L’emploi à vie de trop fonctionnaires, un cancer français

Publié le 7 septembre 2021 - par - 29 commentaires - 1 104 vues
Traduire la page en :

Il y a les complotistes et les autres.
Les autres, c’est l’opinion générale que certains nomment aussi pensée unique ou doxa collective et majoritaire.
Pourquoi pensée unique ???
Parce que ceux qui sont de cette doxa ne comprennent pas les pensées qui ne correspondent pas à la leur : ils ont la pensée unique, ils sont obtus, et forcément, tout ce qui sort de leur cadre de pensée leur échappe.
C’est dire comment ils sont durement limités pour l’imagination.

En règle générale, et surtout en économie, il est de notoriété que l’unicité au sens de rareté fait la richesse : une pensée unique pour mille acheteurs selon cette loi ferait flamber les prix, une pensée autre ou multiple pour aucun acheteur n’a aucune valeur sur le marché de la pensée.
Bien entendu, ceux de la doxa n’en sont pas arrivés là par hasard. Normalement, on n’épouse pas l’opinion générale unique quand on a fait des humanités scolaires si cette opinion a pour effet de vous envoyer ou d’envoyer un pays dans un mur, pour la France un mur des dettes ou un mur d’assassins d’importation par exemple.

Franchement, il faut être d’une pensée sacrément unique pour écarter toutes les autres options et accepter de voir son pays envahi d’égorgeurs, de violeurs, de tueurs et de musulmans dont l’objet coranique est l’appropriation par la conversion ou l’extermination.
Les doxistes sont les fruits de la presse d’opinion.
Entendons-nous bien, la presse d’opinion n’est pas la presse qui multiplie les points de vue pour amener le citoyen à la réflexion, c’est la presse générale engrossée de subventions pour « faire l’opinion », c’est-à-dire qui doit amener le citoyen-pékin de base à penser comme il faut, à la pensée unique justement puisqu’il faut que le consensus soit partagé par la majorité-masse de glands.
On me dira qu’avant 1905 et la séparation de l’Église et de l’État laïc, on parlait bien de béni oui-oui, c’est vrai, mais si la dénomination a changé et que le principe reste intangible depuis l’aube des tribus de l’Humanité, vous devrez reconnaître que le béni oui-oui ne provoquait pas l’égorgement du quidam en pleine rue, à la sortie d’écoles ou en pleine nef d’église.

Un doxiste ne remarquera même pas la régression, pour un non doxiste cela sautera aux yeux tout de suite comme le couteau du musulman à la gorge : c’est ce qui les sépare dans l’appréciation des valeurs de la vie, de la paix et de la civilisation.
Le « comme il faut » est décidé dans de très hautes sphères politico-économiques, mais cela ne signifie pas que les pensées qui y sont cuisinées pour le vulgum pecus soient toujours de très haute volée.
Du coup, pour celui qui s’est forgé l’opinion que la grande presse écrite et radio-TV lui ont mise dans le crâne à force de méthode Coué, l’impétrant qui ne pense pas « comme il faut » est un complotiste.

Arrivé à ce stade de raisonnement, examinons les forces en présence :
Il y a celui de la doxa ambiante et de l’opinion générale qui s’est fait intuber une pensée unique par la grande presse nationale et qui ne comprend pas les pensées des autres qui ne pensent pas comme lui. Non pas qu’il ne veuille pas, mais cela lui est tout simplement impossible car hors de son cadre mental, un peu comme Einstein qui ne pouvait pas comprendre Niels Bohr et la physique quantique, ou un bambin de 5 ans qui peut lire les lettres de l’alphabet, mais est incapable de comprendre les mots que l’on peut composer avec.
D’un autre côté il y a quelques citoyens qui prennent de grandes pincettes quand ils lisent leur journal ou ouvrent le poste de télévision, qui cherchent à discerner quel est le sens de ce qu’ils entendent ou lisent, et jusqu’où cela peut mener ou peut impliquer par rapport à certains précédents historiques et qui font le parallèle avec le pays d’antan.

En bref, il y a ceux qui ne cherchent pas à comprendre car on les a conditionnés pour tout accepter, et plus particulièrement la solution unique issue de la pensée unique puisque dans le pack de préparation mentale on leur appris que c’est la seule viable, et il y a ceux qui cherchent des solutions qui ne sont pas dans le manuel de la doxa, et qui estiment que tout est viable du moment que cela amène à résoudre le problème en profondeur, c’est-à-dire structurellement, pour ne plus à avoir le régler encore un jour ou l’autre à l’aide d’expédients encore plus pénibles que si cela avait été réglé en son temps.

C’est ce que le bon sens populaire qui n’est pas toujours tombé dans la doxa appelle un dialogue de sourds, sourds au sens figuré car ils entendent comme vouzetmoi, mais sans pouvoir se comprendre, surtout celui de la pensée unique qui ne comprendra jamais que ce qu’on lui a appris à comprendre, il est obtus, rappelez-vous.
La classe politique de la doxa a reçu une formation intellectuelle particulièrement pointue pour ne jamais régler un problème, et le citoyen-électeur de même pour ne jamais s’en émouvoir.
Le module de formation politicien s’intitule « tourner autour du pot », on y apprend à ne jamais affronter un problème de face pour ne jamais trouver une solution définitive.

Ben oui, c’est le B.A. BA de la compréhension de la psyché du politicien : si ce dernier ou cette dernière avaient résolu tous les problèmes du pays, le sentiment d’inutilité et la perte de prestige qui s’ensuivraient pourraient être fatals à l’ego et au psychisme de l’éconduit(e) des agoras.
En effet, un pays sans problèmes n’a plus guère besoin de politiciens, un ou deux gestionnaires suffisent amplement.
Un exemple historique du dernier siècle resté fameux suffira à illustrer mon propos : en 1946, de Gaulle s’est senti si inutile qu’il est parti faire une traversée du désert pour mieux revenir quand il a compris qu’on avait besoin de lui. Vous voyez qu’ un politicien n’est jamais si loin de la dépression que dans l’action quand celle-ci va amener à son éviction, et pour éviter d’arriver au terme d’une activité politique, il faut que le problème auquel le politicien est censé se consacrer prenne une allure d’éternité.

De là à considérer que les problèmes d’une Nation sont consubstantiels à l’existence d’une classe politique, et l’importance des emmerdes de ladite Nation corrélée à l’importance de cette dernière classe politique, j’ose l’affirmer ici.
La France est particulièrement gratinée en la matière, les problèmes jamais résolus abondent depuis plus de 50 ans, qui justifient l’importance en nombre, pas nécessairement en qualité, de la classe politique actuelle.

Citons pêle-mêle quelques soucis du pays jamais résolus : chômage de masse depuis quarante ans, déficit budgétaire et endettement croissant depuis 50 ans, désindustrialisation, insécurité croissante liée à une immigration incontrôlée si on s’appuie sur un rapport suédois largement transposable à la France, il suffit de relever les noms dans les prétoires, pas des avocats bien sûr, et les couleurs majoritaires dans les geôles, trafic de drogue, enfin un nouveau souci in progress selon l’expression « in » actuelle des publicitaires : grâce aux macronistes, la France est en train de perdre sa souveraineté alimentaire.
C’est qu’un politicien, pour durer et donner dans la gamelle « toujours plus » comme s’exclamerait de Closets, doit faire durer les problèmes.

Je vous donne un exemple du module « tourner autour du pot » propre à faire durer éternellement un problème, conséquemment à faire tomber éternellement dans la poche politicienne le denier de ce que les économistes nomment une rente de situation.
Prenons le trafic de drogues :
Pour faire durer le trafic, les politiciens français, tous partis confondus – pour une fois saluons le pacte qui les lie tous pour se gaver sur la bête/contribuable – ont imaginé un système qui n’est pas sans rappeler les Shadocks contés par Claude Piéplu pour les plus anciens, s’ils s’en souviennent, car il s’agit bien de pomper dans la rue pour s’empresser de remettre dans la rue, voici la manœuvre : les dealers arrêtés par les policiers sont aussitôt remis en liberté par les juges.

Vous noterez au passage la convergence d’intérêts qui unit la classe politique à la classe fonctionnaire.
Le juge qui remet le dealer en liberté aussitôt qu’arrêté prépare la feuille de service du lendemain du policier qui aura son petit travail du jour, et le policier en ramenant le même impétrant au juge le lendemain donnera à ce dernier le moyen d’exiger de son employeur plus de moyens compte tenu de l’inflation de procédures.

C’est l’emploi à vie des fonctionnaires, ils ont un statut pour cela d’ailleurs.
Alors que régler le problème définitivement ne demande rien d’autre que de rétablir la peine de mort avec exécution immédiate par les forces de l’ordre sitôt le dealer arrêté après l’avoir fait parler pour remonter les filières, ce qui permettrait, sources d’économies non négligeables, de s’éviter une caste de juges trop importante, et de vider les prisons.
Mais voilà, cette solution n’a jamais été inculquée à la doxa, c’est même l’inverse, c’est le plus vicieux, on a réussi à faire croire que le dealer est une richesse pour le pays qu’il suffirait de rééduquer, alors que depuis 50 ans les faits prouvent le contraire.

Non croyez-moi, le dealer n’est pas la richesse du pays, c’est même son gouffre à pognon, il est seulement la richesse des juges et des policiers qui se sont organisés pour avoir un travail à vie façon Sisyphe – ont-ils lu Camus ??? – et la richesse du politicien qui promet à chaque élection à la doxa électeur de régler le problème, alors qu’il va au contraire l’accroître pour toucher plus en espérant un second ou un énième mandat.
Ainsi vous pouvez décliner tous les problèmes du pays selon le même schéma, les musulmans par exemple, vous trouverez toujours in fine la collusion entre les intérêts des fonctionnaires et des politiques pour que tout dure et s’accentue des fois que des primes…

Tout le monde sait que les terroristes qui égorgent depuis ces dernières années sont musulmans ou s’en réclament.
Un citoyen non doxiste prendrait le taureau par les cornes, on interdit le Coran, la charia, on expulse tous les musulmans et on rase les mosquées, c’est déjà faire un grand pas vers la sécurité.
Et bien non, le manuel « tourner autour du pot » est ici aussi à l’œuvre pour garantir des emplois à vie : l’islam est une religion de paix et d’amour, c’est le credo de la propagande d’État, pas d’amalgame, et de toutes les manières ceux qui passent à l’acte sont fadas.
Emploi à vie pour les politiciens padamalgam, emploi à vie pour les policiers qui enquêtent sur les fichés S mais se gardent bien de les arrêter, il faut toujours avoir un volant de tâches sous le coude pour les jours sans quand le policer tombe sur un des rares juges qui incarcèrent les dealers, emploi à vie pour les juges qui adorent, et ont pris le pli, de libérer, prenant le contre-pied de leur engagement initial qui est de sanctionner et/ou de protéger la société.
Avec ici une autre catégorie de fonctionnaires qui y trouve son compte, les urgentistes, chirurgiens et soignants des hôpitaux publics quand survient un attentat avec des victimes en masse puisque la grande majorité de tout ce petit monde ne trouve rien à redire de l’islam.

Comme vous le voyez, notre pays est bien devenu un pays de fonctionnaires et d’emplois à vie aux tâches artificiellement créées et auto- entretenues, avec ce comble justement que plus rien de fonctionne.
Un trop de fonctionnaires tuerait-il la fonction, voire ruinerait-il tout un pays ?
Car tout ce système perpétuel de problèmes faits pour durer et jamais réglés coûte quand même un pognon de dingue.

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Lolotte de Modigliani

Excellent article ! Merci.

inspecteur Columbarium

la fonction publique ? ? ?
que des faux jobs complètement futiles comme inutiles
du parasitisme étatique à l’état pur et ou des agents territoriaux sont grassement payés
à regarder les mouches voler, à se concurrencer pour poser leurs journées RTT
et à attendre l’heure H de la sortie et le jour J des prochaines vacances …
et qui plus est un vrai panier de crabes avariés
ou c’est à celui qui en fera le moins et à qui sera le mieux payé
tout en faisant semblant de bosser pour faire croire qu’ils sont d’utilité publique ? ? ?
et le tout payés avec l’argent volé ou/et racketté aux contribuables Français
et qui Eux bossent dur, concrètement et réellement pour gagner leur vie !

Mantalo

Columbarium, columbarium…?
Vous êtes décédé ? Vous écrivez d’outre-tombe ?
Paix à vous.

inspecteur Columbarium

Exact !..
investigations, enquêtes, filatures d’outre-tombe
et traqueur et chasseur de zombies négroïdes et de Maures vivants
et à la demande d’imbéciles comme de connard
de votre genre tout comme de votre type et acabit !

Vicking

Oh combien je suis d’accord avec votre texte, tout y est. Et je déplore que beaucoup de Français ne voient pas la réalité en face.

djeffcrs

un petit éclairage pour l’auteur qui nous délivre une tonne de lignes pour pas grand chose.. Un fonctionnaire à vie c’est un fonctionnaire qui oeuvre pour la Nation protégé des politiciens qui ont une forte tendance aux pressions. Le statut de la Fonction publique protège en fait la démocratie.. Vouloir revenir sur cet aspect c’est prendre le risque d’instaurer le lèche-bottisme et l’appartenance politique à tous lés niveaux de la FP/ Déjà avec les fraternelles de la Franc-Maçonnerie le politique a des relais actifs. Un fonctionnaire n’a certes pas à entraver une politique décidée par une élection mais il doit être protégé de ces politiciens qui agissent hors des règles et des lois pour arriver à leurs fins.. (Rappel l’affaire des irlandais de Vincennes ou la paillote brûlée en Cors

lafronde

La Rome républicaine élisait ses Magistrats…chaque année ! Rome ne professionnalisera ses fonctions publiques que sous l’Empire. L’Etat féodal comptait fort peu de fonctionnaire. la Royauté centralisatrice de plus en plus, avec une fiscalité croissante. La République jacobine créa ses Commissaires, renommés Préfets par Bonaparte qui crée la Police. Guizot fit voter l’Instruction publique obligatoire, et la IIIe République déploiera ses Instituteurs. La IV République, sociale, étatisera la Sécu, domaine autogéré avant-guerre : la Mutualité française. La Ve massifiera l’Université, et créera autant d’emplois non nécessaires dans le public. l’UE forcera l’immigration humanitaire et l’assistanat qui en résulte. Le navire France coule.
Le fonctionnaire ? Un produit du pouvoir des politiciens.

Eozen FRANKIZ

Ne pas confondre fonctionnaire d’état et de santé recrutés par concours anonymes avec les fonctionnaires territoriaux des mairies, conseils départementaux et régionaux recrutés par piston!

Vicking

Pas faux

Eozen FRANKIZ

Les fonctionnaires d’état n’ont jamais eu d’emploi à vie! Ils peuvent être licenciés pour faute ou s’ils refusent un emploi a 22 000 kms. Les salariés du privé ont eux le droit au même emploi même si faute de satisfaction leur employeur est licencié à cause d’eux!

Claude

@ Eozen FRANKIZ.
Effectivement, les fonctionnaires de l’État (mais aussi les hospitaliers et les territoriaux) peuvent être révoqués s’ils ont commis une infraction susceptible d’entraîner leur révocation.
Ce que ne dit pas le rédacteur de cet article, c’est que nous connaissons tous des personnes (amis, famille) salariés ou cadres dans le privé ou dans certains services publics qui emploient des personnels non fonctionnaires, qui ont fait carrière dans la même entreprise.

L BÉRA

La France crève aussi, et surtout, de ses zélus.
Selon A Verdier Molinier, il y a plus de 600.000 élus de tous niveaux en franchouillie.
En allemagne par exemple, il y en a CENT FOIS moins! Et les allemands ont des usines, des mines, pour payer ces commensaux de la ripoucblic. Pas nous!
La hollando macronie avait inventé les couples mixtes pour les départementales, doublant le nombre de ces élus inutiles à ce niveau de cantons, situé entre département (députés) et communes.
Ajouté à toutes les mouches du coche élyséennes, ces innombrables comités théodules, commissions machin, hautezotorités et “délégations” anti laïcité, et toutes ces engeances créées par le fait des princes pour placer les copains et pomper du fric aux contribuables, là aussi il y a des poubelles pleines à évacuer.

Claude

N’oublions pas les conseillers (non élus) qui travaillent à l’Élysée et auprès des ministres et des secrétaires d’État. Très bien rémunérés, ces conseillers bénéficient d’aide au logement et autres avantages qui feraient pâlir de jalousie plus d’un journaliste pro Macron.

L BÉRA

“Les mouches du coche élyséens” pointaient précisément tous ces parasites dont s’entourent les présidents depuis Mitterrand. Des favorites des uns aux sodomites préférés de l’autre, on ne compte plus l’argent du contribuable à ce niveau. Et depuis hollande, les épouses ou maitresses ont droit à un aréopage de secrétaires de cabinet… et le “droit” de briser sans risque de procès, pour quelques dizaines de millions d’euros de mobilier national. Puis d’écrire un bouquin à ce sujet!
Et les conseillers à la mac kinsey, ou à la M. Marchand pour “madame”, qui les paie?

jean-pierre belmondo

La qualité du service public est inversement proportionnelle au nombre de fonctionnaires et c’est de pire en pire. Mais peut-on leur reprocher ? le système est fait ainsi. Tout le monde sait comment ça se passe, (heureusement, ils ne sont pas tous comme ça) comment vous êtes accueilli lorsque vous devez avoir affaire à certaines administrations, la morgue de ces gens privilégiés qui se savent intouchables. (qu’on nous dise qu’il est normal qu’une catégorie de population perçoive plus tôt une retraite basée sur les 6 dernier mois quand les autres doivent se contenter des 25 dernières années ! etc…) Vous n’avez pas en face de vous un individu, vous avez un mur,un bloc : l’administration toute entière. Vous n’êtes jamais un client, au mieux un usager, un raseur qui doit payer et la fermer.

Philibert

Hé oui ça a changé ! Quand j’étais gamin et que ma mère m’envoyait à la poste acheter un carnet de timbres , li fallait attendre que Ginette pose son ouvrage de tricot ou que Raymonde aie finie de donner la recette du veau Marengo a sa copine pou s’entendre demander : qu’est-ce que tu veut mon petit avec un charmant accent du sud . Aujourd’hui Ginette et Raymonde ont été remplacées par aicha et asiphatou , et nous n’avons pas gagné au change

Eozen FRANKIZ

Les fonctionnaires perçoivent donc à quel âge une retraite ?

jean-pierre belmondo

50 ou 52 ans à la RATP. Un agent du RER A conduit 2 h 50 par jour . 2700 €:mois + une prime mensuelle de 633 € (chiffres de 2009)

Mantalo

Un agent RATP n’est pas fonctionnaire.

Claude

Comme dans le secteur privé.
Hormis les militaires, les gendarmes-policiers, les surveillants pénitentiaires, l’immense majorité des fonctionnaires partent à la retraite à plus de 60 ans et les hauts fonctionnaires à 65, voire à 66 ans.

patphil

à quoi ça sert les placards?
vous voudriez que des incompétents soient virés, la courbe du chomage exploserait !
mauvais français que vous êtes !

Juste

Avant il fallait remplir du papier, et déjà ils étaient trop nombreux et tout traînait… Aujourd’hui il y a des ordinateurs qui font le boulot et ils sont toujours plus nombreux… comprenne qui pourra… enfin si on comprend, ces planqués votent pour ceux qui leur garantissent de continuer à nous coûter des fortunes et nous mépriser… Vous votez comme eux ? tant pis pour vous alors !!!

Eozen FRANKIZ

Sauf qu’en plus de renseigner les ordinateurs il faut souvent les remplacer a l’ancienne quand ils buggent

Patapon

Un état obèse,6 millions de fonctionnaires,une législation pléthorique souvent incompréhensible,des règlements abscons,un millefeuille administratif d’une complexité inimaginable,les fonctions régaliennes à l’abandon,une gabegie incroyable a tous les étages,qui s’en soucierait? Les rats sont dans le fromage kafkaïen,et ils comptent bien y rester aussi longtemps que nos impôts démentiels les y autorisent,et que nous ne les chasserons pas . Ils sont LE PROBLEME! Puisse la France s’en débarrasser au plus tot! J’ai beaucoup apprécié votre article,cher Jean d’ Acre.

Mantalo

J’écrivais la semaine dernière que le covid est une bénédiction pour les soignants. Boulot assuré 24/24.

Dominique

Les soignants ont toujours eu du boulot ! Même trop ! Et c’est pour cela que de moins en moins de jeunes se tournent vers ces professions : surcharge de travail et salaires médiocres. En ce moment, de nombreuses infirmières sont suspendues car ne voulant pas du vaccin. Et ce n’est certes pas leur salaire qui leur permet d’avoir un bas de laine pour faire face à ce manque à gagner.

inspecteur Columbarium

dans le public tout comme dans le privé
mais dans la fonction publique ce processus
est encore plus accentué comme flagrant
ce sont ceux/celles qui travaillent vraiment tout comme réellement
qui sont le moins bien payer par rapport à toux celles/ceux qui ne foutent
rien et qui en bons parasites étatiques de bons à rien et de mauvais à tout sont les mieux payés et grassement payer !

Claude

Etes-vous sûr que des soignants (infirmières, infirmiers…) ont été suspendus parce que non vaccinés C/Civid-19 ?
Certains soignants ont déjà donné leur démission, ou vont démissionner, mais (à la date du 8.9.21) je n’ai vu aucune info concernant la suspension de soignants, fonctionnaires ou salariés pour ce motif.

Dominique

Oui, j’en suis sûr, je fais partie d’un groupe de soignants opposés à la vaccination obligatoire.

Lire Aussi