compris ça on porte un regard très différent de celui des lâches concernant l intervention Russe en Ukraine. C’est tout simple à dire. Quand j explique cela à quelques cafards qui pleurent sur l histrion Zelensky, c’est drôle mais la conversation ne dure pas longtemps.

  3. Dommage, je ne retrouve plus le lien d’un article ou d’un entrefilet (peut-être dans RR ou RL) mais il paraît qu’il y avait un collectif de 35 000 plaignants avec de sérieuses preuves qui ont porté l’affaire des fraudes électorales contre l’élection de macron mais le dossier a été refusé par je ne sais plus quelle instance, d’une manière parfaitement, paraît-il, illégale car il semble que toute contestation de ce type aurait dû faire l’objet d’une sérieuse enquête.
    Quelqu’un en aurait-il eu connaissance ?

1 Rétrolien / Ping

  1. Légalité électorale ne signifie pas toujours légitimité | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.