1

L’épouvantail et le tigre de papier

Le lion et l'épouvantail” une fable des temps modernes par Didier Morisot

La partie de poker entre les USA et l’Iran vient finalement de se terminer. Il ne reste plus qu’à retourner  les cartes du jeu macabre initié depuis plus d’une décennie entre les puissances et les mollahs d’Iran.

Les USA et leurs comparses de l’Union européenne coincés avec le dos au mur, vont devoir jouer sur deux alternatives : celle de se lever de la table de négociations et d’accepter un Iran nucléaire qui les mettrait tous en danger, ou alors s’aventurer dans une guerre qu’ils ont vainement tenté d’éviter et qui aujourd’hui s’avère inévitable.

Le clown, dans cette confrontation mortelle, est Israël qui fait face à une situation qu’il avait combattue sans vraiment gagner une oreille attentive.

Les USA l’ont simplement rabroué, et l’Union européenne a suivi le pas, comme une femelle obéissante aux diktats de la puissance américaine.

Les Iraniens l’ont remporté sur tous les plans, tant stratégiques puisqu’ils n’ont jamais cessé d’enfreindre les clauses de leurs accords sur le nucléaire iranien et ont défié et berné le monde libre afin d’accéder à la bombe que sur le plan militaire ; ils sont à l’heure actuelle certains que ni les USA, ni l’Union européenne, ni Israël, ne s’aventureraient à les confronter ouvertement.

Qu’adviendra-t-il de notre pauvre monde ? Des USA ? De l’Union européenne ? Leur destin a été forgé par leurs propres mains.

Les USA, donneurs d’exemple, se défeuillent de leur passé, détruisent les statues de leurs idoles, crient tout haut leur culpabilité et leur soif de réparer les erreurs de leurs ancêtres… Et ce n’est pas tout. Ils commencent à peine à réaliser les portées de leurs mauvaises initiatives comme la mondialisation, la diversité avec à sa traîne, l’accueil en leur sein d’éléments antagonistes qui œuvrent sans relâche à leur destruction. L’infiltration est gigantesque et le mal se propage comme un véritable feu de brousse.

Le même cas se répète avec l’Union européenne qui s’effondre, et ce n’est plus un secret. L’Eurabia de Bat Y’éor se profile à pas de géant.

Deux blocs sont en train de se former : La Chine, la Corée du Nord, l’Iran avec ses ramifications dans tout le Moyen-Orient, face au bloc agonisant formé par les pays démocratiques dont les USA, l’UE et comment non, Israël qui les calque.

L’islam conquérant avec ses adeptes de djihadistes, de délinquants, de mafieux, de radicaux froids et inhumains, progresse inlassablement et menace sans vergogne les démocraties.

Y aura-t-il un réveil brutal de cette réalité qui s’impose ? Pour certaines démocraties, il est même trop tard.

Pourquoi donc être surpris lorsque le nouveau Premier ministre israélien, qui s’est acoquiné avec les partis islamo-arabes radicaux et antisionistes, déclare que la patrie juive d’Israël est en train de couler ?

À qui la faute ?

À nous tous. Nous refusons la séparation de ces éléments dangereux, en instaurant un apartheid – Ô le vilain mot –  et acceptons l’infiltration par les voies démocratiques… de nos communautés, de nos villes, de notre gouvernement…

Nous avons tous le cou tendu prêt pour la frappe fatale du glaive de l’ennemi.

Ne croyez surtout pas que je dramatise… Prenez un siège et comptez le nombre de fronts auxquels Israël fait face : le Hamas de Gaza, le Hezbollah du Liban, la Syrie, l’Iran et pour couronner, les Arabes d’Israël dont la criminalité, le brigandage, la terreur et leur haine d’Israël ne peuvent nullement être ignorés.

Thérèse Zrihen-Dvir