L'émotion ne doit pas nous faire perdre la raison

Deux policiers
« Les grandes émotions collectives suspendent la Raison et la rendent odieuse. D’où leur utilité« . Voilà ce que disait, il y a une semaine, l’écrivain suisse Slobodan Despot.
Dix jours après les sanglantes attaques qui ont fait 130 morts, la France s’est transformée en un déversoir à émotions. On fait de la thérapie de groupe par le truchement de marches blanches et de veillées avec des bougies allumées, on parle même de décorer un chien mort. Sur l’islam, on ne sait quelle position adopter: entre la surenchère comique, et le padamalgam.
Là, un vendeur de kébabs se fait tirer dessus ; à un autre coin de rue des jeunes bobos prennent des « selfies » avec des femmes voilées et crient « musulmans, je vous aime !« . Un Français blond est interpellé dans une gare car son comportement (et sa barbe) a semblé suspect à des passagers ; un lycée est évacué suite à une fausse alerte. On parle de « Patriot Act » et les Français plébiscitent les mesures liberticides. Bref, on se croirait dans un asile de fous.
La Raison est bel est bien suspendue. Malheur à celui qui réfléchira au lieu de pleurer. Demandez une enquête sur la sécurité du Bataclan ; osez dire (sans bien sûr se réjouir des attentats) que le Bataclan était réputé comme le lieu de rencontre de bobos votant massivement à gauche ; dites que décerner la Légion d’Honneur à un animal est le reflet d’une société de spectacle ; déclarez qu’il n’y a jamais eu autant d’attentats que depuis l’arrivée au pouvoir de Hollande ; demandez si ces attaques auront un impact sur les échéances électorales qui approchent ; affirmez que l’islamisme (du moins dans ses débuts) a été armé par les USA ; ou osez simplement remettre en cause le sacrifice des libertés publiques et individuelles au nom d’une prétendue sécurisation, et qu’au lieu de promulguer l’état d’urgence (qui est une opération de com) l’État devrait armer les Français.
Dites tout cela et vous passerez assurément pour la lie de l’humanité. Vous serez le pire être (après Hitler… et encore) à avoir foulé le sol de la planète. Internautes, amis, anonymes, tous vous conchieront comme si vous aviez vous-même tiré sur ces spectateurs du Bataclan. Même le milieu nationaliste (qui est pourtant le plus rationnel sur l’échiquier politique) a cédé à ce sentimentalisme. « Ferme ta gueule et pleure !« , nous dit-on. Point de recul, point de réflexion, et encore moins d’action !
La légitime douleur que nous avons tous ressenti à la mort de 130 innocents doit-elle pour autant se muer en un mièvre spectacle de pleurs ? Ce n’est pas la tristesse en elle-même qui choque, mais plutôt l’autosatisfaction à se complaire dans sa tristesse et à refuser tout discours basé sur une argumentation logique et rationnelle.
Il y a des hommes de sentiment et des hommes d’action. Les deux sont autant respectables. Nous préférons réfléchir posément et dire les choses telles qu’elles sont, même si celles-ci sont choquantes.
Nicolas Kirkitadze

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. Désolé mais beaucoup d’animaux valent bien mieux que certains hommes particulièrement dans l’espèce canine et je pense que ce chien mérite bien plus sa médaille qu’un depardieu, un noah ou une mimi mathy.

  2. Le propre des lâches c’est de trouver des excuses à leurs pires ennemis pour se donner une bonne raison et un prétexte pour ne pas les combattre, et une majorité de français est comme ça. Et là on ne leur demande même pas de se battre mais simplement de se déplacer les jours d’élections et de mettre le bon bulletin dans l’urne, ce bulletin qui pourrait au moins peut être améliorer un peu les choses et permettre aux moutons promis à l’abattoir que nous sommes d’avoir une chance de nous défendre, mais même ça, même mettre un petit bout de papier anonyme, les français si lâches ont peur de le faire. Et après ils iront allumer leurs petite bougie avec leur petite pancarte « je suis charlie », « je suis Paris ».

  3. @NK
    « décerner la Légion d’Honneur à un animal » est seulement le reflet de la conscience d’une injustice. Vous êtes transparent, vous avez écrit tout un article pour pouvoir avoir le dernier mot sur cette histoire dont vous n’avez pas pu avaler l’amer rejet qu’on vous en a infligé, en noyant le poisson.
    Ce que vous ignorez, c’est que ceux qui font effectivement de cette société un monde spectacle se foutent pas mal des animaux. Chez eux, il est même de bon ton de montrer qu’on s’en fiche. Chez eux, on se montre avec de la fourrure à la capuche parce que c’est tendance. La sensibilité au sort des animaux n’est pas bonne à montrer en spectacle.
    Vous vous souvenez sûrement d’Aymeric Caron, insupportable par son impolitesse à l’égard de ses invités dans ONPC ; n’empêche que son mentor absolu, le maître à penser de la société spectacle, Laurent Ruquier lui-même n’a jamais cessé de se moquer de son végétarisme pendant toutes les années où ils ont collaboré.
    Il ne faut pas confondre la dictature de l’émotion, qu’il faut certes dénoncer, mais vous ne serrez pas le premier, et la légitime compassion à l’égard des victimes d’injustice, des sacrifiés qu’on a envoyées à la mort sans qu’elles sachent rien du sort qui les attendaient. Et pour rien.
    Cette mention n’a rien à faire dans votre liste ; la légion d’honneur ou pas pour cette chienne n’apporte rien au débat concernant les questions qu’il faut se poser pour restaurer le règne de la raison. S’il y a une question utile à se poser en la matière, c’est celle de revoir les protocoles du RAID pour en trouver des efficaces et appropriés parmi ceux qui font appel aux chiens.
    Votre mépris des animaux est une psychose. Elle trouve forcément son origine dans votre enfance. Je vous conseillerais volontiers d’en adopter pour découvrir le bonheur de l’amour par compassion, mais j’aurai peur de faire le malheur d’un animal qui serait sûrement mal traité.

  4. Durant des décennies, les peuples occidentaux ont été transformés en peuples de gonzesses. On leur a fait oublier la dure loi de la nature qui élimine les plus faibles par les plus forts. Aujourd’hui, les peuples efféminés que nous sommes sont appelés à disparaître. Cette dure loi de la nature ne favorise que la survie des humains guerriers, barbares, cruels et virils. Tout le contraire de nos sociétés occidentales.

  5. Bonjour à tous
    Il ne m’avait jamais été possible de publier le petit essai que j’avais rédigé, il y a 15 ans, pour combattre la violence religieuse dans ses sources sacralisées par les trois plus grands monothéismes. Ce petit essai vient enfin d’être publié, en trois parties, sur Agoravox. La première partie commence ici :
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/desacraliser-la-violence-174422
    On a un accès direct à l’ensemble à cette adresse :
    http://www.agoravox.fr/auteur/pierre-re

  6. Ils seraient plus facile de désarmer l’ennemi en France plutôt que d’armer les citoyens. Cette idée en plus d’être idiote, n’est pas stratégique.

    • Il faudrait les deux, mon Général. Je ne sais pas si vous en êtes conscient, mais le Monde à changer. Avant que l’ennemi en France ne soit désarmé (pas sûr que cela soit pour demain), la France étant devenue un pays vulnérable, habituée à la paix civile sur son territoire, il faudra bien faire le choix de se défendre non pas avec des roses ou à mains nues mais bien à armes égales.

  7. Aux larmes citoyens….! la sensiblerie est salutaire, le recueillement est constructif ……
    Curieusement la culture judéo-chrétienne n’a plus droit de cité, mais tendre l’autre joue, sa marque de fabrique, ce fourre tout est ce qui convient de faire dans notre Pays désarmé…..Pas complètement stupide notre Guignol de l’Elysée, la stratégie est bien rodée, C’est à qui de cazeneuve, Valls, Hollande ou Taubira versera le plus de larmes… bien sûr qu’elles évacuent un peu notre peine et notre chagrin, mais ce torrent de douleur emporte avec lui plus surement les fautes et les manquements de ceux dont le devoir était justement d’empêcher ces horribles drames…. Et nous laisse en s’asséchant l’illusion d’une possible paix retrouvée…..

Les commentaires sont fermés.