L’encyclopédie Larousse en ligne roule-t-elle pour Marine Le Pen ?

Publié le 15 avril 2017 - par - 12 commentaires - 1 588 vues
Traduire la page en :



Une polémique totalement artificielle, une de plus, vient de s’ouvrir à la suite des propos tenus par Marine Le Pen sur les ondes d’une radio périphérique concernant la rafle du Vel’d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942.

Or, voici ce qu’a déclaré Marine Le Pen : « Je pense que la France n’est pas responsable du Vel’ d’Hiv. Je pense que, plus généralement d’ailleurs, s’il y a des responsables, c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque, ce n’est pas LA France », a-t-elle précisé.

Cette position, qui a été celle défendue successivement par le Général de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, dernier « grand président » (socialiste) de la République française, est partagée par tous les historiens un peu sérieux.
A la Libération, seul le gouvernement de la France libre en exil à Londres a été considéré comme légitime et libre, ce qui a valu à la France de faire partie des cinq pays reconnus comme victorieux de la Seconde Guerre mondiale et qui, au Conseil de Sécurité de l’ONU, dispose depuis d’un droit de veto.

Il se trouve que Jacques Chirac, qui avait fait serment de ne s’allier en aucun cas au Front National, à ses amis du B’nai B’rith (http://www.bbfrance.org/), a cru devoir en rajouter dans la trahison du peuple français en reconnaissant officiellement le 16 juillet 1995 que: « La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. »
Cette déclaration, en contradiction totale avec la réalité des faits, ne pouvait que ravir Israël et ses soutiens mais nourrir un peu plus l’incompréhension entre les Français juifs et l’immense majorité de leurs compatriotes de souche européenne naturellement compatissants envers l’histoire de la Shoah.

Bien entendu, tous les médias aux ordres se sont engouffrés dans la brèche depuis la déclaration de la candidate à la Présidence de la République, sans vraiment s’interroger sur le bien-fondé et la pertinence de ses propos, ce qui m’a incité à essayer de trouver sur Internet le « juge de paix » qui permettrait de lever le doute sur la réalité des choses.
Ce juge de paix, je l’ai trouvé sur le site de l’Encyclopédie numérique Larousse (http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/rafle_du_V%C3%A9ldHiv/148491), qu’on ne peut pas a priori suspecter de complaisance particulière à l’égard du Front National et de ses dirigeants.

Or que nous raconte cet ouvrage de vulgarisation à l’intention de « M. Toulemonde » ?
Très simplement, il explique que cette affaire du Vel’d’Hiv a consisté en une « arrestation de Juifs étrangers (ou apatrides) opérée à Paris, sur ordre des autorités allemandes, avec la collaboration de la police française (aux ordres de Vichy NDLR) ».
Mieux encore, il précise : « Le programme génocidaire nazi prévoyait dans un premier temps la déportation de 30 000 Juifs de la zone occupée et 10 000 de la zone libre. Le gouvernement français dirigé par Pierre Laval limite les arrestations aux Juifs étrangers ou considérés comme apatrides… Si cette rafle vise principalement les Juifs étrangers, la très grande majorité de leurs enfants sont de nationalité française, car nés en France ».

Enfin, il conclut que la loi du 10 juillet 2000 a permis d’officialiser la journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français (et non pas de la France) et d’hommage aux Justes de France.

On peut difficilement être plus clair…

Bernard Campan

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
narquin

depuis le départ il y a confusion sur les termes: le régime de vichy a choisi de se nommer “l’état français” pour se caractériser en tant que régime politique comme on dirait la “4eme république”, “le 1er empire”, “la convention”, etc….
mais le terme recouvre aussi, dans le sens commun, les pouvoirs publics de la France, quelque soit le régime évoqué plus haut….
Alors de quoi parle t’on ? du régime de Vichy ? ou des pouvoirs publics en général ?

madeleine

Expliquez-moi la différence entre Etat français et France.
Rappelez-moi la signification des mots “honnêteté” et “mauvaise foi”.
Je rappelle toutefois que Pétain avait été élu par les membres du Parlement français.

maryse

Pas d’accord ! Un État représente le pays … l’Etat français c’est LA France sinon à quoi sert il ? Il assume les bonnes comme les mauvaises actions … la France sous entendu “le peuple” n’a que très très peu de revendications à exprimer surtout en temps de guerre sauf à être de la chair à canon … seul l’Etat détient le Pouvoir suprême or dans le cas du Vel d’Hiv. il a “laissé faire” et il continue sur le registre avec les exactions de l’Islam et son envahissement !!

Haggar Dunor

Je vous suggère de faire part de vos observations aux éditions Larousse qui, je n’en doute pas un seul instant, seront ravies de faire droit à votre réclamation en revenant à une formulation plus conforme à la bien-pensance de rigueur en France occupée…

Anne-Marie G

Je suis comme vous, j’ai du mal à faire le distinguo entre Etat français, la France et le peuple. L’Etat a laissé faire en effet mais même eût-il su la destination de ces familles, qu’aurait-il fait d’autre que laisser faire ? Aurait-il dû pour l’honneur préférer les représailles allemandes et la remise en cause de l’armistice ? Quel peuple accepterait de se sacrifier pour sauver des étrangers minoritaires ? Il faudrait me citer des exemples d’un Etat qui a préféré mette en danger ses nationaux pour sauver des étrangers en danger sur son sol pour que j’arrive à le croire.

Themis

Bien vu ! Larousse est depuis toujours ma référence quand j’ai besoin de vérifier mon orthographe ou autre chose. J’ai grandi avec et suis pas prête de m’en séparer….
https://fr.wikipedia.org/wiki/Larousse

Pierre ESCLAFIT

Lire Drucker et Brucker

Pierre ESCLAFIT

Brucker le copain de Soros ?

Pierre ESCLAFIT

Le gouvernement de Vichy mis en place avec les pleins pouvoirs par le front populaire (de gauche bien entendu) et vlan boomerang dans la gueule.

chercheur

au moins là, la réalité des faits est bien constituée,en ce qui me concerne,en 1995 j’ais abandonné mon vote pour le rpr,jacques chirac ma dégouté avec son intervention,pourtan t je suis resté gaulliste,je pense qu’il a insulté les résistants,les soldats mort pour la France ainsi que le peuple Francais et depuis je vote front national et je ne m’en cache meme pas, j’y ai perdu des amis mais c’est le cadet de mes soucis

madeleine

VOUS, chercheur, vous êtes le déshonneur de la France.

André Léo

Rien à ajouter à votre démonstration, ami Campan.
C’est bien “l’état français” vichyïste et ses alliés collabos, dont une majorité de SFIO, qui furent les seuls COUPABLES des raffles et des déportations de nos compatriotes Français de confession ou d’ascendance juive.
Deux remarques, si vous permettez: Beaucoup de Français “d’origine juive”, Simone Veil ou Henri Krasucky, pour n’en citer que deux parmi des milliers, ont été déportés à Auschwitz. Tous deux on été contraints à la “marche de la mort” en 1945!.
L’on oublie aussi trop souvent le sort des Résistants, Français et étrangers ( CF L’affiche rouge apposée par les nazis) , fusillés en France ou exterminés par le fascisme hitlérien.

Lire Aussi