L’erreur existentielle fatale d’Israël?

Il n’y a pas de doute là-dessus : toutes les frontières sont le résultat de rapports de force autrement dit, de guerres. Et elles sont toutes fixées par le vainqueur. Le meilleur exemple est notre Alsace-Lorraine. Revenons à l’histoire récente d’Israël. Le 29 novembre 1947, l’ONU vote le Plan de partage de la Palestine jusque là sous mandat britannique, en un Etat juif et un Etat arabe. Dès le lendemain, les Arabes qui refusent ce plan, déclarent la guerre aux Juifs. Alors, le 14 mai 1948, le président de l’Agence juive David Ben Gourion proclame l’indépendance de l’Etat d’Israël. Donc, dès le départ, les Palestiniens ont refusé la « solution à deux Etats » dont on nous rabat les oreilles alors que les Juifs y étaient prêts. Et jusqu’à aujourd’hui, le Hamas beaucoup plus que le Fatah -les deux mouvements revendiquant la représentation des Palestiniens- s’estime en guerre contre Israël. Début janvier 2020, le Hamas fête son 32 ème anniversaire. Voilà ce que déclare Ibrahim Yazouri, confondateur du mouvement et de sa branche militaire : « Le Hamas et sa branche militaire ne s’arrêteront qu’une fois la Palestine libérée … Pour le Hamas, tous les moyens de libérer la Palestine sont bons ». Et que dit de son côté Yasser Arafat, chef du Fatah, 4 jours après avoir signé les accords d’Oslo avec l’israélien Yitzhak Rabin le 9 septembre 1993 ? : « Les Palestiniens recevront tout territoire qu’Israël leur remettra, puis l’utiliseront comme tremplin pour procéder à d’autres gains territoriaux jusqu’à ce qu’ils obtiennent la libération totale de la Palestine, la liquidation de l’Etat juif ». Et le 14 mai 1994, il précisera : « Le djihad continuera ». Donc, il n’y a aucune ambiguïté : c’est ni plus ni moins, la mort d’Israël que veulent à tous prix les Palestiniens.
A partir de là, de deux choses l’une : soit on se résigne à la mort, soit on attaque ceux qui veulent vous l’imposer. Ce sera cette solution que choisira Israël du 5 au 10 juin 1967 et qu’on appellera la Guerre des Six Jours après le blocus du détroit de Tiran décidé par Nasser qui avait déclaré : « Notre objectif sera la destruction d’Israël. Le peuple arabe veut se battre ». Manque de chance pour lui, la victoire d’Israël, petite île perdue dans un océan de haine, est totale : il gagne sur l’Egypte la péninsule du Sinaï et la bande de Gaza ; sur la Syrie le plateau du Golan et sur la Jordanie la Cisjordanie qui est en fait la Judée et Samarie puis Jérusalem. Mais les Arabes sont des gens butés. Par la Résolution de Khartoum en septembre 1967, ils confirment leur volonté de destruction d’Israël à travers l’appellation des « trois non » : pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d’Israël et pas de négociation avec Israël. De son côté, la Résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU  adoptée le 22 novembre 1967 exige en son point 1, conformément à « l’accomplissement des principes de la Charte … » le « retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés au cours du récent conflit ».
 
Et c’est à partir de ce moment qu’Israël s’égare dans une erreur existentielle qui peut lui être, et aujourd’hui encore, fatale. Il est triomphant sur toute la ligne, invincible, tous les pays arabes ne sont plus que de tristes carpettes. Et pourtant Israël, oubliant que les frontières, toutes les frontières, sont toujours l’oeuvre d’un vainqueur après la guerre, oubliant qu’il est vainqueur et quel vainqueur donc ! va reculer dans une suite de concessions, va accepter de revenir tout petit comme si finalement, c’était lui le vaincu ! Il restera cependant inflexible concernant le plateau du Golan. Mais suite aux accords de Camp David, il acceptera que l’Egypte récupère le Sinaï en 1978. Suite aux accords d’Oslo, il acceptera la fameuse solution à deux Etats et que la Cisjordanie -la Judée et Samarie donc- soit divisée en 3 zones : la zone A (18%) contrôlée par l’Autorité palestinienne, la zone B (21%) administrativement gérée par l’Autorité palestinienne mais sous contrôle militaire israélien et la zone C (61%) contrôlée par Israël. Et le 12 septembre 2005, les troupes israéliennes quittent la bande de Gaza. Alors pourquoi cette suite de renoncements ? C’est tout simplement parce qu’Israël est une démocratie (il y a même en sein une réprésentation arabe !!!), que c’est plus fort que lui, que du fond de sa conscience, il doit en accepter les principes et il doit accepter de négocier avec ses ennemis, sous-couvert de cette grande et admirable dame qu’est l’ONU dont la tête, le Conseil de Sécurité est constitué de 5 faux-jetons dont deux au moins, les Etats-Unis et l’URSS de l’époque se moquent comme de leur première chemise, des beaux principes qu’elle braille de par le monde. Résultat ? Des attentats terroristes sur Israël avec de nombreux civils morts, deux intifadas, des tirs de roquettes et de mortiers sur Israël par les Palestiniens conduisant à des opérations punitives israéliennes sur ces mêmes Palestiniens. Et aujourd’hui la coalition Bennet-Lapid prise en otage par les partis arabes ! conduisant à la dissolution de la Knesset et des élections en octobre. Bravo la démocratie, bravo le bordel ! En un mot, aucune solution, absolument aucune !
 
ET POURTANT, IL Y EN A EU UNE, UNE SOLUTION !!! Une solution qui ne se reproduira plus, je ne le crois pas car elle fut une opportunité extraordinaire. Une solution brutale, très brutale sans doute quoique … Je l’ai dit : le 10 juin 1967, la victoire d’Israël était totale. D’abord, il aurait dû avoir une position implacable, refuser toute négociation c’est à dire, ne restituer aucun territoire car son amplification constituait une forme de protection contre toutes nouvelles agressions. Au niveau par exemple de la Judée et Samarie, le territoire israélien n’est qu’une bande de 8 kilomètres ! Comment se maintenir suite à une offensive foudroyante possible ? Et puis, après avoir détruit le Dôme du Rocher construit sur le mont du Temple (il faut tout de même le rappeler !), Israël aurait dû expulser TOUS les Palestiniens de l’ensemble de son nouveau territoire. Il aurait pu l’effectuer sans complexe. Pourquoi ? Parce que, outre qu’il était vainqueur donc, en 1945, les gentils et très démocratiques Alliés -les créateurs de l’ONU- avaient déplacé dans des conditions terribles (certains diront à juste titre qu’ils ne l’avaient pas volé !) 15 millions de Volkdeutsche, ces Allemands ethniques éparpillés un peu partout dans l’Est de l’Europe. 500 000 d’entre eux mourront ! La lecture de l’article 13 de l’Acte final de la Conférence de Potsdam du 2 août 1945 s’impose : « Les trois Gouvernements (russe, anglais et américain) après avoir examiné la question sur tous ses aspects, reconnaissent qu’il y aura lieu de procéder au transfert en Allemagne des populations allemandes restant en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie. Ils sont d’accord pour estimer que ces transferts devront être effectués de façon ordonnée et humaine ».
 
Israël en 1967 avait les moyens pour que les transferts de Palestiniens vers les pays arabes tout autour de lui, soient « effectués de façon ordonnée et humaine ». Il pouvait arguer du précédent des Volkdeutsche et même des échanges de populations entre Grecs et Turcs suite au traité de Lausanne de 1923, effectuées là encore dans des conditions dramatiques. Israël, c’est certain, aurait réussi à ce que les transferts de Palestiniens s’effectuent dans des conditions humaines. Résultat encore, Israël se prend en pleine figure la Résolution 2334 du Conseil de Sécurité de l’ONU en date du 23 décembre 2016 qui le condamne pour sa politique de colonisation des territoires palestiniens. Cette initiative en demi teinte aurait pu ainsi être évitée et aurait évité à Israël cette mauvaise image qu’il a dans le monde.
Je sais bien, c’est facile de refaire l’histoire derrière son ordinateur. Mais quand même, il y a des évidences qui interpellent. Une question s’impose : quelle doit être aujourd’hui l’attitude d’Israël ? Ne pas se laisser embourber dans les principes de la démocratie qui, par essence lui sont hostiles, l’évidence saute aux yeux. Albert Camus a dit un jour : « Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère ». Et bien Israël doit dire : « Entre la démocratie et ma mère-patrie, je choisis ma mère-patrie ». Rechercher autant que faire se peut que ce soit toujours un gouvernement d’union nationale qui dirige le pays au sein de la Knesset. Ajouter aux 11 lois fondamentales une 12ème loi spécifiant la non représentation de mouvements arabes car ils sont destructeurs de l’unité nationale comme on peut le constater aujourd’hui. Et enfin, se bâtir une nouvelle mentalité fondée sur l’implacabilité. Il en va tout simplement de la survie du pays … qui aujourd’hui s’en va à vau l’eau. C’est vrai : Israël est éternel. Alors, je ne doute pas que demain, il s’oriente dans la voie saine que je viens de tracer. C’est un goy, un observateur sans parti pris qui l’affirme.
Philippe Arnon
image_pdfimage_print

23 Commentaires

  1. Il faut revenir aux frontières de 1967…que cela plaise ou non aux israéliens !
    Quand à détruire le dôme du Rocher, c’était en 1947-48 qu’il fallait le faire ! Avant l’indépendance des états musulmans… aujourd’hui c’est plus possible, vu que quelques uns d’entre eux disposent de l’arme atomique !

    • Entre Lee et Colbert, votre agenouillement devant « ce qui est impossible » laisse rêveur…Il vous faut un autre pseudo car Lee combattit pour son pays hors de toutes considérations de victoire assurée et d’idées partagées, quant à Colbert… sans commentaire. Si certains états « musulmans » ont l’arme atomique, Israël aussi…

      Mais que croyez-vous qui est en train de se passer partout dans le monde? La remise à l’heure des pendules! La vie ou la mort. la liberté ou la mort. Mais non, il faut se plier, « encore un instant monsieur le bourreau », etc etc…

      Quant à l’ONU il s’est agi du mariage de la carpe et du lapin…Alors?

  2. Tout à fait juste! Que pèsent la démocratie et les beaux principes face à la survie physique d’un peuple que ses ennemis veulent jeter à la mer ou exterminer ? Car si Israël avait par malheur perdu une seule guerre que les Arabes lui
    ont imposées nul doute que leur état aurait été détruit et leur population décimée ! Une bonne chose d’avoir rappelé les faits historiques et remis les pendules à l’heure !

    • C’est tt à fait vrai. Si Israel avait perdu une seule guerre, alors çà aurait été sa dernière guerre puisque les arabes avaient promis de faire le ménage jusqu’au bout, çàd exterminer tous les israéliens.
      Par « bonne volonté », erreur tragique Moshe Dayan avait remis au waqf musulman les clés de l’esplanade du mont du temple, devenu celle des mosquées. Faiblesse coupable, car interprétée comme signe de faiblesse, et cela n’ira pas en s’améliorant à l’avenir.

  3. Israël éternel ? Si on écoute BHL parlant de Zelensky un juif comme lui qui pense aux russes qui doivent se retirer ? Il parlait du franchouillard dont je fais partie et je l’emmerde avec mon pain sous le bras ! Ce satanique a fait un film sur l’Ukraine alors qu’on a censuré le film Donbass honte à lui d’être allié aux nazis ! Israël éternel mais salement critiqué !😇

  4. Il faut te baiser les mains Philippe pour ce magnifique article, cette plaidoirie infaillible, ce cri du cœur, cette justice piétinée, cette logique évanescente que tu nous mets sous les yeux, les miens brulent de larmes, je l’avoue. Je pleure l’erreur tragique des juifs d’Israël… je pleure leur compassion qu’aucun ne leur accorde… Que Dieu te bénisse pour ta vérité et pour ta franchise.

    • Merci Therese. IMPLACABLLES !!! IMPLACABLES !!! Liberes de tout complexe, de toute sensiblerie « democratique ». Voila ce que doivent etre les Israeliens et uniquement cela

      • Oui, soyez implacables, mais n’espérez aucun secours le jour où les musulmans seront en mesure d’être implacables envers vous.
        Vous avez fondé Israël car vous ne vous sentiez plus en sécurité en Occident, n’est-ce pas ?
        Alors j’espère que vous aurez la décence de ne pas appeler l’Occident à votre secours.

    • Tiens Thérèse de 45 narcissique et comédienne ! Des larmes et compassion non mais je rêve ? Un grand prêtre a dit que la shoah était la meilleure chose pour les juifs d’Israël ! Ils crachent sur les femmes palestiniennes et sont capables de tuer leur mère, j’en connais un, c’est mon frère ! 🕎

  5. Ce papier ne tient aucun compte de la réalité démographique et militaire. Pour garder des possessions conquises, encore faut-il en avoir les moyens. Le rapport des forces est en train de changer, et la politique brutale d’Israël lui a aliéné l’opinion arabe. En outre, avec un Islam en phase de réveil, on voit mal comment ce petit pays va pouvoir survivre longtemps, à moins de commencer à nouer des relations politiques et économiques proches avec ses voisins. En l’état actuel des choses, cet îlot occidental en terre arabe a peu d’avenir. Il ne fait pas bon être israélien aujourd’hui.

    • Finalement, cela vous donnerait un violent orgasme de voir ce petit pays disparaitre. Il est revenu sur sa terre o vombien de fois envahi notamment par les barbares musulmans dont vous semblez faire. Quant aux moyens qu’a Israel pour se defendre, je ne suis pas inquiet !!!

      • Il ne s’agit pas d’orgasme, mais de justice.
        Bien mal acquis ne profite jamais, et lorsque les arabo-musulmans ont envahi le Proche-Orient, les juifs les ont aidés, comme ils se sont toujours ligués avec les ennemis des chrétiens pour anéantir les chrétiens, en de multiples occurrences au cours de l’histoire (demandez-moi des exemples).
        Pour cette raison, quand le roi de France Saint Louis est arrivé en Terre Sainte, il en chassé les juifs au même titre que les musulmans, car ils savait que juifs et musulmans s’étaient unis contre les chrétiens.
        De même pour les musulmans maures, qui ont reçu l’aide des juifs d’Espagne pour détruire le royaume wisigoth, et asservir l’Espagne catholique à l’islam pendant près de 8 siècles.
        Et il existe heureusement des historiens juifs suffisamment honnêtes pour le reconnaître.

      • Il est revenu sur SA terre ? Sans blague ?
        Donc les juifs de Pologne, d’Allemagne ou de Russie qui ont débarqué à partir de 1945 sont originaires du Moyen-Orient ? Première nouvelle !
        Qui va à la chasse perd sa place. Si les Français quittaient la France sous prétexte qu’elle est envahie par l’islam, ils ne pourraient pas y revenir dans des dizaines de siècles.
        Il faut rester et résister, ou partir pour de bon.

    • Pas si occidental que ça, Israël.
      Car il y a beaucoup de points communs entre le judaïsme et l’islam.
      Circoncision, interdits alimentaires, infériorité des femmes, peine de mort (qui n’est plus appliquée aujourd’hui, mais qui figure encore dans la loi juive, qui n’a pas été abrogée) en cas d’apostasie, d’adultère ou d’homosexualité (lisez l’Ancien Testament).
      Et par-dessus tout: haine inextinguible pour les chrétiens (lisez le Talmud, beaucoup plus hargneux envers les chrétiens que le coran).
      Donc si Israël disparaît, je ne m’en réjouirais pas, mais je n’en serais pas étonnée, car c’était prévisible sur le long terme.
      De nombreux juifs l’avaient prévu, et avaient fortement déconseillé à leurs coreligionnaires d’aller se fourrer au beau milieu d’un océan d’islam.

  6. Très bon article mais il ne faut pas oublier que les arabes étaient et sont producteurs de pétrole. Qu’après la guerre de 1973 qui était la guerre de Kippour je pense, les arabes, ont après avoir organisé un embargo sur le pétrole, obtenu que les pays européens se déshonorent en acceptant la création du D.E.A qui imposait aux européens de condamner en toutes circonstances les Israéliens à l’ONU.
    https://ripostelaique.com/comment-les-pays-europeens-ont-vendu-leur-ame-et-lavenir-de-leurs-enfants.html

    • Ces Europeens Monsieur Atlan qui pleurent sur l’Ukraine « agressee » mais se rejouissent de voir Israel bombarde et massacre par des gens qui n’ont que l’assassinat des Juifs et des Chretiens comme ideal. Deux poids deux mesures.

      • Les Israéliens n’ont pas mieux traité les Palestiniens chrétiens qu’ils n’ont traité les palestiniens musulmans.
        Les chrétiens doivent comprendre que l’islam n’est pas leur seul ennemi, et qu’il en est un, bien plus ancien que l’islam, qui est le judaïsme.

    • Je m’en souviens de cet embargo et de la flambée des prix du pétrole.

  7. « Donc, dès le départ, les Palestiniens ont refusé la « solution à deux Etats » dont on nous rabat les oreilles alors que les Juifs y étaient prêts. »

    J’ai arrêté de lire l’article à partir de cette phrase.
    J’espère que quand les envahisseurs musulmans proposeront aux Français une solution de partition de la France entre un double état chrétien et musulman, les Français qui refuseront cette « solution » passeront pour des méchants, qui ont eu la possibilité de céder gentiment la moitié de leur pays, mais qui ont refusé, en gros égoïstes qu’ils sont.
    Les gentils juifs qui débarquent massivement en Palestine, et qui demandent à ce que les Palestiniens leur cèdent la place, et qui se considèrent comme victimes tout en continuant à coloniser de nouveaux territoires appartenant aux Palestiniens…

    • J’etais en train de me dire : bah bon sang ! Elle en met du temps a venir la jolie Eva avec son grand sac de haine. Ouf ! Ca y est elle a tout renverse par-terre. C’etait trop lourd. Bonne nuit douce Eva et a bientot bien sur.

  8. A mon avis Israel est éternel et je ne doute pas de la volonté des israéliens de rester . Si ils doivent chasser les palestiniens ils ont un droit morale de le faire et de récupérer le mont du temple qui est juif .

  9. La confiance d’un peuple dans ses institutions et l’abnegation qu’il peut manifester pour les défendre s’evaluent en fonction du pourcentage de bi-nationaux ….

Les commentaires sont fermés.