Légion d’honneur remise secrètement au Président égyptien Al-Sissi par Macron

Publié le 31 décembre 2020 - par - 9 commentaires - 554 vues

Selon le code de la Légion d’honneur « les étrangers peuvent être décorés de la Légion d’honneur s’ils ont rendu des services (culturels, économiques…) à la France ou encouragé des causes qu’elle défend (défense des droits de l’Homme, liberté de la presse, causes humanitaires…) ».

Le choix de certaines personnalités étrangères sélectionnées pour l’attribution de la Légion d’honneur fait de plus en plus souvent l’objet de polémiques… et pour éviter les controverses, les cérémonies se font souvent à huis clos, sans tambour ni trompette… Cette façon d’agir est très singulière, car « la Légion d’honneur fait partie du patrimoine national. Institution contemporaine, populaire, vivante, elle incarne des valeurs fortes liées à l’histoire de France. Les décorés œuvrent au développement de la France, à son rayonnement, à sa défense » [1]. Alors pourquoi certaines décorations sont-elles remises sous le manteau ?

Ce n’est pas nouveau, en 2016, François Hollande avait élevé en catimini le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud à la dignité de Grand-croix de la Légion d’honneur pour son action dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. Cette visite n’avait fait l’objet d’aucune communication de l’Élysée et c’est par un communiqué publié le 4 mars 2016 par l’agence saoudienne SPA que les Français ont appris que le chef de l’État français avait remis la Légion d’honneur au prince héritier lors de sa venue à Paris. Si l’Élysée n’a pas voulu médiatiser cette cérémonie, c’est sans doute parce que l’Arabie saoudite est réputée être l’un des pays qui respecte le moins les droits de l’Homme, où les droits de la femme sont quasiment inexistants, où le nombre d’exécutions par décapitation chaque année fait sensation. Il est à noter que depuis le prince a été impliqué dans le scandale financier des « Panama Papers ».
Pourquoi M. Hollande a-t-il pris le risque de remettre cette décoration controversée ? Pour le comprendre, il suffit de se rappeler qu’en juin 2015 les deux pays signaient des contrats d’une valeur de 10,8 milliards d’euros. Puis en 2015 Manuel Valls a annoncé la signature d’autres accords commerciaux pour 10 milliards d’euros… le service rendu à la France était donc économique !

« Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion. » (Voltaire)

Emmanuel Macron lui non plus ne sait plus où donner de la médaille. Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a reçu un accueil de prestige durant sa visite d’État en France du 6 au 8 décembre 2020 (son cortège a été escorté par 141 chevaux de la Garde républicaine). Il est arrivé dans l’après-midi à l’aéroport d’Orly ; il a été reçu dans la soirée par le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian pour un entretien suivi d’un dîner au Quai d’Orsay. La visite d’État s’est ouverte sur une cérémonie officielle d’accueil lundi aux Invalides, suivie de l’entretien avec le Président Macron à l’Élysée et d’un point presse. Abdel Fattah al-Sissi a rencontré ensuite le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand et la maire de Paris Anne Hidalgo avant un dîner à l’Élysée. Mardi, il s’est rendu à l’Arc de Triomphe pour un dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu avant une rencontre avec le Premier ministre Jean Castex et le président du Sénat Gérard Larcher. Il a également rencontré M. Éric Trappier PDG de Dassault Aviation, M. Angel Gurria Secrétaire général de l’OCDE, M. Pierre Éric Pommellet PDG du « Groupe Naval », M. Bruno Le Maire ministre français de l’Économie et des Finances, M. Guillaume Faury PDG du groupe « Airbus » [2]
Dans le cadre de cette visite officielle, le Président égyptien devait se rendre, mardi 8 décembre, à la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) pour poser la première pierre de la Maison d’Égypte, mais cette cérémonie a été annulée en raison d’un risque de manifestation hostile au Président égyptien.

 

Cette visite est aussi sujet à polémiques et pour éviter tout dérapage l’Élysée a décidé de restreindre la communication autour de l’événement (officiellement pour cause de covid-19). C’est ainsi que les cérémonies aux Invalides et à l’Arc de Triomphe, l’arrivée à l’Élysée pour le dîner d’État ou la rencontre avec la maire de Paris Anne Hidalgo, n’étaient pas ouvertes aux télévisions françaises et agences internationales… sauf égyptienne.

Pour couronner le tout, le lundi 7 décembre, M. Emmanuel Macron a élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur le Président al-Sissi en seule présence des médias égyptiens. Comme en 2016 cette décoration a été remise dans le plus grand secret. En effet elle ne figurait pas à l’agenda officiel du président Macron, tout comme le dîner offert à l’issue en l’honneur du Président Sissi. Pourquoi tant de discrétion ? Le mercredi 8 décembre, la chaîne TMC, dans l’émission « Quotidien » a révélé les images de cette remise de décoration qu’elle a dû aller chercher sur le site de la Présidence égyptienne… c’est un comble. Pourquoi tant de secret ? Le Président a-t-il honte de cette remise de distinction ? Considère-t-il que cette décoration n’est pas méritée ? Ou a-t-il peur des réactions des opposants et des défenseurs des droits de l’Homme ? En effet plusieurs ONG dénoncent les nombreuses entraves de l’Égypte aux droits de l’homme et la répression à l’égard des opposants politiques. Selon ces organisations, l’Égypte compterait près de 60 000 détenus d’opinion

Si la remise de la Légion d’honneur à un chef d’État étranger n’a rien de scandaleux pourquoi la presse française n’a-t-elle pas été conviée et que seule la presse égyptienne était présente ? Cette façon de procéder ressemble aussi à celle que Jacques Chirac avait mise en œuvre en juin 2001 lorsqu’il a reçu Bachar Al Assad. Là aussi la cérémonie de décoration n’était pas annoncée à l’agenda du Président et les grands quotidiens nationaux ont été tenus à l’écart. Finalement la décoration a été remise au Président syrien par Jacques Chirac, à la dérobée, dans un couloir de l’Élysée. Pour le Président il s’agissait de marquer son « encouragement » et son « soutien » aux « efforts de réforme en cours en Syrie ». Depuis la Présidence syrienne a annoncé que la décoration de la Légion d’honneur avait été rendue après la participation de la France aux frappes contre la Syrie en 2018.
En 2006, Jacques Chirac remet également les insignes de grand-croix à Vladimir Poutine, dans le plus grand secret. La presse française n’est toujours pas conviée, mais les cameramans du Président russe étaient présents. Les seules images disponibles étaient celles des Russes qui ont fini par arriver en France en déclenchant des réactions outrées. Quelques semaines plus tard, Jacques Chirac se justifie en mettant en avant les bonnes relations économiques entre les deux pays… le service rendu à la France était donc économique !

« L’argent n’a pas d’odeur d’où qu’il vienne. » (Juvénal)

Si la visite d’État est très codifiée ce n’est pas le cas pour la remise de la Légion d’honneur qui selon l’article R 131 du code de la Légion d’honneur est laissée à l’appréciation du grand maître, le président de la République. Ainsi la rumeur qui prétend que chaque chef d’État en visite la reçoit n’est pas fondée, car ni Raoul Castro (Président cubain — 2016), Mouammar Kadhafi (Président libyen — 2007), Jacob Zuma (Président sud-africain — 2011), Xi Jinping (Président chinois — 2014), Narendra Modi (Premier ministre indien — 2015), Béji Caïd Essebsi (Président tunisien — 2015) et certainement d’autres n’ont été décorés. C’est donc bien le président de la République, selon son bon vouloir qui choisit les récipiendaires. Dans l’absolu, il est donc possible de ne pas procéder à une telle décoration, bien que cela aille à l’encontre des pratiques diplomatiques habituelles. Les invités ne sont pas tenus de l’accepter. Refuser d’appliquer la « réciprocité diplomatique » est particulièrement rare, y compris vis-à-vis de dirigeants dont les politiques sont contestées, surtout lorsque le président de la République française a lui-même déjà été décoré. C’est le cas pour Emmanuel Macron qui a reçu en 2020 du Collier de l’ordre du Nil [3] (pas de photos disponibles… ça se comprend…).

La France est désormais le troisième exportateur mondial d’armes. Le gros des ventes se fait au Moyen-Orient. La France a en effet des clients fidèles dans la région : Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Qatar et Égypte. Paris a ainsi fourni au Caire 35 % de ses équipements militaires entre 2015 et 2019 avec la livraison de frégates multimissions, de Rafale et de missiles. Il faut bien comprendre que derrière la décision de M. Macron de recevoir Al-Sissi en visite d’État, se cache surtout un objectif commercial. Il pourrait s’agir de plusieurs milliards d’euros. L’épineux dossier des droits de l’homme a été relégué au second plan et sera peut-être discuté en coulisse. C’est un comble pour quelqu’un n’hésite pas à se positionner en défenseur invétéré de la démocratie, de la liberté d’expression et de la bonne gouvernance. Mais le commerce c’est le commerce. L’enjeu économique vaut-il donc plus que le respect de ses propres valeurs ? Cette visite d’Al-Sissi confirme une fois de plus qu’en politique seuls comptent les intérêts.

« L’argent n’a pas d’honneur… »

La fédération international pour les droits humains (FIDH) souligne dans un rapport que par ses ventes d’armes la France participe à la répression menée dans ce pays.

« Lorsque l’argent devient le substitut des valeurs morales, il ne nous reste plus qu’à prier ». (Nacira Boukli-Hacene)

La démocratie, pour M. Macron, est à géométrie variable ! Il a déclaré lundi, sans détour, qu’il ne conditionnerait pas la future vente d’armes françaises à l’Égypte aux droits de l’homme car il ne voulait pas affaiblir la capacité du Caire à lutter contre le terrorisme dans la région : « Il est plus efficace d’avoir une politique de dialogue exigeant plutôt qu’une politique de boycott qui viendrait à réduire l’efficacité d’un de nos partenaires dans la lutte contre le terrorisme et pour la stabilité régionale ».

Cette remise de décoration fait l’objet d’une polémique à l’étranger, surtout en Italie. L’écrivain et journaliste italien Corrado Augias a indiqué qu’il ne souhaite pas partager cet honneur avec un chef d’État qui s’est fait complice de criminels. Dans les prochains jours, l’ambassade de France à Rome va pouvoir collectionner les médailles car d’autres décorés italiens ont annoncé leur intention de suivre l’exemple de l’intellectuel.

« En France, le deuil des convictions se porte en rouge et à la boutonnière ». (Jules Renard)

Johan Zweitakter

Nota : Légion d’honneur Grand Croix Ordonnance en Vermeil : 1475 euros. Plaque de Grand Croix de la Légion d’Honneur en Vermeil : 1500 euros.


[1] www.legiondhonneur.fr
[2] https://www.youtube.com/watch?v=89eFtOCRr-Q
[3] Crée par la loi n ° 12 de 1972 article n°4. Cet Ordre est attribué aux chefs d’État, aux princes héritier et aux vice-présidents, ainsi que ceux qui présentent des grands services à la patrie ou à l’humanité.

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Irina

Je vous signale que depuis le départ du Roi Farouk, le Président Al Sissi a été le seul chef d’état égyptien à considérer les coptes comme des citoyens égyptiens à part entière, et à les protéger en tant que tels, tant sur le sol égyptien qu’à l’étranger.

Ca mérite mille Légions d’Honneur, quelles que soient les critiques qu’on puisse lui faire par ailleurs.

POLYEUCTE

Pour ce que vaut la Légion d’Honneur maintenant ?
Les Patriotes la méritent Tous ! Pour la rehausser….

Paskal

Al-Sissi est un dictateur d’accord mais valait il mieux que les “barbus” prennent le pouvoir ?

a.hourquetted'arre

He bien voilà, une chose après l’autre , nous allons y voir de plus en plus clair. Merci de cet article Johan Zweitakter.

patphil

un journalistes du siècle dernier précisait à propos de la légion d’honneur qu’il fallait mieux ne pas la mériter (pour ne pas la recevoir)

Aux Armes Citoyens

Sans compter que la cotisation de la Légion d’Honneur qui est obligatoire, doit certainement être payée par nous, le peuple méprisé.
Ces ordures ne doivent pas verser un seul centime à notre pays.
Voilà une médaille qui devrait être supprimée puisqu’elle est déviée des principes premiers.

Aux Armes Citoyens

Oui, et bien, maquereau el arabia enfonce encore un peu plus notre Mère-Patrie dans la trahison et la vente des FDS à ces saloperies.

F. Cortes de Conquilla

Au Cercle Légitimiste de France, on s’ honore de ne point arborer d’ hochet républicain et on s’ évertue à être en mesure de n’ en porter jamais.

Irina

Ah oui ? Vous avez sauvé la vie de combien de chrétiens, dans votre Cercle ?

Vous devriez en parler avec le Père Henri Boulad, tiens…

Lire Aussi