Legault s’attaque à la laïcité québécoise

Publié le 22 octobre 2018 - par - 4 commentaires - 781 vues
Share

Le nouveau Premier ministre québécois du parti centre droit Coalition Avenir Québec, François Legault, veut toucher à une frange entière de la société québécoise : la laïcité. En effet, dans la société multiculturelle canadienne et surtout québécoise, la laïcité est intouchable depuis près de 50 ans. Cette laïcité est intéressante et diffère de celle qu’on a en France car elle autorise tous les signes religieux ostentatoires. Ainsi, un catholique peut porter sa croix autour au-dessus de son manteau, au même titre que la femme qui met le voile.

Cette liberté est la « liberté de religion » inscrite dans la Charte canadienne des droits et des libertés. Or, le Québec reste culturellement influencé par l’Église. Impensable en France, il existe une croix de plusieurs dizaines de mètres de haut illuminée en permanence sur le point culminant de la ville. De même, il existe aussi un grand crucifix au-dessus du siège du président de l’Assemblée nationale. Ce crucifix, selon Legault, « on le garde, c’est un objet patrimonial important ». M. Legault ne fait que « interdire le port de signes religieux pour les employés de l’État en position d’autorité ». Il souhaite interdire le port de signes religieux chez les juges, les enseignants, les gardiens de prison et les policiers.

Depuis la Révolution Tranquille, la religion est taboue et la liberté de religion fondamentale. La Révolution Tranquille est une période d’une dizaine d’années commençant à peu près en 1960 avec l’élection du Premier ministre libéral Jean Lesage. Celle-ci intervient après une période traditionnelle injustement appelé la « Grande Noirceur ». L’Église est alors surpuissante et rivalise avec l’État car elle prend en charge l’école, la santé et est influente dans toutes les sphères et strates de la société.

En effet, depuis la redécouverte du Québec par Jacques Cartier et sa christianisation par les arrivants français, le Québec est resté historiquement catholique. Cela, même après l’arrivée des Anglais qui ont décidé de laisser l’Église s’occuper des Canadiens français.

La Révolution Tranquille est caractérisée par la déchristianisation de la société dans le sens où le Québec entame un fort virage laïque et libéral.
Création du ministère des Affaires culturelles en 1961, nationalisation d’Hydro-Québec en 1962, création des Cégeps – équivalent de la première et terminale – en 1964, création des écoles publiques en 1966, loi sur l’avortement en 1968…

Le Québec ne fait alors que continuer d’appliquer la laïcité canadienne dans une province historiquement catholique devenue laïque sous l’impulsion libérale. Cette décision va faire bouger les foules car pour y parvenir, il invoquerait une clause pour contourner la Charte canadienne.

Daniel Jacques

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
celine

Excellent article sur la petite histoire du Quebec.

Lorong

Riposte LaÏque a officiellement admis ce qui était devenu évident pour toute personne douée d’un tant soit peu de capacité cognitive: RL ne défend plus la laîcité.

peplum

Laquelle ?
(je cite seulement : Cette laïcité est intéressante et diffère de celle qu’on a en France)