Législatives dans la Sarthe : j’aimerais appeler les Français à plus de courage

Riposte Laïque : Vous êtes le candidat Reconquête dans la 4e circonscription de la Sarthe. Est-ce votre premier engagement politique, et quelle profession exercez-vous ?
Sébastien Buard : Il s’agit en effet de mon premier engagement en  politique, et il date d’avril 2021 ! C’est à ce moment que j’ai entendu la rumeur d’une possible candidature d’Éric Zemmour. Cela m’est apparu comme une évidence, et je suis alors entré en contact avec les pionniers du mouvement de soutien à cette candidature. Depuis mon engagement est plein et entier : en septembre, j’ai été nommé pour assurer la coordination du département de la Sarthe. À présent me voici candidat à la députation.
Je suis professeur de français dans un collège situé en réseau d’éducation prioritaire. J’exerce ce métier depuis 2006, et ai obtenu mon concours en 2009. Ayant grandi dans un quartier populaire du Mans (Allonnes), je sais ce que je dois à l’école de la République, et j’essaie à mon niveau de rendre ce même service aux élèves des quartiers.
Riposte Laïque : Nous interrogions il y a quelques jours un autre de vos collègues, professeur d’histoire dans un lycée privé, et lui-même candidat Reconquête dans le Gard, qui nous disait que ses collègues, dans le privé étaient très respectueux de son engagement. Constatez-vous la même chose dans le public, où vous exercez ?
Sébastien Buard : La plupart des collègues avec qui j’avais de bons rapports précédemment respectent mon engagement. Hélas, cette ouverture d’esprit et ce sens de la démocratie et du débat d’idées n’est pas l’apanage de tous : plusieurs collègues ont cessé de m’adresser la parole, l’une d’elle s’est permis de me dire, en public, qu’elle ne parlait pas aux « fachos ».
Riposte Laïque : Et au niveau de votre hiérarchie, et de vos élèves, comment cela se passe-t-il ?
Sébastien Buard : Ma hiérarchie n’a montré aucun signe d’hostilité, et a su garder le sens du professionnalisme. J’ai même pu obtenir certains conseils juridiques auprès de mon chef d’établissement. Mes élèves ont été un peu interpelés lorsque de ma première médiatisation. Nous avons eu un échange, je leur ai rappelé mon devoir de neutralité notamment : je ne supporte pas le prosélytisme dans les classes, et pourtant c’est monnaie courante de l’autre côté de l’échiquier politique. Mes élèves me connaissent, et donc il leur a été impossible de me prêter quelque pensée discriminante que ce soit. Mes engagements n’ont rien changé à ma posture d’enseignant, l’école est un sanctuaire, et doit le rester.
Riposte Laïque : Comment avez-vous vécu la campagne présidentielle, ses grands moments, et le décevant résultat, par rapport aux espoirs suscités ?
Sébastien Buard : Il y a eu d’abord ce formidable engouement militant ! J’ai été le témoin de toutes les périodes de cette campagne, ayant rejoint comme je le disais le mouvement dans ses premières heures. Nous étions tous plein d’énergie et d’espoir. Et puis il y a eu les sondages très favorables en septembre-octobre, et nous avions réellement le sentiment d’écrire une page, héroïque, de l’Histoire de notre pays. Tout était possible, et on y croyait. beaucoup d’entre nous y ont cru jusqu’au dernier moment. Alors le soir des résultats, la déception a été forte, notamment chez nos jeunes militants de Génération Z, qui avait tant donné à la cause, et dont c’était le premier engagement, et le premier échec. Depuis nous avons pris le recul nécessaire à l’analyse de cette défaite, et nous avons surtout pris conscience que nous avions tout de même réalisé un exploit, et imprimé dans l’espace politique notre tendance. Maintenant, l’heure est aux législatives, nous continuons de semer, nous savons que nous défendons le peuple de France, et qu’un jour nous l’emporterons.
Riposte Laïque : Quelles sont les caractéristiques de votre circonscription, quels ont été les résultats aux présidentielles, et qui affrontez-vous ?
Sébastien Buard : La 4e circonscription de la Sarthe est mixte : on y trouve le quartier dans lequel j’ai grandi, un quartier populaire mené par les communistes depuis longtemps. Mais la circonscription, comme le département d’ailleurs, est surtout riche de sa ruralité. C’est également la terre des fillionistes avec la commune de Sablé. Aux présidentielles, au premier tour notamment, le total des scores de la droite (LR, RN et Reconquête! réunis) est bien au-dessus des scores du centre ou de la gauche, dans chaque circonscription ! Dix candidats se présentent dans cette circonscription, et donc toutes les tendances politiques, et leurs dissidences… On a, à titre d’exemple, un candidat PS en face d’un candidat NUPES. Les électeurs se perdent un peu dans cette pléthore de candidatures. Pourtant, le choix est simple : l’extrême gauche de Mélenchon, la gauche du RN, tous les candidats compatibles à la Macronie, et la droite avec nous !
Riposte Laïque : Votre campagne se déroule-t-elle bien, comment la menez-vous, et quels souvenirs en garderez-vous ?
Sébastien Buard : C’est ma première campagne et je découvre à quel point c’est un engagement de tous les jours ! Heureusement, Reconquête! est un parti militant, et j’ai une équipe solide pour m’accompagner dans cette aventure. Je pense que je garderai surtout le souvenir de ces dizaines de Sarthois avec qui j’ai échangé, et de leur profond désespoir quant à l’avenir de notre pays. Cela m’oblige d’autant plus, j’essaie de leur faire comprendre que nous avons, nous seuls, le courage politique de faire naître un nouvel espoir, pour nos anciens comme pour les générations futures. Dans tous les cas, quels que soient les résultats, je ne les abandonnerai pas, ni eux ni mes propres enfants.
Riposte Laïque : Quelle est la proposition qui, selon vous, vous distingue le plus de vos adversaires ?
Sébastien Buard : Ce qui me distingue avant tout, avant même les mesures, c’est que je suis le seul à assumer ma position politique. Je suis également le seul à pouvoir dire tout haut ce que tout le monde ou presque pense tout bas, par peur des représailles professionnelles ou médiatiques. Les gens ont besoin d’un porte-voix qui ait ce courage et cette détermination. Ensuite, j’ai réellement à cœur de sauver notre école de sa lente et imparable démolition, et c’est un sujet que je connais particulièrement bien.
Riposte Laïque : Comment l’enseignant que vous êtes a-t-il réagi à la nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’Éducation nationale ?
Sébastien Buard : J’avoue être très inquiet par la nomination de notre nouveau ministre de l’Éducation Nationale, car cela n’annonce pas, loin s’en faut, que l’école reprend la direction des fondamentaux, de la laïcité, et de la cohésion dans la diversité. C’est hélas la promesse de tout le contraire. Je m’oppose fermement à l’idée qu’on aide les enfants issus de l’immigration à s’assimiler en leur parlant en permanence de leur différences, de racisme ou d’antiracisme (ce qui est intrinsèquement la même chose), et en leur présentant une Histoire de France toujours à charge, qui ne les invite clairement pas à adhérer au destin collectif auquel pourtant ils sont appelés à se joindre.
Riposte Laïque : Les événements du Stade de France, et l’attitude du gouvernement, vous ont-ils surpris ?
Sébastien Buard : Je ne suis pas surpris. Les voyous de cité, les voyous de l’immigration clandestine, les voyous soi-disant mineurs isolés ont montré une fois de plus à quel point ils ne respectaient aucune règle ni aucune des valeurs de leur pays d’accueil. Quant à l’attitude du gouvernement, elle est dans le sillage de ce qui est toujours fait à ce niveau de communication : on refuse de dire ce qui est évident, et on s’attaque toujours à de faux ennemis en espérant acheter une forme de paix sociale. Et pourtant, cela prépare le pire, car on imagine que les Français auront un jour une réaction dans cette confrontation…
Vraiment, ce qui est le plus surprenant, c’est la patience sans limite des Français. Ils savent que le ministre leur ment, ils savent pertinemment qui est responsable de ces assauts sauvages. Rien ne bouge, mais jusqu’à quand ?
Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Sébastien ?
Sébastien Buard : Nous avons le courage de nos idées chez Reconquête! et nous avons montré que nous étions prêts à porter la voix des sans-voix dans les médias et les institutions. Je pense que beaucoup de Français savent qu’Éric Zemmour ne dit que la vérité sur les sujets de société, mais que beaucoup, pour diverses raisons, n’ont pas osé voter pour lui. J’aimerais appeler les Français à plus de courage, car les temps à venir seront durs, et nous sommes les seuls à bâtir notre projet sur le réel et à mettre l’avenir de notre pays au-dessus de toute autre considération. Je les appelle à choisir un député qui parle vrai, et à ne pas se laisser une énième fois bercer par les promesses flatteuses des politiciens…
Propos recueillis par Pierre Cassen
image_pdfimage_print

6 Commentaires

  1. Les électeurs choisiront, mais pourquoi prétendre que vous êtes les seuls à être réalistes dans cette campagne ? Je songe par exemple à Caroline Parmentier, journaliste à « Présent » jusqu’à ce qu’il cesse de paraître faute de financement, qui se présente sous l’étiquette du Rassemblement national.
    Vous êtes de droite, quoique professeur républicain, qui devez donc votre emploi, historiquement, à la gauche. Je crois que cela justifie un peu plus de considération pour les patriotes du RN…

    • Les patriotes du RN sont respectables, du moins ceux d’entre eux (majoritaires) qui souhaitent l’union des droites, tout comme la majorité des électeurs de droite d’ailleurs, et ne roulent pas pour leur petite boutique avant de rouler pour la France.
      Les autres, ceux qui refusent l’union (union dans le respect des différences, pas la fausse union consistant à se fondre dans le RN de l’islam « compatible avec la République »), au mépris de ce que pensent la majorité des électeurs de droite, ne méritent aucune considération, parce que la division qu’ils alimentent dessert la France.

      • à Jacques B. Alors, pourquoi les « droitiers qui roulent pour la France avant de le faire pour leurs boutiques » n’ont pas répondu favorablement à « Z » ?… Tout simplement qu’ avant tout il roulent pour leurs carrières respectives et non pour la France…

    • « Vous devez Historiquement Votre emploi à la Gauche » Bonjour le Mépris de Classe Non ce Candidat doit son métier(Et Non Emploi) à ses compétences de terrain et Non aux Bourgeois de la République Maconnique.

  2. On l aura dans le..baba une fois de plus..les macron melanchon sont notre malediction. Gauthier Marseille

1 Rétrolien / Ping

  1. Législatives dans la Sarthe : j’aimerais appeler les Français à plus de courage | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.