Léotard et les repris de justice socialistes osent prononcer le mot “républicain”

Publié le 27 mars 2014 - par - 1 410 vues
Share

« Partis républicains », « valeurs républicaines, », « droite républicaine » « front républicain », « sursaut républicain », « union républicaine » « principes républicains » « esprit républicain », il n’a que ça à la bouche, tordue par la haine, au soir du premier tour des élections municipales, le cœur auto-proclamé républicain et bien pensant des porte-parole du PS, du PCF, des « verts », du Front de gauche, de l’UDI, de l’UMP.

C’est qu’il leur apparaît clairement qu’il va falloir commencer à abandonner des places à de nouveaux venus. La lutte des places ne se résumera plus à la lutte entre deux camps distingués par les appellations « gauche «  et «  droite »,  par ailleurs d’accord sur la politique à mener. Un autre bloc politique est désormais suffisamment  audible et entendu pour participer au partage. Celui incarné par Marine Le Pen, avec un programme objectivement contraire aux directives de l’oligarchie financière scrupuleusement mises en œuvre depuis 40 ans.

Alors , à défaut de pouvoir et vouloir proposer aux citoyens une politique en rupture avec celle dispensatrice de prébendes à laquelle ils se sont soumis, le seul argument que les politiciens gauche-droite sont en mesure de mettre en avant pour essayer de continuer à gruger les Français c’est que eux-seuls sont des républicains, et donc que les candidats du Rassemblement Bleu Marine ne peuvent-être qu’autre chose, genre fasciste. Et que donc tout est bon à utiliser pour leur interdire l’accès aux responsabilités.

Tenez, par exemple, François Léotard, ancien maire de Fréjus et moult fois ministre, qui réagit dans le Var-Matin du mardi 24 mars 2014 aux 40 % des voix obtenus par le candidat du Font National, a le mérite de la clarté. Pour lui, le mieux pour essayer d’empêcher l’élection de David Rachline est que se constitue une liste d’union autour des « valeurs de la République » derrière la  candidate de gauche, « sans étiquette »et qui s’affiche depuis PS, arrivée en quatrième position, après le candidat ump-udi  qu’il soutenait et le maire sortant, lui aussi ump, élu en 2008 au premier tour avec plus de 62 %! Et d’expliquer : « …entre socialistes et ump… qu’est-ce qui nous différencie vraiment sur le plan local ».

En revanche, le FN, c’est selon Léotard« comme les ligues d’avant guerre… une démarche politique dont on connaît la généalogie ( la collaboration) et dont on sait qu’elle ne donne en aucune manière sa place à l’autorité légitime mais ouvre la voie au pouvoir personnel, au mépris du Parlement, de la justice et demain de la violence… »

On rappellera , juste en passant, que l’ex ministre de la culture puis de la défense a, dignement, reçu les inspecteurs mandatés pour perquisitionner par les juges de l’affaire Karachi en ces termes” Vous me faites chier. Je n’ai rien à vous dire… Quel est le juge qui vous envoie ? De toute façon je l’emmerde… Entrez bande de connards, la maison est à vous, vous n’avez qu’à tout fouiller mais ne me parlez pas, je n’ai rien à vous dire. Il n’y a pas de police judiciaire en France mais une police politique”. Avec ce commentaire à un interlocuteur : « Ces cons de la police judiciaire… je les ai traités comme des chiens… »

Heu… vous avez parlé  de refus de l’autorité légitime,de mépris de la justice, de violence ? Pour son attitude, si on l’a bien compris, anti-républicaine, l’affecté par le score du Front National s’est vu condamné à 3750€ d’amende pour « outrage à agents publics dans l’exercice de leurs fonctions » le 30 mai 2013 par le TGI de Draguignan ( Le Monde 30 mai 2013)

On rappellera par la même occasion que notre ancien Ministre d’État a été condamné le 16 mars 2004 à 10 mois de prison avec sursis pour financement illicite de parti politique et blanchiment d’argent. Vous avez parlé de mépris des valeurs républicaine ?

Et tu sais comment il s’appelait le parti ? Le Parti Républicain.

Alors quand on voit les repris de justice, les Harlem Désir, les François Léotard,  les Guérini, les Cahuzac, les placés sur écoute et les écouteurs à « La vie des autres » selon l’ex Président de la République Sarkozy, les magouilleurs à la recherche d’un strapontin,  on a raison de se réjouir de la bonne  bonne bouffée d’oxygène  reçue par la République avec le grand coup de pied aux fesses que les citoyens ont donné à l’estampillé républicain Gérard Dalongeville, maire sortant PS de Hénin-Beaumont, condamné en première instance à 4 ans de prison dont 3 ferme pour détournement de fonds publics, en élisant au premier tour la liste Bleu Marine conduite par Steeve Briois.

Citoyens, la République a un grand besoin d’oxygène.

Allez-y, donnez vous aussi, avec plaisir, votre bon coup de pied aux fesses !

Jean Théron

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.