L’épouvantail militaire brandi par les USA et la Russie…

 

Dans le temps, à la seule énonciation du mot USA, le visage des populations exprimait admiration, sympathie mais aussi et surtout une crainte panachée de respect.

Or, durant ces récentes années, tous ces peuples qui hésitaient à braver, à défier ce géant au cœur sensible et généreux, sont les premiers à réaliser que ce colosse inattaquable n’en est plus un, et qu’il est même très aisé de le braver, de le narguer et de s’en sortir sans la moindre égratignure.

En écoutant les paroles étrangement sensées, mais indubitablement arrogantes et dédaigneuses du Président iranien envers le « Grand Satan », on se rend compte que certaines lignes rouges ont été franchies et que la déchéance du prestige de cette grande puissance a subi, depuis ces deux dernières décennies, un coup fatal.

En fait, la descente aux abîmes aurait apparemment commencé avec l’élection du Président Obama. On ignore si c’était son programme ou si les éléments nocifs qui se trouvaient derrière les coulisses de son élection avaient pour but de culbuter la plus grande puissance du monde. Quoi qu’il en soit, l’érosion, la faille, n’ont fait que s’amplifier depuis. Et l’Europe suit de très près cette décadence.

Il n’y avait qu’à observer les demi-sourires des Iraniens, leur morgue face au progrès et aux réussites dans leur projet nucléaire et spatial pour comprendre que les écarts dans leur conception du rang qu’ils occupent à l’échelle mondiale s’étaient considérablement rétrécis – Une véritable peau de chagrin.

Il ne fait plus de doutes que les projets iraniens d’envahir et de dominer le monde libre, à commencer par Israël, sont incrustés dans le subconscient des mollahs et que rien ne les en ferait détourner. La ramification et l’expansion du Hezbollah au-delà de ses frontières libanaises, son déversement en Syrie et en Iraq, en sont indubitablement l’amorce nécessaire afin d’accroître leur hégémonie territoriale qui s’étend à l’heure actuelle jusqu’au Yémen et même découvre ses tentacules au sein du Hamas dans la Bande de Gaza et en Judée et Samarie.

La placidité du Président Obama face à l’arrogance, allant jusqu’au sarcasme franc et ouvert, n’était nullement attribuée à sa maîtrise des enjeux par les mollahs, mais plutôt interceptée comme le signe d’une déficience, d’un effroi mortel de devoir, un jour, relever le gant et affronter l’Iran. Son successeur, Joe Biden, revient sur ses pas.

Ce qu’Obama ignorait peut-être, à moins que cela ne fût intentionnel, était que son silence et sa pacification, dupliqués par toutes les grandes puissances, ont été perçus par les Iraniens comme un repli, une faiblesse. Le monde entier semble avoir atteint un point de non-retour, comme dans un jeu de roulette quand les mises sont déjà placées et qu’il faut seulement attendre que la boule s’arrête sur une case noire ou blanche, ou sur cette étincelle qui mettra le feu aux poudres.

La Chine sait, depuis Mao Tse Toung, qu’elle peut bien sacrifier quelques centaines de millions d’individus pour gagner une guerre nucléaire et n’a rien à redouter de l’Iran, avec laquelle elle maintient des rapports politiques, énergétiques et économiques. L’Europe hésite à renoncer à ses profits dans ses ventes et ses achats avec l’Iran, rendant inopérantes toutes les sanctions énoncées dans cette foison insensée de discours.

Et l’ennemi conscient parfaitement des faiblesses du monde libre ne cesse de les titiller et de s’en servir comme appât, afin d’atteindre son objectif qui n’est autre que celui d’anéantir la démocratie. Une démocratie remise en question en ces derniers temps, avec le conflit russo-ukrainien et le jeu irréfléchi de chat et de la souris maintenu entre les USA et la Russie qui sans doute plafonnera par une guerre généralisée.

Thérèse Zrihen-Dvir

image_pdfimage_print

13 Commentaires

  1. Pour l’heure c’est l’équilibre géopolitique qui est la meilleure garantie de paix durable. Une paix remise en question par les fanatiques frustrés de l’islam qui n’ont jamais caché leur ambition de dominer le monde.

    • Certe..nous somme conscient que les mahometans ont leurs propre agenda….mais pour l’instant c’est l’état profond
      Usa qui prétend dominée la planète…..se qui est complètement débile parceque la plus petite des nationpeut tenir en respect(du point de vue militaire) les usa pour cela ils lui suffit d’avoir une centaine de dronne armé d’une d’une ogive nucléaire d’une megatonne…et le faire savoir pour que la dissuasion soit actée par toute les puissance de la planète….🤗

  2. Le terme « démocratie » n’a pas la même définition dans tous les pays, et c’est tant mieux ainsi, ce qui montre que ce terme est pour le moins « relatif ».

    Lorsque les USA veulent imposer LEUR démocratie, ça s’appelle une invasion ou une colonisation, qu’elle soit physique (guerre) ou culturelle (disney -hollywood chewingum).

    Ayant tenté d’appliquer LEUR loi du plus fort, ils se rendent compte maintenant que « le plus fort » est aussi quelque chose de relatif, et il est vrai que c’est nouveau pour eux… et ça aussi c’est tant mieux.

    • Depuis la création des usa jusqu’à 1945….
      Le continent américain étais sanctuarisé….
      se n’est plus le cas depuis l’avènement des missiles intercontinentaux….mais aussi les armé européennes russe et chinoise n’ont plus aucun handicap
      (technologiquement parlent) pour éteindre les usa….
      En cas de guerre les américains ne doivent pas se faire d’illusions ils devront se battre aussi(surtout)
      sur leurs propres sol…😩

    • Ben si les ukrainien sont trop cons pour le comprendre..
      Ils ne mérite que de disparaître point final…
      Quand ont se porte volontaire pour être la tepu des usa…
      Faut pas après s’étonner de se faire sauté 🤗🤭

  3. Pour ma part, quand j’ai découvert l’engouement de l’opinion occidentale pour la candidature d’Obama, j’ai eu le pressentiment qui s’est confirmé largement : l’avènement du « Messie noir » annonçait la disparition suicidaire des Blancs sur leurs terres ancestrales.
    L’autobiographie d’Obama : les rêves de mon père n’a fait que confirmer mes pires appréhensions : l’homme y affirmait sans l’ombre d’une hésitation que les grands-parents maternels qui l’avaient élevé avec amour et dévouement étaient racistes !

    Il a été propulsé par les mondialistes, exactement comme Macron en France, pour in fine, sous couvert de lutter contre le racisme à l’encontre des minorités ethniques, saper les bases des nations occidentales à commencer par les USA en vue du futur Etat mondial. L’antiracisme n’étant qu’un instrument servant de paravent.

  4. Le concept même de démocratie est un leurre !! L’Iran, comme l’Argentine, vont bientôt faire partie des BRICS et Israël serait bien avisée d’y participer !!!!

    • La démocratie n’est pas un leurre. Elle suppose non seulement de permettre aux peuples de s’exprimer mais aussi de mettre en place des mécanismes qui empêchent toute dictature, qu’il s’agisse de dictature de la majorité, de dictature des minorités, de dictature du peuple-même, donc des contrepouvoirs. La démocratie repose donc avant tout sur la liberté et elle est nécessairement conflictuelle. Il n’y a pas de plus grande démocratie que les USA. C’est un fait, même si je déplore notre américanisation. Quiconque voudra fuir l’Europe au nom de la liberté préférera tenter sa chance aux USA plutôt qu’en Russie ou en Chine. La démocratie en France fléchit parce que nos dirigeants, par manque de discipline comme de vertu, ne servent plus le peuple mais leurs intérêts particuliers et que notre république le leur permet : le jacobinisme est la survivance de la monarchie sous les atours républicains.

      • Bien exprimé mais permettez moi d’en douter ; le référendum bafoué en France et les magouilles aux States !!! comment penser que la Loi du plus grand nombre est la meilleure à partir du moment où même les prisonniers, les français analphabètes, les condamnés de toute sorte, les français convertis fraichement ont les mêmes voix que les autres.Je préfère Athènes dans ce domaine.Où étaient les contre pouvoir depuis deux ans ? Si je devais fuir la France ce serait justement en Russie que je m’expatrierai !!!!!

        • Les analphabètes ne sont pas forcément idiots. Quant aux prisonniers, il est clair que je les déchoirais de leurs droits civiques. Vous iriez donc dans un pays où tout ce que vous reprochez aux démocraties occidentales est décuplé : corruption, musellement, voire emprisonnement de ceux qui s’opposent au régime, dirigeant qui s’assure de gouverner à vie, pratique la guerre préventive et caresse les musulmans dans le sens du poil (n’oubliez pas que BK avait envisagé sans sourciller que Kadyrov puisse succéder à VP), … ? Dans ces conditions, je ne peux vous convaincre que la démocratie aussi imparfaite soit-elle sera toujours meilleure qu’un régime autoritaire qui partage le pouvoir avec des oligarques. Vous y avez déjà renoncé. Bonne chance à l’Est ! Apprenez le russe si ce n’est déjà fait et anticipez en apprenant le chinois.

      • Quand vous ecrivez: « il n’y a pas plus grande democratie que les USA » vous faites preuve Monsieur d’une naivete dangereuse. Les USA sont tout simplement une PLOUTOCRATIE.

        • Pas d’accord. Le système fédéral réserve de l’espace aux états. D’ailleurs vous l’avez bien vu en ce qui concerne la question du droit à l’avortement qui sera dorénavant tranchée par les états. Aux États Unis, n’importe qui peut sortir du chapeau de l’élection présidentielle : Obama comme Trump. Et la constitution protège le citoyen, y compris du pouvoir politique notamment fédéral, alors que chez nous c’est l’Etat qui garantit nos droits. C’est une démocratie totalement conflictuelle mais tellement polarisée aujourd’hui qu’elle risque d’éclater. Sa puissance est le garant de sa cohésion car elle entretient le sentiment d’appartenance. Le patriotisme risque d’en prendre un coup si elle s’étiole.

Les commentaires sont fermés.