L’enfumage Bencheikh : cibler wahhabites et salafistes pour épargner Coran et Mahomet

Publié le 30 janvier 2015 - par - 312 vues
Share

CouverturemusulmansCher Monsieur,

Suite aux graves attaques subies par nos concitoyens à Paris, vous avez publié une tribune dont le titre est fort bien choisi : « Refonder la pensée théologique islamique ». Mais dans le corps du texte, vous vous livrez à un rituel vieux comme les religions : vous sacrifiez et wahhabites et salafistes et autres têtes brûlées, qui prennent le Coran au sérieux et montent au djihad, pour que, finalement, vous épargnez le Coran et Mahomet. Vous sacrifiez donc les malades les plus atteints et vous épargnez les germes pathogènes que vous n’osez pas nommer. Et c’est ainsi qu’ils continueront de faire des ravages dans toutes les mosquées de France et de Navarre tout en vous permettant de vous émouvoir, de pérorer et de nous présenter vos éculés tours de passe-passe théologiques.

Votre rituel est bien rôdé, vos litanies châtiées et bien apprises. Allah vous entend bien puisque vous perpétuez ce qui a si bien réussi à tous les penseurs musulmans, soi-disant éclairés, si ce n’est progressistes. Comme eux, vous vous montrez disposé à sacrifier plein de théologiens musulmans, tous les djihadistes s’il le faut, des dirigeants politiques …, pourvu que le Coran et Mahomet survivent à une énième purge islamo-islamique !

Or,

Vous savez parfaitement que l’islam n’est rien d’autre que la vénération du Coran et de Mahomet.

Vous savez parfaitement que Mahomet est le beau modèle de tous les musulmans.

Vous savez parfaitement qu’il a allègrement massacré ceux qui osaient le contredire ou lui résister.

Vous savez parfaitement qu’il n’était nullement un Jésus (qui l’avait pourtant précédé de sept siècles), ni un Mandela ou un Gandhi.

Vous savez parfaitement que c’est le Coran qui prescrit le qitâl (du verbe qatala = tuer) aux musulmans « alors que vous l’abhorrez », leur précise-t-il. C’est un viol de leurs consciences.

Vous savez parfaitement que les décrets d’application du qital, du djihad, édictés par Mahomet, l’ont amené à conquérir toute l’Arabie, sabre en main.

Vous savez très bien que dans cette Arabie d’avant Mahomet, Allah était déjà vénéré et qu’il y avait dans le cœur et dans la pratique des Arabes de la place pour la vénération d’Allat (son alter ego féminin), de Yahvé, de Jésus et de bien d’autres divinités.

Mais voilà que vous continuez à rendre certains musulmans ou théologiens responsables de cette maladie dont l’origine est l’association du Coran à l’exemple de Mahomet. Bien des musulmans, si ce n’est tous les musulmans, aimeraient pouvoir le mimer. Bon nombre d’entre eux rêvent, encore et encore, de rééditer son épopée, avec ses conquêtes territoriales, mais aussi féminines. Vous savez parfaitement qu’il a non seulement légalisé la polygamie, mais aussi légué à ses adulateurs neuf veuves interdites de mariage… par le Coran. Elles y sont, soi-disant, élevées à la dignité de « Mères des croyants ». Les musulmans sont ainsi infantilisés pour leur signifier que c’est pas bien d’épouser sa (ses) mère(s). Cette infantilisation-là, énoncée noir sur blanc dans le Coran, vous ne la dénoncez pas. C’est bien ce type d’écrit et de personnage que vous continuez de vénérer au lieu de les dénoncer pour en débarrasser et les musulmans et toute l’humanité.

A plusieurs reprises, j’ai cru que vous alliez cracher le morceau, surtout lorsque vous avez osé écrire « Ce n’est plus suffisant de clamer que ces crimes n’ont rien à voir avec l’islam. Le discours incantatoire ne règle rien et le discours imprécatoire ne fait jamais avancer les choses ». Mais j’ai déchanté lorsque vous avez fini par expliquer qu’ « Un corpus polémologique virulent a existé dans la tradition islamique classique. Il est le véritable et le seul référentiel des groupes djihadistes. Il doit être totalement proscrit. Nous avons la responsabilité et le devoir de combattre la réactivation de tous les processus qui l’installent et l’érigent en commandements célestes ». Or le noyau dur de ce corpus n’est rien d’autre que le Coran et la vie dissolue de Mahomet.

Vous avez beau écrire « Nous scandons jusqu’au ressassement ce que nous avons toujours proclamé : on ne peut pas et on ne doit pas se prévaloir d’un idéal religieux pour semer la haine », vous ne serez crédible que lorsque vous étendrez clairement votre proposition aux faits et gestes (historiques) de Mahomet, tels que rapportés par les premiers historiographes musulmans ; ceux-là mêmes  qui glorifient ses razzias. La vérité historique et géographique est là, vous ne pouvez la changer. Vous devez l’assumer, la dénoncer et puis la dépasser.

Monsieur Bencheikh,

Il est donc temps de devenir sérieux et de mettre fin à votre grand’ œuvre d’enfumage ! Arrêtez donc de vous duper et de duper les Français de façon éhontée !

Pascal Hilout, né Mohamed

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.